Les Femmes du mur se disent abandonnées face à une « meute furieuse »
Rechercher

Les Femmes du mur se disent abandonnées face à une « meute furieuse »

Les émeutes de vendredi au mur Occidental sont "les plus graves" jamais connues et elles ont généré "des craintes réelles" pour la vie des femmes présentes, a dit le groupe libéral

Les membres du groupe des Femmes du mur lors des prières de Rosh Hodesh  alors que des milliers d'ultra-orthodoxes manifestent contre elles au mur occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 8 mars 2019 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Les membres du groupe des Femmes du mur lors des prières de Rosh Hodesh alors que des milliers d'ultra-orthodoxes manifestent contre elles au mur occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 8 mars 2019 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le groupe des Femmes du mur a accusé dimanche la police israélienne d’avoir échoué à protéger ses fidèles au mur Occidental dans la journée de vendredi, lorsque des échauffourées sur le site qui les ont opposées à des Juifs ultra-orthodoxes ont contraint le mouvement libéral de prière à terminer son service mensuel à l’extérieur de la place principale.

Les Femmes du mur étaient en train de procéder à un service-anniversaire particulier pour célébrer les 30 ans d’existence de leur mouvement. Leur rassemblement a suscité des protestations dans certains quartiers de la communauté ultra-orthodoxe et des rabbins éminents ont appelé leurs étudiants à se rendre au mur Occidental pour perturber le groupe et manifester contre le culte non-orthodoxe.

Une porte-parole du groupe progressiste a déclaré au Times of Israel que plusieurs de ses membres, des femmes plus âgées, avaient été bousculées et poussées à terre par les manifestants ultra-orthodoxes, précisant que ce mouvement de protestation a été bien plus intense que ceux auxquels elles font généralement face chaque mois. Deux fidèles ont été prises en charge par les personnels médicaux, a ajouté la porte-parole sans détailler l’étendue des blessures.

« La police devrait avoir utilisé tous les moyens mis à sa disposition pour protéger les Femmes du mur et sauvegarder leur droit à prier conformément à leur coutume sur le lieu saint. Mais ce n’est pas arrivé et cela témoigne d’un grave échec des forces de l’ordre », a écrit l’organisation dans un courrier adressé à la police israélienne.

La lettre a dépeint les affrontements survenus vendredi comme étant « les plus graves jamais rencontrés par les Femmes du mur à ce jour, avec notamment des démonstrations préoccupantes de violence à leur encontre qui ont eu pour résultat – et pour la première fois depuis 30 ans en raison de craintes réelles pour la vie des fidèles présentes – que les Femmes du mur ont été dans l’obligation de stopper la prière de Rosh Hodesh et de l’achever à l’extérieur de la section réservées aux femmes au mur Occidental ».

Selon l’organisation, la police avait été préalablement avertie de cet anniversaire et de ce service de célébration. Mais les forces de l’ordre ont « en pratique abandonné les Femmes du mur à la merci des comportements de harcèlement d’une meute furieuse qui les a entourées et à cherché à empêcher les Femmes du mur à exercer leur droit de prier au mur Occidental conformément à leur coutume, et ce quel qu’en soit le prix ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...