Les Juifs du Royaume-Uni choisissent un nouveau leadership
Rechercher

Les Juifs du Royaume-Uni choisissent un nouveau leadership

Jonathan Arkush a été élu président du Conseil des députés ; cette institution vieille de 250 ans représente la communauté juive anglaise

Jonathan Arkush, à gauche, vote pour le président du Conseil des députés des Juifs britanniques avec les deux autres candidats, Alex Brummer, au centre, et Laura Marks, à droite, le 17 mai 2015 (Crédit : Board of Deputies / John Rifkin)
Jonathan Arkush, à gauche, vote pour le président du Conseil des députés des Juifs britanniques avec les deux autres candidats, Alex Brummer, au centre, et Laura Marks, à droite, le 17 mai 2015 (Crédit : Board of Deputies / John Rifkin)

Londres – Les Juifs britanniques, tout juste sortis de l’élection générale du pays, ont eu une autre occasion de voter dimanche dernier – et à certains égards les résultats sont tout aussi remarquables.

Le nouveau président élu du Conseil des députés est un avocat de Londres, Jonathan Arkush, devenu le leader laïc de la communauté anglo-juive, après une élection serrée.

Arkush, 60 ans, a battu ses deux principaux rivaux – Alex Brummer, le rédacteur en chef du Daily Mail de la ville ; et Laura Marks, réputée pour son travail interreligieux – en deux tours de scrutin, reléguant Brummer à la troisième place au premier tour puis battant Marks le second, par 152 voix contre 92.

Mais l’élection surprise de la journée a été celle du nouveau vice-président, Richard Verber. Tout juste âgé de 30 ans, Verber, qui travaille pour l’Organisme de secours juif mondial, a remporté plus de voix que tous les autres candidats réunis.

Les deux vice-présidentes élues avec lui, Sheila Gewolb et Marie van der Zyl, n’auraient pas été choisies si les surplus des voix de Verber n’avaient pas été redistribuées.

Verber est le plus jeune vice-président de l’histoire du Conseil. Lui et Arkush, qui prendront leurs fonctions avec le reste de la nouvelle direction le 1er juin, sont déterminés à remodeler le conseil et à améliorer son image.

L’élection de Arkush a été accueillie par une vague de messages de droite sur Twitter affirmant « enfin les Juifs réels reprennent les rênes » et prédisant « Adieu à Yachad UK ».

Yachad a été accepté comme membre du conseil en novembre dernier, par 135 voix contre 61. Un député l’a comparé à Neturei Karta en raison de son côté inacceptable pour la communauté.

Mais Arkush a confié au Times of Israel lundi qu’il n’a pas l’intention de dire adieu à Yachad UK. « J’ai dit dans mon discours d’intronisation que je serai un président pour toutes les nuances de la communauté. Ce n’est pas ‘Adieu Yachad’, c’est ‘Bienvenue à tout le monde’. »

Lui-même orthodoxe moderne, Arkush regrette que les ultra-orthodoxes ne rejoignent pas le conseil.

« Si je pouvais les persuader de rejoindre le conseil, personne ne serait plus heureux que moi. Je ne suis pas celui qui a des lignes rouges – je pense que ce sont eux qui ont des lignes rouges. Si, par exemple, ils souhaitent ne présenter que des hommes, gesundheit ! Je dois reconnaître que le conseil représente un spectre de Juifs de notre communauté. Il doit être tolérant, et la tolérance doit être réciproque. »

Richard Verber parle avant son élection en tant que vice-président du conseil des députés des Juifs britanniques, 17 mai 2015 (Crédit : Board of Deputies / John Rifkin)
Richard Verber parle avant son élection en tant que vice-président du conseil des députés des Juifs britanniques, 17 mai 2015 (Crédit : Board of Deputies / John Rifkin)

Il a ajouté : « Notre mission en tant que communauté de foi est de démontrer à la société britannique le rôle positif et vital joué par notre foi dans la vie nationale britannique. » Il faut, d’après lui, redorer l’image du conseil, bien qu’il reconnaisse les défis majeurs, notamment dans la lutte contre les menaces extérieures.

« Nous sommes confrontés à un antisémitisme croissant. Chaque déclenchement d’un conflit au Moyen-Orient renforce le niveau de la virulence de l’antisémitisme, et il est clair pour moi que certains antisémites racistes se sentent renforcés par ce qui a précédé, et quand le prochain pic de violence arrive, ils passent à un autre niveau. L’été dernier, nous avons vu des slogans ouvertement antisémites comme ‘Hitler avait raison’ se déchaîner sur les médias sociaux. Je crains que la prochaine fois qu’il y aura un conflit au Moyen-Orient, certaines personnes le prendront, non pas comme un point final, mais comme un point de départ. J’espère, en tant que président, mener la riposte de la communauté. »

Verber déclare que l’élection reflète « un énorme appétit pour le changement, et m’a donné les clés pour que cela se produise ».

Verber, de Manchester, a rejoint le conseil il y a un peu plus de trois ans, au début par l’intermédiaire de l’Union des étudiants juifs.

Sa première réunion n’a pas été une expérience agréable. « Personne ne nous a parlés, n’a expliqué ce qui se passait, ou nous a accueillis. Donc, je suis rentré chez moi et j’ai posté un message sur Facebook, pour dire que nous pouvions certainement faire mieux que cela, n’est-ce pas ? »

Son annonce a suscité une énorme réaction dans toute la communauté, conduisant au lancement du groupe de pression « Changing the Board » [changer le conseil] en 2012.

Verber est devenu député de Limmud, l’organisme éducatif de bienfaisance, et a contribué à défendre des innovations telles que la diffusion en direct des débats de députés et l’établissement d’un code de conduite pour régir le comportement dans les séances plénières.

Il est très clair sur ce que doit être le rôle des députés.

« Les gens disent que les députés sont l’équivalent des membres du Parlement et que le conseil est un Parlement. C’est tout faux. Nous sommes tous des bénévoles et des représentants de nos communautés, et nous ne devrions jamais parler après une consultation avec les circonscriptions que nous représentons. Je vois mon rôle maintenant comme celui de quelqu’un qui aide à promouvoir une plate-forme pour un changement, met de l’ordre dans notre propre maison, agit pour une meilleure transparence et a une vision stratégique pour une planification financière. Nous voulons une réflexion prospective proactive, une organisation dynamique, et nous avons reçu un mandat pour faire exactement cela. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...