Les Finances envisagent de réduire le service militaire des hommes à 2 ans
Rechercher

Les Finances envisagent de réduire le service militaire des hommes à 2 ans

Le service militaire à 32 mois en vigueur depuis 2015 est considéré comme un succès ; Pour le Trésor, une réduction de 8 mois dégagerait 12 milliards de shekels par an, une aubaine

Des soldats du Bataillon de reconnaissance du désert de l'armée israélienne (Crédit : armée israélienne)
Des soldats du Bataillon de reconnaissance du désert de l'armée israélienne (Crédit : armée israélienne)

Les responsables des ministères de la Défense et des Finances examineraient la possibilité de réduire considérablement le service militaire obligatoire pour les hommes de huit mois, passant de 32 mois actuellement à 24 mois seulement.

Cette mesure signifierait que, pour la première fois dans l’histoire d’Israël, les hommes et les femmes enrôlés dans Tsahal accompliraient la même durée de service, selon le quotidien Haaretz, ce mercredi.

La principale préoccupation de l’armée au sujet du raccourcissement du service des hommes concerne les unités de combat et de renseignement d’élite qui nécessitent de longues périodes d’entraînement d’un an ou plus avant qu’un soldat soit déployé sur le terrain. Le nouveau plan exigerait que ces soldats s’enrôlent dans ces unités pour une période additionnelle de six à douze mois s’ils souhaitent en faire partie.

Par mesure de réduction des coûts, et parce que la population croissante d’Israël a vu les rangs de l’armée grossir en raison de l’enrôlement obligatoire imposé à une grande partie de la population, l’armée a cherché ces dernières années à raccourcir le service militaire pour les hommes.

En mars 2014, pour la première fois depuis la création de l’armée en 1948, la Knesset a adopté une loi réduisant de 36 à 32 mois le service obligatoire des hommes. La loi est entrée en vigueur en juillet 2015. En vertu de cette loi, une deuxième réduction de deux mois supplémentaires, portant le service des hommes à 30 mois en tout, entrera en vigueur en 2020.

Pourtant, même avec cette réduction, selon les responsables, le nombre de soldats recrutés en 2020 sera le même qu’en 2014, avant l’entrée en vigueur de la période de service plus courte, en raison de la croissance démographique.

A titre d’illustration : Soldats de l’armée israélienne, le 23 avril 2012 (Miriam Alster/Flash90)

Selon Haaretz, les fonctionnaires du ministère des Finances réclament maintenant une réduction plus rapide de la durée du service militaire, estimant qu’un service de 24 mois pour la plupart des hommes soldats permettrait une inscription plus précoce dans les études universitaires et l’entrée plus rapide des jeunes sur le marché du travail, soit un gain économique annuel de 10-12 milliards de shekels (2,5-3 milliards d’euros).

Les fonctionnaires du ministère des Finances désireux de réduire les coûts espèrent mettre en place un service de 28 mois immédiatement, d’ici le début de 2019, et veulent commencer les préparatifs pour une nouvelle réduction à 24 mois par la suite.

Les responsables de la planification de Tsahal, quant à eux, seraient satisfaits des résultats des coupes opérées jusqu’à présent. Trois ans après le raccourcissement de la période de service, les fonctionnaires n’ont constaté aucune diminution de la capacité opérationnelle des soldats ou de leur motivation à servir.

Mais alors que l’armée elle-même fait pression pour de nouvelles réductions de services, elle chercherait à agir avec plus de prudence, en demandant un raccourcissement du délai actuel de 32 mois à 28 mois et ce uniquement en 2020.

Les réductions de service depuis 2015 ont inclus un nouveau régime d’enrôlement pour les unités d’élite de l’armée, notamment Sayeret Matkal, l’unité 669 de recherche et sauvetage, Shaldag de l’armée de l’air, la force commando 13 de la Marine militaire, dont les soldats doivent actuellement s’engager pour huit ans incluant deux ans pour le Baccalauréat (Bagrout) dans la durée du service. D’autres unités, notamment les compagnies de reconnaissance d’élite de l’infanterie, exigent déjà que leurs soldats s’engagent pour une année supplémentaire comme condition pour rejoindre l’unité.

L’armée israélienne veut examiner attentivement les effets sur le moral et l’état de préparation après chaque réduction, et notamment les incidences des extensions de durée sur les soldats des unités spéciales et d’élite.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...