Les Etats-Unis veulent financer des projets de lutte contre l’antisémitisme
Rechercher

Les Etats-Unis veulent financer des projets de lutte contre l’antisémitisme

Le Département d'Etat américain se dit prêt à financer des projets en Europe et en Asie centrale pour lutter contre l'antisémitisme

Une croix gammée et les mots 'Shoa blabla' inscrits sur le monument aux morts situé dans le jardin du Souvenir au cimetière de Champagne-au-Mont-d'Or, le 20 février 2019. (Crédit : JEFF PACHOUD / AFP)
Une croix gammée et les mots 'Shoa blabla' inscrits sur le monument aux morts situé dans le jardin du Souvenir au cimetière de Champagne-au-Mont-d'Or, le 20 février 2019. (Crédit : JEFF PACHOUD / AFP)

Le Département d’Etat américain est prêt à financer deux projets, à hauteur d’un million de dollars chacun, pour combattre la montée de l’antisémitisme en Europe et en Asie centrale, a-t-on annoncé cette semaine.

Cette semaine, le Bureau pour la démocratie, les droits de l’homme et du travail du Département d’Etat a publié une offre pour examiner des propositions visant à mettre en place de tels projets dans des pays membres de l’Organisation pour la sécurité et la co-opération en Europe.

Le programme sera mené en coopération avec l’envoyé spécial de veille et de lutte contre l’antisémitisme.

L’annonce définissait la montée de l’antisémitisme comme se manifestant « à travers des actes de violence physique, de profanation de sites religieux, de discrimination basée sur la religion et du recours à des propos de haine et à d’insultes dans des discours publiques, des médias traditionnels ou en ligne ».

Le bureau « va soutenir un ou plusieurs projets pour contrecarrer l’antisémitisme en renforçant le recensement et les plaintes sur les crimes racistes, en promouvant une plus grande inclusion sociétale et en renforçant la prise de conscience du public sur les manières de combattre les expressions de haine et de discrimination ciblant les Juifs. Des efforts pour renforcer les dénonciations de crimes devraient aussi inclure un programme de formation des forces de l’ordre pour répondre de manière adéquate et globale aux crimes racistes d’une perspective légale, sociale et communautaire ; et pour mieux former les policiers et les procureur pour dialoguer efficacement avec les populations juives locales », lisait-on sur  l’annonce.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...