Manifestation « violente » des ultra-orthodoxes face aux Femmes du mur
Rechercher

Manifestation « violente » des ultra-orthodoxes face aux Femmes du mur

Le groupe s'est déplacé après avoir considéré que l'endroit était devenue trop dangereux pour les fidèles après que des haredim ont perturbé les prières, faisant plusieurs blessés

Les membres du groupe de prière des Femmes du mur prient alors que des milliers d'ultra-orthodoxes manifestent contre elles au mur occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 8 mars 2019 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Les membres du groupe de prière des Femmes du mur prient alors que des milliers d'ultra-orthodoxes manifestent contre elles au mur occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 8 mars 2019 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Des milliers de manifestants ultra-orthodoxes ont « violemment » perturbé l’officer qui était organisé par le mouvement des Femmes du mur vendredi matin, contraignant le groupe féministe juif à se déplacer et à rejoindre la section égalitaire du lieu saint. Deux de ses activistes ont été blessées, a fait savoir une porte-parole de l’organisation.

Les Femmes du mur étaient en train de procéder à un service-anniversaire particulier pour célébrer les 30 ans d’existence de leur mouvement. Leur rassemblement a suscité des protestations dans certains quartiers de la communauté ultra-orthodoxe et des rabbins éminents ont appelé leurs étudiants à se rendre au mur Occidental pour perturber le groupe et manifester contre le culte non-orthodoxe.

Une porte-parole du groupe progressiste a déclaré au Times of Israel que plusieurs de ses membres, des femmes plus âgées, avaient été bousculées et poussées à terre par les manifestants ultra-orthodoxes, précisant que ce mouvement de protestation a été bien plus intense que ceux auxquels elles font généralement face chaque mois. Deux fidèles ont été prises en charge par les personnels médicaux, a ajouté la porte-parole sans détailler l’étendue des blessures.

Selon la police, les manifestants extrémistes ont également affronté les agents déployés sur le lieu saint pour assurer le maintien de l’ordre. Un manifestant de 20 ans a été arrêté pour avoir tenté d’agresser un policier, a expliqué le porte-parole. La police n’a pas évoqué ni confirmé les violences infligées aux fidèles.

Un communiqué émis par les Femmes du mur a accusé la police de les avoir « abandonnées » dans les bousculades, poussées et insultes des hommes et femmes ultra-orthodoxes sur le site.

Le chef du mouvement conservateur en Israël, Yizhar Hess, a écrit sur Twitter qu’il avait faisait partie des personnes agressées par les manifestants ultra-orthodoxes, disant que sa kippa et son châle de prière étaient tombés alors que les manifestants le violentaient. Il se trouvait sur place pour exprimer son soutien aux quelques 800 fidèles des Femmes du mur.

« C’était déplaisant mais tous ceux qui pensent que la violence l’emportera se trompent », a commenté Hess.

« Je pense que si l’entrée sur la place du mur Occidental lors de Rosh ‘Hodesh [premier jour du mois lunaire juif] est interdite aux jeunes ‘haredim de moins de 30 ans, il n’y aura plus de violences à l’avenir », a-t-il tweeté. « Je dis ça comme ça ».

Le communiqué des Femmes du mur a également critiqué le rabbin du mur Occidental Shmuel Rabinovitch qui a refusé de signer une autorisation qui aurait permis l’installation d’un système de hauts-parleurs que le groupe avait réclamé – le nombre de personnes devant assister au service étant conforme au protocole.

Les Femmes du mur ont précisé que Rabinovitch avait préféré permettre à un groupe d’hommes d’utiliser leur propre système d’enceintes, ce qui a amené le mouvement progressiste à se déplacer du côté opposé à la cloison qui sépare les sexes.

En raison de ce qu’elles ont qualifié de « harcèlement violent » de la part des manifestants ultra-orthodoxes, le groupe a expliqué avoir été forcé de quitter la section principale du mur Occidental et de terminer son service au foyer égalitaire de l’arche de Robinson.

« Cela fait 30 ans que nous sommes là et nous continuerons à le faire, chaque mois de l’année », a déclaré la présidente des Femmes du mur Anat Hoffman, qui a appelé le gouvernement à mettre en oeuvre un accord actuellement gelé prônant l’élargissement du pavillon pluraliste de prière au mur Occidental.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...