Rechercher

Les marines israélienne, saoudienne et pakistanaise réunies dans un exercice conjoint

Les responsables ont salué la coopération croissante entre Tsahal et la 5e flotte, dans cet exercice IMX axé sur la guerre sous-marine, auquel des dizaines de pays ont pris part

Judah Ari Gross est le correspondant du Times of Israël pour les sujets religieux et les affaires de la Diaspora.

La marine israélienne a conclu jeudi, à sa participation à l’exercice IMX conduit par la marine américaine, auquel ont pris part des dizaines de pays, dont certains n’entretiennent pas de relation formelle avec Israël.

C’était la première fois qu’Israël participait à l’exercice maritime international, car il coopère de plus en plus avec le Commandement central de l’armée américaine (CENTCOM) et sa 5e flotte, qui opère dans les voies navigables du Moyen-Orient.

« La participation de la Marine à l’exercice américain illustre le renforcement du lien entre nos flottes, basé sur la puissance, l’apprentissage mutuel et le partenariat stratégique. Nous sommes coordonnés et travaillons ensemble avec nos partenaires américains pour prévenir le terrorisme dans le milieu maritime et renforcer la sécurité des eaux de la région », a déclaré le chef de la marine israélienne, David Salama, dans un communiqué.

Le chef de la 5e flotte américaine, l’amiral Brad Cooper, qui a rencontré Salama le mois dernier, le ministre de la Défense Benny Gantz et le Premier ministre Naftali Bennett, ont eux aussi salué les liens grandissants entre les deux marines.

« Cet exercice conjoint démontre notre détermination à protéger l’ordre public international. Il s’agit d’une occasion spéciale d’étendre notre interopérabilité en renforçant nos liens navals », a déclaré M. Cooper.

Dans l’exercice IMX, la marine israélienne dit s’être entraînée avec la 5e flotte, simulant la neutralisation de mines navales, des opérations de recherche et de sauvetage en surface et sous l’eau, ainsi que la conduite d’exercices médicaux en mer.

Des marins américains et israéliens marchent sur la base navale israélienne d’Eilat pendant l’exercice conjoint IMX conduit par les Etats-Unis, en février 2022. (Crédit: Armée israélienne)

Du côté israélien, ont pris part à l’exercice, qui s’est tenu en mer Rouge, la 3e flottille de la marine, qui exploite des navires lance-missiles, le 915e escadron de patrouilleurs et l’Unité de combat sous-marin, connue sous l’acronyme hébreu YALTAM.

Selon l’US Navy, ce sont plus de 9 000 personnes issues de 60 corps d’armée qui ont pris part à l’IMX, initié le 31 janvier.

Parmi les participants à cet exercice, on compte un certain nombre de pays avec lesquels Israël n’a pas de liens formels, tels que l’Arabie saoudite, Oman, les Comores, Djibouti, la Somalie, le Yémen et le Pakistan, ainsi que plusieurs pays avec lesquels Israël a récemment normalisé ses relations, comme les Émirats arabes unis et Bahreïn, qui accueille la 5e flotte américaine.

L’exercice biennal a été lancé en 2012 et est devenu « le plus grand exercice naval multinational au Moyen-Orient », selon la marine américaine.

En novembre, la marine israélienne avait participé à un exercice dirigé par la 5e flotte en mer Rouge, aux côtés des Émirats arabes unis et de Bahreïn, dans ce que les responsables israéliens ont déclaré être une réponse aux récentes attaques de l’Iran contre les moyens navals israéliens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...