Les médias du Golfe se disputent sur l’attaque du blogueur saoudien à Jérusalem
Rechercher

Les médias du Golfe se disputent sur l’attaque du blogueur saoudien à Jérusalem

Un rédacteur en chef saoudien a accusé Mohammed Saud d'avoir souillé la mosquée Al-Aqsa, mais d'autres ont critiqué les insultes de certains Palestiniens contre la famille royale

L'élu du Likud Avi Dichter rencontrant le blogger saoudien Mohammed Saud le 22 juillet 2019. (Credit: Bureau du porte-parole de la Knesset)
L'élu du Likud Avi Dichter rencontrant le blogger saoudien Mohammed Saud le 22 juillet 2019. (Credit: Bureau du porte-parole de la Knesset)

Plusieurs personnalités médiatiques du Golfe ont soutenu les critiques du blogger saoudien admirateur d’Israël, Mohammed Saud, qui a été pris à parti et attaqué par des Palestiniens lors d’une visite de la Vieille Ville de Jérusalem lundi.

D’autres ont pourtant fait entendre une voix critique sur les attaques dont a fait l’objet la personnalité saoudienne des réseaux sociaux lors d’une visite du mont du Temple, particulièrement les insultes contre la famille royale saoudienne.

Saud, un franc soutien d’Israël et du Premier ministre Benjamin Netanyahu, est arrivé en Israël plus tôt cette semaine à l’invitation du ministre des Affaires étrangères avec cinq autres personnalités médiatiques du monde arabe.

Le blogueur saoudien a été harcelé et attaqué par un groupe de Palestiniens lundi alors qu’il faisait un tour de la Vieille Ville de Jérusalem, dont la mosquée Al-Aqsa. La vidéo de l’incident montrait des gens qui lui jettent des chaises et des bouteilles, lui crachent dessus en le traitant « d’animal », de « poubelle » et de « vendu ».

Jaber al-Harmi, le rédacteur en chef d’Al-Sharq, un quotidien qatari a accusé Saud de souiller la mosquée Al-Aqsa, un site aussi connu comme le mont du Temple.

« Les Arabes sont venus à Jérusalem – non pas en conquérants mais en normalisateurs. Une délégation médiatique, y compris d’Arabie Saoudite, le pays de deux saintes mosquées, est venue à l’invitation de l’entité israélienne, a tweeté Harmi mardi avec une vidéo montrant la visite de Saud à Al-Aqsa. « Un Saoudien a essayé de défier la mosquée Al-Aqsa, mais les protecteurs et la jeunesse de Palestine étaient de garde ».

Ali al-Ghofaily, un journaliste saoudien qui travaille aussi comme présentateur et producteur de programmes importants dans le monde arabe MBC, a tenté de jeter un doute sur l’identité nationale de Saud et l’a accusé d’avoir enfreint des lois saoudiennes.

« L’homme n’est pas saoudien. S’il est Saoudien, il ne représente que lui-même parce qu’il viole les lois de l’Etat. S’il retourne dans le royaume, il mérite d’être puni », a tweeté Ghofaily lundi avec une photo du blogueur saoudien en Israël. « La vague de condamnations [de Saud] prouve que la cause palestinienne est notre cause et que la mosquée Al-Aqsa est seulement le droit des Musulmans. Il y toujours une exception à la règle ! »

Des officiels israéliens ont condamné l’attaque contre Saud et ont fermement soutenu sa visite de l’Etat juif.

« Nous condamnons le comportement cruel et immoral de certains Palestiniens à proximité de la mosquée Al-Aqsa envers une personnalité médiatique qui est venue à Jérusalem pour faire un pont vers la paix et la compréhension entre des peuples », a écrit le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Nizar Amer sur Twitter aujourd’hui.

Saud, qui parle un peu hébreu, a dit qu’il espérait une normalisation des liens entre Israël et l’Arabie Saoudite. Son nom d’utilisateur sur Twitter est écrit en hébreu et aussi en arabe, et sa description comprend un drapeau israélien emoji et les mots « Seulement Bibi! », le surnom de Netanyahu.

Certaines personnalités du Golfe ont critiqué les Palestiniens à Al-Aqsa qui ont fait des commentaires blessants sur les dirigeants d’Arabie Saoudite tout en harcelant Saud.

Dans cette photo du 27 novembre 2018, le prince couronné d’Arabie Saoudite Mohammed bin Salman est photographié au palais présidentiel à Carthage, en banlieue est de la capitale Tunis. (Fethi Belaid/AFP)

« Il est honteux d’impliquer l’Arabie Saoudite dans cette polémique. Il est honteux d’entendre beaucoup de malédictions et d’insultes contre nos dirigeants. N’êtes-vous pas gênés ? N’avez-vous pas honte de vous-même ? a tweeté Mohammed Nafaa, un commentateur saoudien très suivi, lundi, ajoutant que « même si un individu saoudien priait dans la mosquée Al-Aqsa, est-ce que cela revient à la normalisation? »

Dans la vidéo de Saud à Al-Aqsa, on peut entendre un homme qualifier le prince couronné saoudien Mohammed bin Salman d’être un « collaborateur ». Une autre personne dit à Saud « d’aller normaliser » avec Israël et la famille royale saoudienne.

L’Arabie Saoudite et Israël n’ont pas de relations diplomatiques. Ils ont pourtant trouvé une cause commune dans leur opposition à l’Iran, y compris son soutien aux groupes armés au Moyen Orient.

Abdel Rahman al-Lahem, un commentateur saoudien qui est apparu dans des programmes télévisés, suggérant qu’il ne pouvait pas comprendre comment des Palestiniens pouvaient insulter l’Arabie Saoudite, qui leur fournit depuis longtemps une aide financière.

« Je suis étonné. C’est mon droit d’être étonné : comment ces gens ont-ils pu élever leurs enfants avant un langage aussi ignoble ? Comment ont-ils mis dans leurs têtes autant de haine noire et de manque de respect pour un pays qui s’est occupé de leur faim, a dépensé de l’argent pour leurs institutions et soutenu leur cause ? », a-t-il tweeté mardi.

Abdelatif Al Shakih, un poète saoudien, a affirmé que les images démontrent que les Palestiniens détestent encore plus les Saoudiens que les Israéliens.

Il a tweeté lundi : « Peu importe qu’il soit saoudien ou non… cette vidéo montre à quel point certains Palestiniens méprissent les Saoudiens… cette vidéo nous ne fait pas honte mais leur fait plutôt honte parce que c’est un aveu de leur haine et de leur rejet de nous qui est plus grand que celui des Israéliens ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...