Les Etats-Unis soutiennent l’action de l’UE distinguant Israël de la Cisjordanie
Rechercher

Les Etats-Unis soutiennent l’action de l’UE distinguant Israël de la Cisjordanie

Le département d’Etat critique les activités “illégitimes” des implantations, et ne considère pas l’étiquetage des produits comme un boycott

John Kirby (Crédit : domaine public/Defense.gov News Photos archive)
John Kirby (Crédit : domaine public/Defense.gov News Photos archive)

Le département d’Etat américain a exprimé mardi son soutien à l’action de l’Union européenne (UE) visant à distinguer les implantations de Cisjordanie d’Israël lui-même, tout en affirmant que l’étiquetage des produits des implantations n’équivaut pas à un boycott.

« Notre position sur les implantations est claire », a déclaré mardi John Kirby, le porte-parole du département d’Etat pendant la conférence de presse quotidienne du département.

« Nous voyons les activités d’implantation israélienne comme illégitimes et contre-productives pour la paix, a-t-il déclaré. Nous restons profondément inquiets de la politique actuelle d’Israël sur les implantations, y compris la construction, la planification, et les légalisations rétroactives. »

« Le gouvernement américain n’a jamais défendu ou soutenu les implantations israéliennes, parce que les administrations des deux parties ont depuis longtemps réalisé que l’activité d’implantation au-delà des lignes de 1967 et les efforts pour modifier les faits sur le terrain affaiblissent les perspectives d’une solution à deux états, a ajouté Kirby. Nous ne sommes pas différents. »

Le correspondant diplomatique de l’Associated Press, Matt Lee, a demandé si cela signifiait que les Etats-Unis n’avaient « pas de problème » avec la décision cette semaine de l’UE selon laquelle les accords entre Israël et l’UE ne sont applicables qu’au sein d’Israël, à l’intérieur de la Ligne verte.

Kirby a indiqué que les Etats-Unis ne s’opposaient pas à la décision de l’UE, et que les Etats-Unis ne considéraient pas que les directives de l’UE pour l’étiquetage des produits de Cisjordanie et du plateau du Golan, émises l’année dernière, comme un boycott d’Israël.

« Nous ne voyons pas l’étiquetage de l’origine des produits des implantations comme un boycott d’Israël, a-t-il déclaré. Nous ne pensons pas non plus que l’étiquetage de l’origine des produits est équivalent à un boycott. »

En novembre, l’UE avait approuvé des directives pour ses états membres pour étiqueter les produits fabriqués dans les implantations de Cisjordanie, attirant des condamnations fortes des officiels israéliens, y compris des accusations d’antisémitisme.

L’action européenne, qui sera également appliquée à Jérusalem est, souligne le mécontentement de l’UE à propos de l’expansion continue des implantations israéliennes sur les territoires que les Palestiniens recherchent pour un futur état.

Cette semaine, l’UE a répété qu’elle continuerait à faire une différence entre Israël et les implantations, mais a néanmoins cessé de parler de « distinction ».

Affirmant la décision de novembre sur l’étiquetage, les ministres des Affaires étrangères des 28 états membres ont déclaré lundi que l’UE reste « engagée à assurer la mise en place continue, complète et effective des législations existantes de l’UE et des dispositions bilatérales applicables aux produits des implantations ».

Le communiqué a attiré une condamnation sévère des dirigeants politiques israéliens, même si le corps diplomatique du pays s’est vanté d’avoir réussi à adoucir le phrasé.

Les ministres des Affaires étrangères européens ont ensuite promis de « s’assurer que – en accord avec la loi internationale – tous les accords entre l’Etat d’Israël et l’UE doivent sans équivoque et explicitement indiquer leur inapplicabilité aux territoires occupés par Israël en 1967 ».

Cependant, les ministres des Affaires étrangères des 28 ont souligné que cela « ne constitue pas un boycott d’Israël, auquel l’UE s’oppose fortement ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...