Les habitants d’Amona affirment que les manifestants de la synagogue n’étaient pas du coin
Rechercher

Les habitants d’Amona affirment que les manifestants de la synagogue n’étaient pas du coin

17 policiers ont été blessés dans l’évacuation de la synagogue de l’avant-poste

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des manifestants dans la synagogue de l'avant-poste d'Amona, en Cisjordanie, juste avant l'évacuation, le 1er février 2017. (Crédit : autorisation)
Des manifestants dans la synagogue de l'avant-poste d'Amona, en Cisjordanie, juste avant l'évacuation, le 1er février 2017. (Crédit : autorisation)

Les habitants de l’avant-poste d’Amona, en Cisjordanie ont tenté jeudi de s’éloigner des actions violentes des manifestants dans la synagogue de l’avant-poste.

Au deuxième jour de l’évacuation de l’avant-poste, ordonnée par la Haute cour de Justice, 17 policiers ont été blessés dans l’évacuation de la synagogue, a annoncé la police.

Un porte-parole des habitants a déclaré qu’aucune des personnes situées dans la synagogue n’habitait à Amona.

Cependant, plusieurs habitants d’Amona, dont le rabbin de l’avant-poste et le dirigeant de la communauté, Avichai Boaran, étaient dans la synagogue au moment où les affrontements entre policiers et manifestants ont éclaté.

Confronté à ce fait, le porte-parole d’Amona a reconnu que plusieurs des habitants étaient dans le bâtiment, mais a ajouté qu’ils y étaient « dans l’intention de convaincre [les manifestants] de partir sans violence. »

A un moment, même s’il n’a pas été précisé quand, les manifestants ont dessiné une croix gammée sur le mur de la synagogue, dans un dessin qui compare la police israélienne aux nazis.

Un graffiti retrouvé sur la synagogue de l'avant-poste d'Amona, en Cisjordanie, représentant une croix gammée et les mots "police d'Ishmaël", une référence au fils d'Abraham qui serait l'ancêtre des Arabes d'aujourd'hui, le 2 février 2017. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)
Un graffiti retrouvé sur la synagogue de l’avant-poste d’Amona, en Cisjordanie, représentant une croix gammée et les mots « police d’Ishmaël », une référence au fils d’Abraham qui serait l’ancêtre des Arabes d’aujourd’hui, le 2 février 2017. (Crédit : capture d’écran Deuxième chaîne)

Le bâtiment a été totalement été évacué, et la police expulsait jeudi après-midi les derniers manifestants encore présents sur la colline.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...