L’histoire de l’hôtel American Colony, des pèlerins chrétiens aux journalistes étrangers
Rechercher

L’histoire de l’hôtel American Colony, des pèlerins chrétiens aux journalistes étrangers

L'ancien harem ottoman, qui devint école et crèche avant de se transformer en hôtel de luxe, peut se prévaloir d'un siècle d'histoire d'une richesse sans comparaison au Moyen Orient

L’American Colony situé dans le quartier de Sheikh Jerrah à Jérusalem-est se présente volontiers comme un port en eaux calmes au milieu de l’océan déchaîné du Moyen-Orient compliqué.

Lieu de rencontres entres journalistes et conseillers de l’ombre israéliens et palestiniens, agents ou sous-traitant l’hôtel 5 étoiles American Colony est aussi le lieu de villégiature glamour et aventureux de Bob Dylan, ou d’Uma Thurman dévoile un article du Temps en forme de portrait de ce lieu mythique.

« Peu avant les Accords de paix d’Oslo en octobre 1993, raconte Le Temps, les reporters pouvaient observer les négociations secrètes entre les représentants de l’OLP, alors considérée par Israël comme une ‘organisation terroriste’, et les émissaires du Premier ministre Yitzhak Rabin ».

Lorsqu’Ariel Sharon ferma les bureaux de la représentation officieuse de l’OLP de Yasser Arafat en 2001 suite à un attentat-suicide, les Palestiniens se réfugièrent à l’American colony « racontant leurs malheurs aux correspondants de la presse étrangère et aux diplomates européens ». Et lorsque que le Quartet pour le Moyen orient, formé suite aux regains de violence de l’année 2002, dépêcha Tony Bliar son envoyé spécial au coeur du conflit, il s’installa avec tout son staff durant un an à l’American Colony.

L’imposant bâtiment, où séjournèrent Winston Churchill, Lawrence d’Arabie, fut racheté par les époux Spafford, originaires de Chicago en 1881 à un pacha ottoman. Le bâtiment, construit autour d’un patio central, était alors son harem. Les époux Spafford, souhaitant fonder une communauté chrétienne, y installèrent un dispensaire, une école et une crèche ouverte aux musulmans et aus juifs de toute condition.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...