Les hôtels d’Israël attendent les touristes : Si nous ouvrons, viendront-ils ?
Rechercher

Les hôtels d’Israël attendent les touristes : Si nous ouvrons, viendront-ils ?

Les règles d'entrée dans le pays pour les non-citoyens étant sur le point d'être assouplies, les chambres sont préparées malgré les inquiétudes de voyager pendant la COVID

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

L'hôtel Montefiore à Tel Aviv a transformé son parking en espace de restauration en plein air pendant la saison estivale du coronavirus, juillet 2020. (Jessica Steinberg/Times of Israel)
L'hôtel Montefiore à Tel Aviv a transformé son parking en espace de restauration en plein air pendant la saison estivale du coronavirus, juillet 2020. (Jessica Steinberg/Times of Israel)

Alors qu’Israël s’apprête à ouvrir ses portes aux touristes en mai, les hôtels du pays préparent enfin leurs chambres après une année dévastatrice pour  l’industrie du voyage. Mais beaucoup se demandent si les touristes viendront vraiment.

« Nous espérons que notre clientèle reviendra, car nous avons toujours privilégié nos visiteurs réguliers », a déclaré Oren Schnabel de l’hôtel Montefiore de Tel Aviv, qui fait partie du groupe hôtelier R2M, qui comprend des restaurants, des boulangeries, des épiceries fines et un café-spectacle. « Ils sont chez eux à Tel Aviv et ces gens ne sont pas venus ici depuis longtemps ».

L’année a été longue pour les hôteliers et les gérants. Alors que certains hôtels locaux ont ouvert entre les trois périodes de confinement dues au coronavirus en Israël et que beaucoup l’ont fait en mars, lorsque l’économie a progressivement rouvert après la levée de la troisième période de confinement, d’autres ont attendu patiemment l’afflux de touristes étrangers, la population qui offre les revenus les plus stables.

De nombreux directeurs et propriétaires d’hôtels attendent de voir ce qui se passera le 23 mai, date à laquelle Israël commencera une période d’essai permettant aux touristes étrangers vaccinés ou guéris d’entrer dans le pays.

L’hôtel Montefiore de Tel Aviv a pu rester ouvert pendant une grande partie de la pandémie, mais il est toujours aux prises avec un manque de personnel et de touristes. (Autorisation de Sivan Askayo)

Le Montefiore, qui ne compte que 12 chambres et abrite le populaire restaurant franco-vietnamien « Bon Appétit », est resté ouvert pendant une bonne partie de la pandémie, certains clients gardant leur chambre jusqu’à deux mois et des Israéliens arrivant le week-end.

D’autres hôtels ont gardé leurs portes fermées toute l’année.

L’emblématique hôtel American Colony de Jérusalem, qui fait partie du groupe Small Luxury Hotels of the World, n’a pas été ouvert pendant toute la durée de la pandémie et ne rouvrira officiellement ses portes que le 1er juin.

Cette date a été fixée il y a plus d’un an, a déclaré Jeremy Berkovits, le représentant du propriétaire de l’American Colony.

L’hôtel, dont 80 % des clients sont généralement des touristes étrangers, ne pouvait pas se permettre de rouvrir uniquement pour les gens du pays.

« Nous sommes heureux d’avoir des clients israéliens, mais faire fonctionner l’entreprise rien que pour eux signifie perdre de l’argent et ce n’est pas viable », a déclaré M. Berkovits.

Au lieu de cela, l’hôtel historique et intime de Jérusalem, construit au XIXe siècle en tant que demeure d’un pacha ottoman, attend que les touristes individuels soient autorisés à entrer en Israël – « nous ne sommes pas un hôtel pour les groupes », a déclaré Berkovits.

La piscine de l’hôtel American Colony. (Autorisation)

À 20 minutes de marche de l’American Colony se trouvent les hôtels de luxe Mamilla et David Citadel du groupe Alrov, situés en face l’un de l’autre. Ils ont rouvert leurs portes le 18 mars après des mois de fermeture.

« Nous nous sommes sentis obligés de garder les établissements ouverts », a déclaré Katerina Brokhes, vice-présidente des ventes et du marketing de Mamilla et David Citadel. Alors que le tourisme entrant représente plus de 80 % de leur marché, « nous nous sommes adaptés au marché intérieur », a déclaré Brokhes. « Évidemment, nous sommes impatients d’accueillir le tourisme entrant, tous les hôtels le sont ».

L’extérieur de l’hôtel Ibis Styles, qui ouvrira à Jérusalem en 2021, suite à la pandémie de coronavirus. (Autorisation d’Ibis Styles)

De son côté, Aharon Bernstein, PDG d’Ibis Israël, une chaîne d’hôtels économiques qui possède deux hôtels à Jérusalem, n’espère pas que les groupes de touristes seront trop nombreux cet été, et ne s’attend pas à des groupes importants.

« Nous avons déjà des touristes israéliens qui sont toujours venus et qui viennent encore », a déclaré Bernstein, qui ouvre un hôtel Ibis Styles à Jérusalem. « Mais si auparavant, c’était une combinaison de touristes et d’Israéliens, maintenant ce ne sont que des Israéliens ».

Où sont les employés ?

