Israël en guerre - Jour 149

Rechercher

Les manifestations contre la réforme judiciaire se déroulent aussi en dehors d’Israël

Un groupe d'expatriés déclare que "les fondations de la démocratie israéliennes sont mises au défi" ; des rassemblements sont prévus aux États-Unis et au Canada

Des milliers d'Israéliens manifestent contre le nouveau gouvernement sur la place Habima de Tel Aviv, le 14 janvier 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des milliers d'Israéliens manifestent contre le nouveau gouvernement sur la place Habima de Tel Aviv, le 14 janvier 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

JTA — Les manifestations organisées par les Israéliens contre le nouveau gouvernement s’étendent dorénavant au-delà des frontières d’Israël, avec des rassemblements qui ont été organisés par des expatriés à New York City et ailleurs.

Ces manifestations sont initiées par un groupe appelé « UnXeptable », un groupe formé par des Israéliens qui vivaient à l’étranger en 2020 dans un contexte de mouvements de protestation, au sein de l’État juif, contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu – le chef du Likud est revenu encore une fois au pouvoir à la fin de l’année dernière. Les manifestations de 2020 s’insurgeaient contre la présence à son poste du Premier ministre, qui était mis en examen pour corruption.

Aujourd’hui, UnXeptable a décidé d’organiser des rassemblements pour donner une nouvelle dimension au mouvement de protestation contre le nouveau gouvernement qui s’est répandu le mois dernier dans tout Israël. La coalition comprend des ministres qui veulent élargir de manière importante les implantations juives en Cisjordanie, réduire les droits des minorités et renforcer le contrôle orthodoxe dans les affaires relatives au Judaïsme. Ils envisagent également une refonte judiciaire controversée.

« Les fondations de la démocratie israéliennes sont mises au défi », a commenté Offir Gutelzon, 48 ans, cadre dans une entreprise technologique et qui a fondé UnXeptable depuis San Francisco.

La première de ces manifestations internationales est prévue samedi à midi au Washington Square Park qui se trouve à Greenwich Village, à New York City. Le moment choisi pour le rassemblement – au milieu du Shabbat – a entraîné des critiques sur les réseaux sociaux où l’événement avait été annoncé.

Gutelzon a expliqué que ce moment avait été choisi pour coïncider avec les mouvements de protestation en Israël, qui ont lieu immédiatement après Shabbat et qui, la semaine dernière, ont attiré plus de 160 000 personnes dans plusieurs villes. Les regroupements ont été particulièrement importants à Tel Aviv mais les Israéliens sont aussi de plus en plus nombreux à se retrouver à Jérusalem et dans d’autres villes comme Haïfa.

« Nous appelons les Juifs américains et tous ceux qui s’inquiètent pour la démocratie israélienne à nous rejoindre », a dit Gutelzon. « Israël nous tient à cœur. La démocratie israélienne nous tient à cœur. Nous voulons qu’elle survive, qu’elle prospère ».

D’autres rassemblements en Amérique du nord sont prévus à Boston, Chicago, Miami, Seattle, Los Angeles, Toronto et Vancouver.

Les manifestations s’opposent en particulier à un projet de loi de refonte radicale du système judiciaire, une priorité aux yeux des membres du nouveau gouvernement qui affirment que la Cour suprême détient une autorité trop importante.

Ces réformes ont alarmé même les personnalités habituellement modérées qui soutiennent Israël avec détermination aux États-Unis – cela est notamment le cas du représentant américain au Congrès Jerry Nadler et d’Eric Goldstein, directeur général de l’UJA New York, qui ont tous les deux écrit des lettres ouvertes, cette semaine, disant que cette refonte judiciaire était susceptible d’affaiblir la démocratie israélienne en accordant aux députés un droit de veto opposable à la Cour suprême.

Gilad Paz, un expatrié israélien qui vit à New York depuis 2005, déclare qu’il prévoit de se rendre au rassemblement de New York pour afficher sa solidarité avec sa famille qui se rend régulièrement aux manifestations de Tel Aviv qui ont attiré jusqu’à plus de 160 000 personnes.

« Ici, tout le monde a envie de prendre part à ces manifestations, elles nous permettent de dire que nous soutenons nos amis, nos familles et nos voisins qui se trouvent encore en Israël et qui ont besoin d’entendre qu’on entend leur voix hors d’Israël », explique Paz, qui a servi au sein de Tsahal dans une unité de divertissement et qui appartient aujourd’hui à un groupe de reprises musicales israéliennes qui se produit aux États-Unis.

Paz dit avoir été particulièrement troublé par l’antipathie affichée à l’égard des Juifs non-orthodoxes au sein du nouveau gouvernement.

« Nous nous trouvons à nouveau dans une position où tous les Juifs réformés, massortis et progressistes américains n’existent même plus aux yeux du gouvernement », déplore-t-il. « Je suis Israélien et j’adore ma famille et les gens qui sont là-bas mais… mais depuis que j’ai quitté Israël, il y a 17 ans, je constate malheureusement que les choses ne font qu’empirer ».

Des manifestants israéliens assistant à un rassemblement contre le sixième gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu dans la ville côtière de Tel Aviv, le 21 janvier 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Les Israéliens qui vivent à l’étranger sont généralement plus à gauche que ceux qui vivent dans le pays, et ce, même si la communauté est diversifiée. L’Israeli-American Council (IAC), le plus gros réseau d’expatriés israéliens en Amérique, était largement financé par feu le méga-donneur républicain et philanthrope juif Sheldon Adelson, même si les directeurs du groupe insistent sur le fait que ses adhérents sont politiquement très variés. Lors du sommet de l’IAC qui a eu lieu cette semaine à Austin, au Texas, les événements publics consacrés au nouveau gouvernement ont majoritairement impliqué des leaders israéliens, notamment le président Isaac Herzog et le nouveau ministre des Affaires de la Diaspora, Amichai Chikli — qui a affirmé à l’assistance que la démocratie israélienne était forte et que le nouveau gouvernement était sensible aux inquiétudes des Juifs qui vivent à l’étranger.

Gutelzon, qui a servi au sein de Tsahal et qui a fondé deux start-ups technologiques, a aussi souligné que son mouvement n’était pas anti-israélien. « Il n’a rien à voir avec ces gens qui disent qu’ils veulent faire disparaître le droit à l’existence d’Israël », a-t-il dit avec vivacité. « Nous défendons Israël, nous ne nous opposons pas à Israël ».

Gutelzon a souligné que les Juifs américains et les Israéliens de l’étranger qui respectent le Shabbat et qui ne pourront pas, par conséquent, prendre part au rassemblement pourront se rattraper lors de manifestations prévues dans plusieurs villes en date du 5 février. Elles auront lieu dans la soirée, après la fin du Shabbat.

« Il n’y a aucune raison d’exclure qui que ce soit », s’est-il exclamé. « Ces rassemblements veulent être inclusifs en réunissant des gens de gauche, de droite, des Juifs hassidiques, religieux, laïcs – tous ceux qui soutiennent la démocratie israélienne et qui veulent la sauvegarder sont les bienvenus. »

La page Facebook annonçant la manifestation de New-York compte actuellement près de 200 personnes qui se sont dites « intéressées » par le rassemblement.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.