Les I-phones pourront bientôt se réparer eux-mêmes
Rechercher

Les I-phones pourront bientôt se réparer eux-mêmes

Vous avez une égratignure sur votre tablette ou votre portable ? Une technologie développée au Technion la réparera pour vous, automatiquement

David Shamah édite notre section « Start-Up Israel ». Spécialiste depuis plus de dix ans en technologies et en informatique, il est un expert reconnu des start-up israéliennes, de la high-tech, des biotechnologies et des solutions environnementales.

Personne prenant une photo avec son téléphone (Crédit : Wikimedia Commons/CC BY-SA 3.0/Petar Milošević)
Personne prenant une photo avec son téléphone (Crédit : Wikimedia Commons/CC BY-SA 3.0/Petar Milošević)

Un jour prochain, votre portable iPhone ou Android n’aura plus d’écran en verre, mais un écran en polymère, rendant possible l’utilisation de la technologie tactile de manière plus innovative, comme pour développer un portable ou une tablette qui peut se plier ou une « peau électronique » qui peut réparer une égratignure d’écran automatiquement.

Selon des chercheurs de Technion d’Haïfa, la même technologie pourrait être utilisée pour des applications comme la peau artificielle avec le polymère qu’ils ont développé et intégré dans la peau de victimes brûlées, leur donnant une nouvelle couche de peau qui peut se soigner d’elle-même, comme de la vraie peau.

La technologie, digne de la science-fiction mais qui fonctionne dans la vraie vie, a été développée par le professeur Hossam Haick qui a travaillé sur le projet avec le Dr. Tan-Phat Huynh, chercheur au Technion.

« La vulnérabilité des censeurs flexibles utilisés dans des applications du monde réel appelle au développement des propriétés curatives similaires au processus de guérision de la peau humaine, a déclaré Haick. Nous avons développé un outil complet et d’auto-traitement sous la forme d’une résistance chimique pliable et extensible où chaque partie, peu importe où le dispositif est coupé ou égratigné, peut s’auto-soigner. »

Des censeurs flexibles sont la prochaine grande étape dans l’électronique.

Bien plus efficaces que les écrans tacticles où le censeur à l’intérieur du verre mesure seulement la donnée (quels pixels sont touchés), les censeurs flexibles incrustés dans une couverture polymère peuvent aussi mesurer la pression.

Avec des censeurs flexibles, par exemple, les mots de passe pourraient devenir un élément du passé, alors que les censeurs seront capables de mesurer précisément le toucher d’un utilisateur, s’assurant que leur doigt ou leur pouce est le seul élément auquel répond le dispositif.

La flexibilité dispose également d’autres capacités, et Apple, entre autres, a breveté un système pour créer des dispositifs portables fabriqués exclusivement de composants flexibles, en fin de compte un iPhone ou iPad pliable.

La technologie des censeurs flexibles est en circulation depuis plusieurs années, et elle est déjà utilisée dans des produits électroniques, des robots, de la santé et de la technologie spatiale.

Alors, pourquoi n’avons-nous pas déjà des iPhones flexibles ? Une des raisons est que la technologie n’est pas encore parfaitement prête pour ce type d’utilisations.

Du fait de leur sensibilité et qu’ils soient à la surface des appareils et non derrière du verre, les censeurs peuvent facilement être égratignés et endommagés de différentes manières, détruisant potentiellement leur fonctionnalité.

Cela ne se produira pas avec la nouvelle technologie Technion, a déclaré Haick.

Les chercheurs qui ont été inspirés par les propriétés curatives dans la peau humaine ont développé des matériaux qui peuvent être intégrés dans des appareils flexibles pour « soigner » des égratignures et des coupures qui pourraient compromettre la fonctionnalité de l’appareil.

L’avancement, en utilisant une nouvelle sorte de polymère synthétique (une large molécule composée de nombreuses molécules plus petites), inclut des propriétés auto-curatives qui imitent la peau humaine, de telle sorte que, comme avec la peau humaine, les « blessures » et les égratignures se soignent elles-mêmes en très peu de temps, moins d’une journée, a ajouté Haick.

Les résultats de la recherche ont été publiés dans le dernier numéro de la revue professionnelle Advanced Materials.

Selon l’étude, l’équipe du Technion a développé « une plateforme non-biologique et flexible auto-curative avec une sensibilité sur-mesure vers une combinaison de pression, de tension, de gaz analytiques et de température. Pour la démonstration, un appareil complet auto-curatif est décrit sous la forme d’une résistance chimique pliable et étirable, où chaque partie est auto-curative ».

Fondamentalement, il s’agit d’une amélioration des censeurs courants, le nouveau censeur auto-curatif est fabriqué avec un substrat avec des électrodes de haute conductivité et de nanoparticules d’or modifiées au niveau des molécules.

« Les particules d’or au sommet du substrat et entre les électrodes auto-curatives sont capables de guérir des fissures qui pourraient complètement déconecter la connectivité électrique, a déclaré le laboratoire. La condensation fait gonfler le substrat, permettant aux chaînes polymères de commencer à circuler librement et, en effet, de commencer à « guérir ».

Une fois guérie, la résistance chimique et non-biologique a encore une haute sensibilité au toucher, à la pression et à la tension, que les chercheurs ont testé dans des tests exigeants en terme de pliage et d’étirement.

Le matériel peut aussi se soigner à des températures extrêmes de -20°C à 40°C. Cette propriété, ont déclaré les chercheurs, peut étendre les applications du censeur auto-curative à des zones du monde avec des climats extrêmes.
De manière encore plus impressionnate, la zone de guérision, grâce à l’interaction des produits chimiques sur l’endroit, devient plus forte et plus résistante aux égratignures.

En fin de compte, la guérison rend le censeur auto-curatif encore plus fort. Les chercheurs ont noté dans leur article que l’efficacité de guérison de la résistance chimique est si importante que le censeur a survécu à plusieurs coupures dans des positions faites au hasard », a déclaré le laboratoire.

« Si cela marche sur les iPhones, cela marchera aussi sur des humains, a déclaré le co-développeur Dr. Tan-Phat Huynh. Le censeur auto-curatif fait naître les attentes que les appareils flexibles pourraient un jour auto-administrés, ce qui augmentrait leur fiabilité. Un jour, le censeur auto-curatif pourrait servir comme une plateforme pour le bio-censeurs qui contrôlent la santé humaine en utilisant une peau électronique ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...