Israël en guerre - Jour 139

Rechercher

Les groupes terroristes palestiniens à Gaza organisent des exercices

Les médias palestiniens ont diffusé des images de tirs de roquettes en direction de la mer Méditerranée

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

La roquette qu'un groupe palestinien se faisant appeler le Bataillon al-Ayyash a affirmé avoir tirée depuis Jénine sur l'implantation de Shaked, dans le nord de la Cisjordanie, le 10 juillet 2023. (Crédit : Capture d'écran d'une vidéo Twitter ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
La roquette qu'un groupe palestinien se faisant appeler le Bataillon al-Ayyash a affirmé avoir tirée depuis Jénine sur l'implantation de Shaked, dans le nord de la Cisjordanie, le 10 juillet 2023. (Crédit : Capture d'écran d'une vidéo Twitter ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

La « salle d’opérations conjointe », composée des différentes factions terroristes palestiniennes dans la bande de Gaza a organisé mardi matin un exercice comprenant des tirs de roquettes, à l’occasion du 18e anniversaire du retrait israélien du territoire.

Le Hamas, le Jihad islamique et dix autres petites factions ont participé à l’exercice, dans le cadre de la quatrième édition d’un rituel annuel de médiatisation qui a débuté en 2020.

Des photos et des vidéos publiées par la salle d’opérations conjointe et les médias palestiniens ont montré un barrage de roquettes tirées en direction de la mer Méditerranée, ainsi que les capacités supposées des drones et la guérilla urbaine.

Dans une déclaration officielle, le Hamas a affirmé que l’exercice véhiculait un « message d’unité et de force aux niveaux interne et externe, et une preuve de l’état de préparation de la résistance et de son développement sur le terrain ».

Le chef du bureau politique du Hamas, Ismail Haniyeh, a déclaré que la « défaite » d’Israël dans la bande de Gaza en 2005 était due à l’escalade de la « résistance » et à l’introduction de nouvelles stratégies militaires, notamment l’utilisation d’obus de mortier, de roquettes Qassam et de tunnels.

Mohammed Deif, chef de l’aile militaire du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam, a déclaré dans un discours télévisé en marge de l’exercice que « la résistance armée est le seul moyen pour les Palestiniens de libérer leurs terres historiques et de déclarer leur propre État indépendant », et a ajouté que les groupes armés « forceront Israël à évacuer la Cisjordanie et tous les territoires palestiniens occupés », selon un reportage de The New Arab.

Des factions terroristes palestiniennes tirent une roquette lors de l’exercice militaire annuel « Hard Corner » dans la bande de Gaza, le 12 septembre 2023. (Extrait du canal Telegram de la salle d’opérations conjointe, utilisé conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Le média Shehab, affilié au Hamas, a rapporté qu’à l’occasion de l’exercice annuel, les Brigades Ezzedine al-Qassam ont publié sur leur site web un aperçu du développement de leur arsenal militaire depuis 2005, lorsqu’elles ne disposaient que de roquettes Qassam primitives d’une portée de 20 kilomètres, à des projectiles Qassam plus avancés pouvant atteindre Tel Aviv, tels que ceux tirés lors de l’opération Bordure protectrice en 2014, et à la dernière génération de missiles Ayyash, dont le Hamas affirme qu’ils ont une portée de plus de 250 kilomètres (155 miles) et la capacité de transporter des ogives de centaines de kilogrammes.

Lors de l’opération israélienne « Gardiens des murs » de mai 2021, Haaretz a rapporté que les forces israéliennes ont été surprises par la portée d’une roquette tirée depuis Gaza qui a frappé près de l’aéroport Ramon dans le sud d’Israël, puisqu’elle a volé à plus de 200 kilomètres. L’armée israélienne pensait auparavant que les roquettes de l’arsenal du groupe terroriste avaient une portée maximale de 160 kilomètres.

Le retrait des 21 implantations de Gaza et le retrait des forces israéliennes de l’intérieur de la bande de Gaza ont eu lieu en août 2005, mais le 11 septembre est le jour où le dernier drapeau israélien a été abaissé dans le quartier général de division de l’armée israélienne dans la bande de Gaza, et les factions de Gaza célèbrent donc le 12 septembre comme le premier jour sans présence israélienne dans la bande de Gaza.

Le Hamas dirige l’enclave côtière depuis 2007, date à laquelle il a expulsé son rival, le Fatah, à l’issue d’une lutte sanglante pour le contrôle du territoire. Israël a mené plusieurs grandes campagnes contre les groupes terroristes dans la bande de Gaza depuis que le Hamas a pris le contrôle de la région, ainsi que des dizaines de petites confrontations.

Emmanuel Fabian et l’équipe du Times of Israel ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.