Israël en guerre - Jour 290

Rechercher

Les groupes armés d’Irak à l’affût d’une guerre Israël-Hezbollah

En filigrane de la guerre qui oppose Israël au Hamas à Gaza depuis neuf mois, s'était rapidement greffée une confrontation plus large impliquant Téhéran et ses alliés

Des membres des brigades du Hezbollah, les Kataëb Hezbollah, assistant aux funérailles de Fadel al-Maksusi, un terroriste qui faisait également partie de la Résistance islamique en Irak, le groupe qui a revendiqué toutes les attaques récentes contre les troupes américaines en Irak et en Syrie, à Brigade, le 21 novembre 2023. (Crédit : Ahmad al-Rubaye/AFP)
Des membres des brigades du Hezbollah, les Kataëb Hezbollah, assistant aux funérailles de Fadel al-Maksusi, un terroriste qui faisait également partie de la Résistance islamique en Irak, le groupe qui a revendiqué toutes les attaques récentes contre les troupes américaines en Irak et en Syrie, à Brigade, le 21 novembre 2023. (Crédit : Ahmad al-Rubaye/AFP)

Dans un contexte régional crispé par la guerre à Gaza et la menace d’une confrontation entre Israël et le puissant groupe terroriste libanais du Hezbollah, les groupes armés irakiens pro-Iran restent à l’affût, distillant une rhétorique va-t-en guerre qui fait craindre un élargissement du conflit.

Le risque est réel : cet hiver, la Résistance islamique en Irak, nébuleuse de mouvements irakiens pro-Iran, a mené plus de 175 tirs de roquettes et frappes de drones, en Irak et en Syrie, contre les soldats américains intégrés à une coalition internationale antijihadistes.

Un conflit entre Israël et le Hezbollah « ne se limitera pas au territoire libanais : en Irak et dans la région, des groupes armés entreront dans la confrontation », résume le politologue irakien Ali al-Baidar.

Cette mobilisation vise à démontrer « leurs capacités, mais aussi leur loyauté à un camp particulier », dit-il.

Dimanche, des factions armées irakiennes ont tancé Washington, parrain indéfectible d’Israël.

Evoquant l’hypothèse d’une « guerre totale contre le Liban », la Coordination de la Résistance irakienne a assuré que « si les sionistes mettent leurs menaces à exécution, le rythme et l’ampleur des opérations les visant ira en s’intensifiant. Les intérêts de l’ennemi américain » – en Irak et dans la région -, « seront des cibles légitimes ».

Cette « Coordination » regroupe notamment les Brigades du Hezbollah, Al-Nujaba, et les Brigades Sayyed al-Chouhada, tous visés par des sanctions américaines, et fer de lance des attaques contre la coalition antijihadistes.

Illustration – Capture d’écran d’une vidéo montrant l’explosion d’un missile intercepteur contre un drone présumé venu d’Irak près d’Eilat, missile dont l’envoi a été revendiqué par le groupe Résistance islamique en Irak, le 28 mai 2024. (Capture d’écran : X, used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)

« Entraîner l’Irak »

En filigrane de la guerre qui oppose Israël au groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas à Gaza depuis neuf mois, s’était rapidement greffée une confrontation plus large impliquant Téhéran et ses alliés, disant soutenir les Palestiniens.

Le Hezbollah échange quotidiennement des tirs transfrontaliers depuis le Liban avec Israël. Et les rebelles Houthis du Yémen attaquent en mer Rouge les navires qui seraient liés à Israël, perturbant le commerce maritime mondial dans cette zone stratégique.

Roquettes tirées sur le nord d’Israël le 3 juillet 2024. (Crédit : Capture d’écran/X)

L’analyste Ali al-Baidar rappelle aussi les « les expériences passées » en Irak : « des opérations et des attaques contre les forces américaines et les missions diplomatiques ».

« Il est possible que ces attaques se répètent avec une plus forte intensité », dit-il.

Fin janvier, une frappe de drone avait tué trois soldats américains et provoqué une poussée de fièvre. Déployant 2 500 militaires en Irak et 900 en Syrie auprès de la coalition, les Etats-Unis avaient durci le ton et mené des frappes meurtrières contre les factions pro-Iran.

« Nous n’hésiterons pas à prendre toutes les actions appropriées pour protéger notre personnel », rappelle encore à l’AFP un porte-parole du Département d’Etat américain, s’exprimant sous anonymat.

« Les milices en Irak alignées sur l’Iran portent atteinte à la souveraineté du pays en lançant des attaques contre des pays tiers, entraînant potentiellement l’Irak dans un conflit régional plus large », avertit cette source.

Depuis des semaines, la « Résistance » met l’accent sur des « opérations conjointes » menées avec les Houthis et enchaîne les communiqués de revendication pour des tirs de drones contre des cibles en Israël.

Sans nommément désigner aucun agresseur, l’armée israélienne a confirmé depuis avril une poignée d’attaques d’aéronefs venant de l’Est, assurant que ces appareils sont interceptés avant d’entrer dans son espace aérien.

« Solidarité transnationale »

Près d’Israël, les factions irakiennes sont déployées dans la Syrie en
guerre : au sud de Damas, et plus au Sud avec des « troupes d’élites » au Golan, d’après l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Pour le spécialiste de l’Irak Tamer Badawi, l’importance des « attaques coordonnées » avec les Houthis « réside d’abord dans leur symbolique : l’idée selon laquelle des groupes séparés par des distances géographiques significatives sont capables de synchroniser leur action armée ».

Et une intervention de groupes irakiens sur le terrain libanais – via « l’envoi de combattants en masse » ou seulement de « conseillers » -, dépendra des « besoins de guerre du Hezbollah », souligne le doctorant à l’Université britannique du Kent.

Le secrétaire-général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, lors d’un discours télévisé pendant un rassemblement marquant la journée annuelle al-Quds (Journée de Jérusalem) dans un quartier du sud de Beyrouth, le 5 avril 2024. (Crédit : Anwar Amro/AFP)

Cette mobilisation répondrait au besoin de « projeter l’image d’une solidarité transnationale », ajoute l’analyste : « pour ces groupes la symbolique est importante, elle contribue à leur image de marque, en tant que membres d’une même ligue, tout autant qu’une implication dans une action armée ».

Interrogé par l’AFP, un « commandant de terrain » de la « Résistance » irakienne promet « escalade contre escalade » en cas de guerre. Il rappelle que la « Résistance » irakienne dispose déjà au Liban « d’experts et de conseillers ».

Commentant les appels des alliés en Irak, en Syrie, ou au Yémen, à dépêcher leurs combattants au Liban, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah tempérait récemment ces ardeurs.

Niveau « ressources humaines », assurait le chef du Hezbollah, « la résistance au Liban dispose d’effectifs dépassant ses besoins et les impératifs du front, même dans les pires conditions de combats ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.