Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Les familles d’otages veulent « briser l’indifférence et faire descendre les gens dans la rue »

Recouverts de peinture rouge et les mains liées, des proches d'otages ont manifesté devant le QG de l'armée pour demander de l'aide et un accord pour la libération de leurs proches

Des proches d'otages de Gaza sont assis devant la base militaire de Kirya à Tel Aviv, pour le 200e jour depuis le 7 octobre, le 23 avril 2024. (Crédit : Charlie Summers/Times of Israël)
Des proches d'otages de Gaza sont assis devant la base militaire de Kirya à Tel Aviv, pour le 200e jour depuis le 7 octobre, le 23 avril 2024. (Crédit : Charlie Summers/Times of Israël)

Des proches d’otages ont organisé une séance de questions-réponses sur la place des otages, à Tel Aviv, mardi soir, à l’occasion du 200e jour de captivité de leurs proches encore aux mains du Hamas à Gaza.

Après la séance de questions réponses, nombre de ces proches se sont grimés en otages du Hamas avant de passer, l’un après l’autre, devant la base militaire de Kirya, devant laquelle ils se sont assis en appelant à l’aide et en demandant le retour de leurs proches.

Organisée par le Forum des otages et des familles de disparus, la session de questions-réponses a pris un tour nettement plus intimiste que la manifestation qui se tient habituellement sur la place des otages. Ses organisateurs ont invité les membres du public à écrire leurs questions, adressées aux six panélistes – proches d’otages, parents éplorés par la perte d’un enfant, citoyens déplacés et même un rescapé du massacre de la rave Supernova.

L’événement a duré un peu plus d’une heure et les conférenciers ont répondu à quelques questions : le public a activement participé à l’événement.

Au lieu de discours préparés lus depuis la scène, les panélistes avaient pris place devant le public pour évoquer leur sentiment de culpabilité, leur optimisme, leur envie ou non de rester en Israël sur le long terme et d’autres sujets plus personnels encore.

Une trentaine de minutes après le début de l’événement, d’autres manifestants sont lentement passés devant eux, sur la Place des Otages. On pouvait entendre les slogans contre le gouvernement depuis la rue voisine.

Liron Eldor, père du soldat tué Adi Eldor, s’adresse à la foule lors d’une séance de questions-réponses en compagnie d’autres proches d’otages et personnes concernées par le 7 octobre, sur la Place des Otages, au 200e jour de captivité, le 23 avril 2024.
(Avec l’aimable autorisation du Forum des otages et des familles de disparus)

En entendant les slogans, des panélistes ont demandé à leur auditoire de rester avec eux et le forum des familles, pour offrir un front uni pour le sort des otages.

Yamit Ashkenazi, évacuée de Kfar Aza et sœur de Doron Steinbrecher, otage du Hamas, a regretté que la place des Otages soit « vide, ou tout du moins bien moins pleine » que ces dernières semaines.

« Entre mon arrêt de bus et la Place des Otages, j’ai aperçu des milliers de personnes avec des drapeaux israéliens et des t-shirts du Forum des familles d’otages, mais ils allaient dans l’autre direction », a-t-elle déclaré, faisant allusion aux manifestations antigouvernementales à Tel Aviv menées par un petit groupe de proches d’otages. « Si vous êtes déjà là, pourquoi ne pas venir nous soutenir, pourquoi ne pas venir sur la Place des Otages ? »

Yamit Ashkenazi, évacuée de Kfar Azza et sœur de Doron Steinbrecher, otage du Hamas, s’exprime lors d’une table ronde de questions-réponses sur la Place des Otages au 200e jours de captivité des otages le 23 avril 2024. (Avec l’aimable autorisation du Forum des otages et des familles de disparus)

Liron Eldor, le père du soldat Adi Eldor, qui avait combattu à Kfar Aza le 7 octobre et a été tué à Khan Younès en février dernier, a exprimé un sentiment similaire à celui d’Ashkenazi, regrettant une certaine indifférence de la société israélienne envers les otages.

« C’est notre objectif – briser l’indifférence et faire descendre les gens dans la rue », a-t-il déclaré, ajoutant que, même s’il était pleinement en accord avec les manifestants anti-gouvernementaux, il estimait nécessaire pour le mouvement des proches d’otages de faire front, dans la cohésion.

« Changer de gouvernement, cela se fera après la libération des otages, mais il faut que nous soyons unis. Cela ne peut pas marcher, en ce moment, avec un pareil manque de cohésion », a-t-il regretté.

Il a rappelé les manifestations de grande ampleur organisées suite à la tentative du Premier ministre Benjamin Netanyahu de destituer le ministre de la Défense Yoav Gallant, l’an dernier, et regretté le manque de mobilisation pour les otages, aujourd’hui.

Eldor s’est par ailleurs montré critique envers certains slogans populaires contre la guerre.

« Ensemble, nous gagnerons ? Mais où est le ‘ensemble’ ? a-t-il interrogé le public en regardant autour de lui. « On parlait de soutien inconditionnel – mais les otages ne sont toujours pas là, 200 jours après leur enlèvement. Où est ce soutien inconditionnel ? Il n’y a ni ‘ensemble nous vaincrons’, ni ‘soutien inconditionnel’. »

A la fin de la séance de questions-réponses, de nombreux proches d’otages, recouverts de peinture rouge semblable à du sang et, pour certains, les mains liées, ont quitté la scène, en silence, l’un après l’autre, et traversé la rue pour aller s’asseoir devant le quartier général militaire de Kirya.

Au bout de quelques minutes, ils se sont mis à crier pour demander de l’aide et rappeler le nom de leurs proches. Le public y a répondu en scandant les slogans « Ramenez-les à la maison ! » et
« Agissez maintenant ! »

Deux proches d’otages sont assis, du scotch sur la bouche et les mains liées, lors d’une manifestation devant le quartier général militaire de Kirya à Tel Aviv, au 200e jour de captivité des otages du Hamas, le 23 avril 2024. (Ahmad Gharabli/AFP)

Des manifestants, des pancartes avec la photo de leurs proches disparus en main, ont frappé les poteaux de signalisation en rythme devant quelques badauds.

Chacun des proches avait la bouche recouverte d’un scotch portant le nombre 200. Avant de se disperser pour la nuit, ils ont, avec le public, répété le nombre 200, soit le nombre exact de jours écoulés depuis l’attaque du 7 octobre au cours de laquelle ils ont été pris en otage.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.