Les Etats-Unis peinent à lancer la formation de Syriens modérés
Rechercher

Les Etats-Unis peinent à lancer la formation de Syriens modérés

Pour l'instant, environ 6 000 Syriens se sont portés volontaires, et 1 500 ont passé la première épreuve

Des rebelles syriens transportent un lance-roquettes lors de combats contre l'armée, le 27 janvier 2014 à Alep 
(Crédit : AFP/Salah Al-Ashkar)
Des rebelles syriens transportent un lance-roquettes lors de combats contre l'armée, le 27 janvier 2014 à Alep (Crédit : AFP/Salah Al-Ashkar)

Les Etats-Unis peinent à mettre en place leur programme de formation et d’équipement de rebelles syriens modérés pour combattre le groupe Etat islamique, selon les chiffres annoncés jeudi par le Pentagone.

Alors que l’objectif affiché est de former 5 000 Syriens par an, seulement « 100 à 200 » Syriens ont pour l’instant réellement commencé cet entrainement dans les deux sites ouverts jusqu’à maintenant, en Jordanie et en Turquie, selon le colonel Steve Warren.

L’administration Obama a lancé ce programme sous la forte pression du Congrès, qui a débloqué 500 millions de dollars pour le financer.

Le programme « est une opération très difficile à mener », a souligné le colonel Warren. « Il faut identifier des Syriens qui veulent y participer, il faut vérifier leurs antécédents » et il faut aussi « les exfiltrer de Syrie », a-t-il souligné.

Pour l’instant, environ 6 000 Syriens se sont portés volontaires, et 1 500 ont passé le premier stade de vérification et de sélection, a-t-il expliqué.

Mercredi, le secrétaire à la Défense Ashton Carter avait reconnu devant le Congrès qu’il se « révélait très difficile d’identifier » les combattants remplissant les conditions fixées.

Outre ces difficultés de réalisation, le programme se heurte également à des divergences stratégiques entre Washington et certains de ses partenaires comme la Turquie.

Ankara reprochent aux Etats-Unis de vouloir diriger l’action des futurs soldats uniquement contre le groupe Etat islamique, au détriment du combat contre le régime du président syrien Bachar al-Assad.

En Irak, l’administration Obama éprouve également des difficulté à former autant de combattants locaux qu’elle le voudrait.

Alors que l’objectif est de former 21 000 membres des forces de sécurité irakiennes par an, seulement 9 000 soldats ont été ou sont en cours de formation, a indiqué mercredi au Congrès le secrétaire à la Défense Ashton Carter.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...