Israël en guerre - Jour 138

Rechercher

Les Gazaouis expriment de plus en plus leur colère contre le Hamas – média

Selon un reportage télé, de plus en plus de personnes évacuées à Rafah, dans le sud de la bande, se saluent en disant "Que Dieu se venge du Hamas"

Des Palestiniens déplacés par les bombardements israéliens sur la bande de Gaza installant un camp de tentes, à Rafah, le 6 décembre 2023. (Crédit : Hatem Ali/AP Photo)
Des Palestiniens déplacés par les bombardements israéliens sur la bande de Gaza installant un camp de tentes, à Rafah, le 6 décembre 2023. (Crédit : Hatem Ali/AP Photo)

La Douzième chaîne a rapporté que les habitants de Gaza exprimaient de plus en plus leur colère contre le Hamas, alors que la guerre entre le groupe terroriste palestinien et Israël se poursuit.

Le reportage, diffusé mardi, montre des images d’affrontements entre des agents de sécurité du Hamas et des civils au sujet de vivres, les civils criant insultant les hommes armés. Ehud Yaari, journaliste spécialiste des affaires arabes, a noté que de telles scènes étaient devenues de plus en plus courantes.

La chaîne a également cité des conversations avec des habitants de Gaza à l’intérieur de la bande qui ont déclaré que les résidents « prient pour qu’Israël détruise le Hamas et le disent à haute voix ».

Le journaliste Ohad Hemo a déclaré que, parmi les personnes évacuées vers Rafah, dans le sud de la bande, la salutation « Que Dieu se venge du Hamas » est devenue courante.

La Douzième chaîne a souligné que les sentiments négatifs à l’égard du groupe terroriste ne se sont pas, jusqu’à présent, traduits en actes.

Malgré les conditions humanitaires difficiles dans la bande de Gaza, les civils qui ont parlé à la Douzième chaîne ont déclaré que « le Hamas ne se rendra pas même si nous devons tous mourir ».

Des Palestiniens dans un camp temporaire près de la frontière égyptienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 5 décembre 2023. (Crédit : Atia Mohammed/Flash90)

Le sud de la bande de Gaza est aujourd’hui intensément peuplé, avec environ un million de personnes – environ la moitié de la population totale de l’enclave – qui s’y sont installées depuis le nord depuis le début de l’incursion terrestre israélienne. Khan Younès, dans le sud, étant désormais également dans la ligne de mire de Tsahal, les civils se déplacent vers Rafah. Des multitudes de personnes vivent dans des tentes, dans les rues, sans abri et avec peu de réserves.

Le reportage indique que le Hamas a volé une grande partie des fournitures humanitaires qui entrent dans la bande et que les résidents en sont conscients.

Le reportage a également noté que l’ONU avait arrêté et retardé l’entrée de certains camions de fournitures humanitaires dans la bande ces derniers jours, ce qui pourrait s’expliquer par les incidents répétés des Gazaouis qui saccagent les camions pour s’emparer des denrées avant que les employés de l’ONU ne puissent distribuer les marchandises.

« C’est, en un mot, l’anarchie », a déclaré Hemo.

Des Palestiniens déplacés par les bombardements israéliens sur la bande de Gaza installant un camp de tentes, à Rafah, le 6 décembre 2023. (Crédit : Hatem Ali/AP Photo)

Le nombre croissant de morts et la crise humanitaire qui sévit à Gaza ont suscité l’indignation d’une grande partie du monde. Le ministère de la Santé, contrôlé par le Hamas à Gaza, affirme que la riposte militaire d’Israël, en réponse aux attaques meurtrières du groupe terroriste, aurait tué plus de 16 000 personnes jusqu’à présent, dont la plupart sont des femmes et des enfants. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza.

Selon les estimations militaires, quelque 5 000 terroristes du Hamas ont été tués dans la bande de Gaza, en plus des plus de 1 000 tués en Israël lors de l’assaut du 7 octobre.

Les atrocités du 7 octobre ont vu des milliers de terroristes faire irruption en Israël depuis la bande de Gaza par voie terrestre, aérienne et maritime, tuant 1 200 personnes et s’emparant de plus de 240 otages de tous âges, au cours d’actes d’une brutalité effroyable.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.