Les malades atteints de cancer finalement pas concernés par la 3e dose
Rechercher

Les malades atteints de cancer finalement pas concernés par la 3e dose

Pas "recommandé à ce stade de vacciner" une troisième fois les personnes atteintes de cancer, affirme le ministère de la Santé

Illustration de cellules cancéreuses. (Design Cells ; iStock by Getty Images)
Illustration de cellules cancéreuses. (Design Cells ; iStock by Getty Images)

Israël a annoncé dimanche que les malades atteints de cancer ne figuraient finalement pas sur la liste des personnes vulnérables pouvant recevoir une troisième dose de vaccin anticoronavirus, contrairement à ce qu’avaient affirmé les autorités en début de semaine.

L’Etat hébreu a commencé lundi à administrer une troisième dose de vaccin à des patients dotés d’un faible système immunitaire, dont certains atteints de cancer, considérant qu’il y avait des risques pour que les patients traités avec des immunosuppresseurs « ne développent pas un niveau satisfaisant d’anticorps après deux doses ».

Mais le ministère de la Santé est finalement revenu sur sa décision, affirmant qu’après avoir étudié les données des services d’oncologie concernant des centaines de patients, il n’était pas « recommandé à ce stade de vacciner » une troisième fois les personnes atteintes de cancer.

« Près de 90 % des patients en chimiothérapie ont développé des anticorps après les (deux doses) de vaccin et le niveau d’anticorps reste élevé plusieurs mois après la vaccination », affirme le ministère.

« En plus, la vaccination pourrait avoir des effets secondaires (…) qui pourraient affecter le traitement », ajoute-t-il.

Des dizaines de personnes atteintes de cancer ont reçu une troisième dose depuis lundi, selon un porte-parole de l’hôpital Sheba, le plus important d’Israël, situé dans la région de Tel-Aviv.

L’Etat hébreu avait été l’un des premiers pays à lancer, à la mi-décembre, une vaste campagne de vaccination à la faveur d’un accord avec le géant pharmaceutique Pfizer qui a fourni rapidement des millions de doses au pays en échange de données sur les effets de son vaccin développé avec la société BioNTech.

Les deux laboratoires ont annoncé le 8 juillet vouloir bientôt demander l’autorisation pour une troisième dose aux Etats-Unis et en Europe.

Les autorités européennes estiment toutefois qu’il est « trop tôt » pour savoir si une nouvelle dose est vraiment nécessaire, tandis que l’OMS s’inquiète de la possibilité que la généralisation d’une troisième dose se fasse au détriment des pays dont les citoyens n’ont pas encore accès aux vaccins.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...