Les Gazaouis fulminent contre la pénurie d’électricité
Rechercher

Les Gazaouis fulminent contre la pénurie d’électricité

Au micro de la Deuxième chaîne, certains Gazaouis dénoncent la situation qui devient insoutenable

L'unique centrale électrique de la bande de Gaza. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
L'unique centrale électrique de la bande de Gaza. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Les résidents de la bande de Gaza manifestent depuis le début de la semaine contre les pénuries d’électricité dans l’enclave côtière.

Croulant sous la demande, les turbines génératrices d’électricité de Gaza produisent assez de courant pour fournir de l’électricité aux maisons pour seulement huit heures par jour.

Deux habitants de Gaza se sont confiés à la Deuxième chaîne aujourd’hui, ont discuté des conditions difficiles et ont tenu le Hamas pour responsable de la pénurie.

« Les Israéliens sont mieux », a indiqué Beit Lahia, qui est découragé. « Israël est mieux que le Hamas. Tout le monde dans la rue parle de l’électricité. L’ensemble de la population de Gaza parle de cette détresse ».

Lundi, les manifestants ont incendié des pneus de voiture et ont été dispersés par des policiers du Hamas. « Ils n’ont pas de pitié », a dénoncé Ibrahim. « Toute personne qui ose parler peut être jeté en prison pour un an ou deux ».

Les pénuries sont le résultat d’un conflit entre le Hamas et l’Autorité palestinienne en ce qui concerne la fourniture de carburant à la centrale électrique locale dans la bande de Gaza.

Certaines zones reçoivent de l’électricité, mais certaines pendant moins d’un tiers de la journée : Majdi, un résident de Rafah, a précisé au micro de la Deuxième chaîne que là où il vit, « il y a de l’électricité pendant quatre heures, puis 20 heures sans électricité ».

« Le réfrigérateur ne fonctionne pas, vous ne pouvez pas empêcher la viande [de pourir], il n’y a pas d’air conditionné, rien ne fonctionne. Vivre dans une tente, c’est mieux. Il est préférable de vivre dans une tente qu’à la maison », s’est-il insurgé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...