« Les Magnifiques », ou le destin de 5 Nord-Africains qui ont touché les étoiles
Rechercher

« Les Magnifiques », ou le destin de 5 Nord-Africains qui ont touché les étoiles

Le documentaire de Mathieu Alterman et Yves Azéroual retrace le destin d'Enrico Macias, Robert Castel, Régis Talar, Norbert Saada et Philippe Clair

Le documentaire « Les Magnifiques », réalisé par Mathieu Alterman et Yves Azéroual et diffusé en décembre dernier par la chaine Paris Première, retrace le destin de 5 Nord-Africains qui ont quitté leur région natale à 20 ans et qui, peu après, des années 1960 à 1980, ont révolutionné la scène culturelle française.
Le documentaire « Les Magnifiques », réalisé par Mathieu Alterman et Yves Azéroual et diffusé en décembre dernier par la chaine Paris Première, retrace le destin de 5 Nord-Africains qui ont quitté leur région natale à 20 ans et qui, peu après, des années 1960 à 1980, ont révolutionné la scène culturelle française.

Le documentaire « Les Magnifiques », réalisé par Mathieu Alterman et Yves Azéroual et diffusé en décembre dernier par la chaine Paris Première, retrace le destin de 5 Nord-Africains qui ont quitté leur région natale à 20 ans et qui, peu après, des années 1960 à 1980, ont révolutionné la scène culturelle française.

Les cinq personnages sont Enrico Macias, Robert Castel, Régis Talar, Norbert Saada et Philippe Clair, accompagnés de la voix de Philippe Dana en narrateur du documentaire.

Le premier, Enrico Macias, le plus connu, est devenu la première pop-star pied-noir. Ses chansons se sont retrouvées au sommet des hit-parades français, le transformant en vedette, lui qui a appris la guitare avec son cousin, à Constantine, en Algérie.

Robert Moyal dit Robert Castel, acteur et humoriste juif d’Algérie, est né le 21 mai 1933 à Bab El-Oued, en Algérie. Il est lui devenu célèbre pour son rôle de méridional grognon dans nombre de comédies françaises. « Premier acteur à l’accent 200 % pied-noir depuis 60 ans », affirment les producteurs !

Régis Talar a lui œuvré dans la production musicale. Il a notamment créé le label Tréma, qui a fait de Michel Sardou l’icône qu’il est aujourd’hui. Le label a également sorti « Comme d’habitude » de Claude François, qui a fait l’objet de milliers de reprises.

Dans le même genre, le documentaire présente Norbert Saada qui, travaillant chez Barclay, a sorti des albums de Jacques Brel, Hugues Aufray, France Gall et Charles Aznavour, avant de se lancer dans la production cinématographique, avec notamment Sergio Leone, Alain Delon, Michel Audiard et Lino Ventura.

Enfin, Philippe Clair a lui réalisé nombre de films aux titres loufoques – « Tais-toi quand tu parles » ou encore « Rodriguez au pays des merguez ». Il a fait débuter les Charlots, Richard Anconina, Aldo Maccione et Jerry Lewis.

Tous partis de rien depuis leur région natale d’Afrique du Nord, les cinq hommes ont su s’imposer sur la scène culturelle française par leur talent et leur perspicacité. Aujourd’hui tous relativement âgés, le documentaire retrace ainsi leurs parcours, leurs succès et leurs visions.

Enrico Macias à Tel Aviv (Crédit : Ilan Costica/Wikimedia Commons/CC.BY.SA 3.0)

Le reportage démarre dans le fameux restaurant parisien La Boule Rouge, « flamboyante adresse de la cuisine pied-noire ». Les cinq personnages se plongent ensuite dans leurs archives et leurs souvenirs, avec humour et nostalgie.

Auteur de deux livres, « Apologie de l’échec » et « Je me souviens des oubliés », Mathieu Alterman est journaliste spécialisé dans les sujets culture et société.

Yves Azeroual a lui réalisé de nombreux documentaires. Il a notamment travaillé pour les émissions « Secrets d’histoire » et « Revu et corrigé » sur France 2 et France 5. Il gère aujourd’hui la société de production YA Productions.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...