Les hostilités ont continué à Gaza malgré l’annonce d’un cessez-le-feu
Rechercher

Les hostilités ont continué à Gaza malgré l’annonce d’un cessez-le-feu

L'armée israélienne a rapporté 30 nouveaux tirs de roquettes et d'obus de mortier en provenance de Gaza depuis 22h, soit une soixantaine depuis le début des échanges de feu lundi

Un feu et de la fumée se propagent au-dessus des bâtiments dans la ville de Gaza après des frappes israéliennes le 25 mars 2019. (Crédit : Mahmud Hams / AFP)
Un feu et de la fumée se propagent au-dessus des bâtiments dans la ville de Gaza après des frappes israéliennes le 25 mars 2019. (Crédit : Mahmud Hams / AFP)

Les frappes israéliennes dans la bande de Gaza et les tirs de roquettes palestiniennes se sont poursuivies dans la nuit de lundi à mardi malgré l’annonce par le groupe terroriste palestinien d’un cessez-le-feu.

L’armée israélienne a rapporté tôt mardi matin 30 nouveaux tirs de roquettes et d’obus de mortier en provenance de Gaza depuis 22H00 (20H00 GMT lundi), soit un total d’une soixantaine depuis le début des échanges de feu lundi en début de soirée.

Elle a indiqué avoir frappé une quinzaine de nouvelles cibles, dont un complexe groupe terroriste palestinien du Jihad islamique, en plus des dizaines déjà visées depuis lundi soir.

Elle s’est dite prête, dans un communiqué, à « augmenter ses opérations en fonction des nécessités ».

Le ministère de l’Education a annulé mardi les activités scolaires et autres activités liées à l’école à Ashkelon. Le ministère a indiqué qu’il donnait des instructions à Ashkelon et aux communautés environnantes, sur recommandation du commandement de la Défense passive.

« Les efforts égyptiens ont débouché sur la conclusion d’un cessez-le-feu entre l’occupant et les organisations de résistance », avait dit dans un communiqué Fawzi Barhoum, un porte-parole du Hamas, le mouvement terroriste islamiste qui gouverne sans partage l’enclave.

Aucune confirmation d’arrêt des hostilités n’a été indiquée de la part d’Israël qui, par le passé, s’est gardé de corroborer de tels accords négociés secrètement par l’entremise de l’Egypte.

Répliquant à une attaque de roquette contre l’Etat hébreu la nuit précédente, l’armée israélienne a indiqué avoir frappé « des dizaines de cibles terroristes » à Gaza. Sept Palestiniens ont été blessés, selon les secours gazaouis. Nous ne savons pas s’il s’agit de civils ou de membres de groupes terroristes.

Un journaliste de l’AFP a observé dans la soirée de multiples tirs de roquettes du nord de Gaza en direction d’Israël. Un certain nombre ont été interceptés par le système de défense anti-aérien israélien du Dôme de fer, la plupart des autres sont retombés dans des zones inhabitées, a dit l’armée israélienne.

Les hostilités, déclenchées par un tir de roquette en provenance de Gaza qui avait fait sept blessés, dont trois enfants, au nord de Tel-Aviv la nuit précédente (quatre adultes et trois enfants, dont un bébé de six mois, ont été hospitalisés avec des brûlures et des blessures légères), sont survenues dans un contexte hautement volatil, après des semaines de tensions, des manifestations de contestation interne contre le Hamas et la crise économique dans la bande de Gaza, et à deux semaines d’élections parlementaires israéliennes à l’issue incertaine.

Elles se sont produites en pleine visite du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à la Maison Blanche, et quelques jours avant une grande et violente mobilisation attendue à Gaza, prévue le 30 mars, et qui marque le premier anniversaire de la soi-disante « Grande marche du retour », orchestrée par le Hamas.

Les appareils israéliens ont frappé et gravement endommagé le bureau d’Ismaïl Haniyeh, le chef du Hamas, ont rapporté des témoins. Israël a aussi détruit totalement deux autres bâtiments dans la ville de Gaza abritant des services de renseignement et des activités du Hamas selon l’armée israélienne.

Les représailles israéliennes ont commencé au moment précis où le Premier ministre israélien était reçu par le président américain Donald Trump. « Au moment où nous parlons, Israël est en train de répondre avec force à l’agression gratuite » qu’a constitué le tir de roquette, a dit M. Netanyahu. M. Trump a dénoncé une « attaque méprisable » et évoqué « le droit absolu » d’Israël à se défendre.

Netanyahu a pris l’avion du retour dans la nuit, écourtant sa visite alors qu’il devait initialement prononcer un discours mardi devant le grand lobby pro-israélien de l’AIPAC, puis dîner avec M. Trump, ont rapporté les médias israéliens.

Israël et le Hamas se sont livré trois guerres à Gaza depuis que le Hamas a pris le pouvoir à Gaza en 2007. Les deux camps ont frôlé la guerre en 2018 et les tensions ont de nouveau augmenté ces dernières semaines.

Netanyahu a été accusé par ses adversaires d’avoir « perdu la bataille de la sécurité » et de la dissuasion contre le Hamas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...