Le manque de main-d’œuvre est un autre problème auquel les hôtels sont confrontés. De nombreux travailleurs du secteur de l’hôtellerie reçoivent encore des indemnités de chômage et ne souhaitent pas reprendre le travail avant la fin de cet avantage gouvernemental, fin juin.

« C’est le problème actuel », a déclaré M. Schnabel, qui n’ouvre pas le restaurant « Bon Appétit » de l’hôtel Montefiore aux clients non-hôteliers parce qu’il n’a pas assez de personnel.

Le bar très prisé de l’hôtel Montefiore à Tel Aviv, qui n’est pas encore ouvert aux clients non hôteliers en raison d’un manque de personnel. (Autorisation de Sivan Askayo)

Lorsque la pandémie a frappé et que les entreprises ont été contraintes de fermer temporairement leurs portes ou de réduire leur personnel, les travailleurs ont été mis au chômage technique, ou en congé sans solde. Les employés mis au chômage pouvaient s’inscrire auprès de l’Agence des services de l’emploi et avoir immédiatement droit aux allocations de chômage.

Le programme a été initialement mis en place pour deux mois, puis prolongé jusqu’en juin 2021. Toutefois, le programme n’offre que le tout ou rien en matière d’emploi ; il n’est pas possible d’y avoir droit en travaillant à temps partiel.

« Tout le monde sait que le gouvernement aurait dû faire un plan de chômage partiel flexible », a déclaré Berkovits. « Cela aurait pu vraiment nous aider ».

À l’American Colony, M. Berkovits s’attend à payer le personnel sept jours par semaine avec des revenus équivalents à seulement deux jours par semaine.

« Nous risquons de perdre plus d’argent que lorsque nous étions fermés », a-t-il déclaré. « Il est difficile de voir comment nous ferons des bénéfices, mais nous avons des poches profondes et nous avons traversé de nombreuses crises au cours de nos 150 ans d’existence. »

Le nouvel hôtel de Brown Hotels à Tel Aviv, l’hôtel Bobo, sur le boulevard Rothschild. (Autorisation de Orit Pnini)

Tous les hôtels Brown de Tel Aviv sont restés ouverts autant que possible pendant la pandémie, a déclaré le fondateur et copropriétaire de la chaîne, Leon Avigad.

Aujourd’hui, ils rouvrent tous leurs portes, ainsi que quatre nouveaux hôtels à Tel Aviv : l’Hôtel BoBo de 200 chambres sur Rothschild, le Brown Brut de 220 chambres sur la plage, la Villa Brown TLV de 30 chambres et le Theodor de 34 chambres, également sur Rothschild. Ces établissements s’ajoutent au Brown JLM de 46 chambres près de Mamilla et au Brown Machneyuda de 115 chambres près du marché de Mahane Yehuda.

« Nous nous attendons à ce que les week-ends soient assez chargés, comme c’est le cas actuellement », a déclaré Avigad. « Les jours de semaine sont un peu plus difficiles. Le nombre de couples romantiques qui peuvent venir pendant les jours de semaine est limité ».

Avigad s’efforce également de diversifier les options du groupe hôtelier en se développant à l’étranger, notamment en Grèce.

Le groupe hôtelier israélien Brown Hotels est sur le point d’ouvrir le Brown Acropol à Athènes, en Grèce, nommé ainsi en raison de la vue sur l’Acropole en arrière-plan, dans le cadre des efforts déployés par la chaîne hôtelière pour relancer le tourisme en Israël et en Grèce. (Autorisation Paterakis)

Connu pour son offre d’hôtels-boutiques, pour la plupart petits mais élégants, en Israël et en Croatie, son groupe hôtelier travaille actuellement sur 24 hôtels en Grèce, dont 11 ouvriront cette année.

« Dès que le ciel s’ouvrira, nous ouvrirons nos hôtels de vacances », a déclaré Avigad.

« Nous proposons un espace particulier en Grèce parce que nous apportons des choses qu’ils n’ont pas », a déclaré Oshri Deri, directeur général de Brown Hotels. « Ils ont connu dix ans de ralentissement économique et nous pouvons renouveler les hôtels pour eux ».

M. Avigad espère doubler les 13,5 % du tourisme israélien qui se rendent normalement en Grèce, étant donné la proximité d’Israël et le fait que la Grèce s’ouvre au tourisme le 10 mai, avec un protocole minutieux concernant le coronavirus pour les visiteurs.

Un aperçu du Brown Hotels Sounio, un deuxième complexe hôtelier ouvert par Brown Hotels sur la Riviera d’Athènes en 2022, avec deux ailes séparées pour les couples et les familles, dans le cadre des efforts de la chaîne hôtelière israélienne pour relancer le tourisme après plus d’un an de coronavirus. (Autorisation de Brown Hotels)

« Nous avons confiance dans le bon fonctionnement du système et nous espérons voir de plus en plus de vols et de plus en plus d’amis d’Israël en Grèce », a déclaré le ministre grec du Tourisme Harry Theocharis, qui s’est entretenu par Zoom la semaine dernière avec un groupe de journalistes. « Le tourisme est quelque chose que nous faisons très bien. Nous tournons la page et allons de l’avant ».

Cet article contient des liens affiliés. Si vous utilisez ces liens pour acheter quelque chose, le Times of Israel peut recevoir une commission sans frais supplémentaires pour vous.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...