Les meilleurs cyclistes du monde débuteront la course du Giro en Israël
Rechercher

Les meilleurs cyclistes du monde débuteront la course du Giro en Israël

L'épreuve de 3 semaines, commencera par 3 jours en Israël, à Jérusalem, au nord et au sud du pays

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Les meilleurs cyclistes du monde qui participeront au Giro 2018 – la course cycliste par étapes la plus prestigieuse d’Italie – parcourront environ 400 kilomètres en Israël l’année prochaine, empruntant des rues de villes antiques, des routes de bord de plage et affrontant les terrains rocailleux du désert.

Lorsqu’ils arpenteront les rues de Jérusalem pour les dix premiers kilomètres de la course, le 4 mai, les compétiteurs découvriront un parcours court mais « très dur », a estimé Mauro Vegni, directeur-général de cette course centenaire, qui se trouvait lundi à Jérusalem pour une conférence de presse annonçant l’événement.

La première étape du « Grand départ Israël », l’ouverture de la célèbre course, emmènera les cyclistes aux alentours de la Knesset, de la Cour suprême et du musée d’Israël ainsi que dans la Vieille Ville.

« Les coureurs n’auront pas un moment pour souffler. Ils devront montrer leur force dans cette course », a déclaré Vegni.

Au second jour du Grand départ, le samedi 5 mai, les cyclistes s’élanceront sur une étape de 167 kilomètres le long de la côte, à travers Haïfa, Haifa, Akko, Zichron Yaakov, Césarée et à Tel Aviv.

L’étape numéro trois aura lieu le dimanche 6 mai, et les coureurs relieront Beer Sheva à Eilat, un circuit de 226 kilomètres, avec des arrêts à Avdat, au cratère Ramon et à Neot Smadar.

Cette portion de course est « pour les compétiteurs rapides », a dit Vegni.

« Ce départ à Jérusalem et en Israël offre des bénéfices majeurs pour les deux pays », a-t-il ajouté. « Les cyclistes découvriront des lieux et des villes dans ce pays et ils apporteront les valeurs de l’Italie au monde ».

Vegni s’est exprimé lors de cette conférence de presse aux côtés du ministre du Tourisme italien Luca Lotti, des anciens vainqueurs du Giro Alberto Contador et Ivan Basso, du ministre du Tourisme israélien Yariv Levin, de la ministre de la Culture Miri Regev et du maire de Jérusalem Nir Barkat. Sylvan Adams, magnat de l’immobilier à Montréal et amoureux du cyclisme qui a aidé à lancer ce projet d’accueillir le grand départ du Giro en Israël, était également présent.

« C’est notre objectif de rendre le Giro plus international », a expliqué Vegni. « Israël a été nommé et choisi en premier lieu en raison de son importance et de la valeur ajoutée que l’Etat juif peut offrir aux coureurs du Giro, et à cause de ce que le Giro, en retour, peut offrir à Israël ».

Les organisateurs du Giro d’Italie, notamment, depuis la gauche, l'amoureux du cyclisme et ambassadeur non-officiel du Giro Sylvan Adams, le maire de Jérusalem Nir Barkat, les légendes du vélo Alberto Contador et Ivan Basso, le ministre du Tourisme Yariv Levin, la ministre de la Culture Miri Regev et le manager du Giro d’Italie Mauro Vegni (Autorisation : Grand départ)
Les organisateurs du Giro d’Italie, notamment, depuis la gauche, l’amoureux du cyclisme et ambassadeur non-officiel du Giro Sylvan Adams, le maire de Jérusalem Nir Barkat, les légendes du vélo Alberto Contador et Ivan Basso, le ministre du Tourisme Yariv Levin, la ministre de la Culture Miri Regev et le manager du Giro d’Italie Mauro Vegni (Autorisation : Grand départ)

Comme le Tour de France et la Vuelta a Espana espagnole, le Giro est un événement de trois semaines qui a lieu habituellement entre fin mai et début juin sur un parcours qui est modifié chaque année, mais avec un passage obligatoire à travers les Alpes, notamment les Dolomites. Toutes les étapes sont chronométrées et le coureur qui enregistre le total de temps le plus bas arrive en tête de l’épreuve, autrement dit celui qui revêt le maillot rose très convoité.

Ce sont 176 des meilleurs coureurs cyclistes du monde qui prendront part à la portion israélienne du Giro.

Regev a indiqué que ce grand départ était le plus important événement sportif jamais accueilli par le pays.

Depuis 2006, le Giro organise une année sur deux son grand départ depuis un autre pays que l’Italie. C’est ainsi que les coureurs qui se sont alignés sur la ligne de départ du Giro ont pu arpenter en début d’épreuve les routes des Pays-Bas, de l’Irlande du nord et de la Belgique.

Ce sont des millions de téléspectateurs qui regardent la course diffusée dans 194 pays, ont indiqué les organisateurs.

Le parcours habituel du Giro à travers les villages italiens, les routes de campagne ou les rues des villes permettent aux compétiteurs et aux téléspectateurs de découvrir différentes parties de l’Italie, a déclaré Lotti, le ministre du Tourisme italien, « même lorsque les cyclistes ne les traversent que pour quelques minutes ».

L’édition 2018 de la course – sa 101ème – sera également l’opportunité de rendre hommage au coureur légendaire italien Gino Bartali, vainqueur de l’épreuve à trois reprises. Bartali avait aidé à secourir des centaines de Juifs italiens durant l’Holocauste et a été reconnu en 2013 par Yad Vashem comme Juste parmi les nations.

Sylvan Adams, passionné de vélo et coureur amateur qui est également le président honoraire du Grand départ en Israël, a indiqué qu’accueillir cette course au sein de l’Etat juif serait la réalisation d’un rêve pour lui après plus d’un an d’efforts menés auprès des gouvernements israélien et italien et auprès des maires des villes impliquées dans l’épreuve.

« Nous commencerons ou finirons dans chacune de ces villes, les cinq plus importantes d’Israël, cela pour réaliser cette idée originale d’amener le Giro au sein de l’Etat juif », a-t-il dit. « C’est un événement sportif qui montrera notre pays en direct à des centaines de millions de spectateurs ».

Les seuls coureurs israéliens éligibles à une participation au Giro sont des membres de l’Académie israélienne de cyclisme qui se sont portés candidats à la course, ce qu’Adams a qualifié « d’entrée joker ».

D’autres coureurs amateurs pourront participer au GFNY Jérusalem, ou Gran Fondo New York, une course internationale qui se tiendra à Jérusalem la semaine précédant le Giro.

Alberto Contador, deux fois vainqueur du Giro d'Italie, était présent pour annoncer le 'Grand départ' du Giro 2018 à Jérusalem (Crédit : CC BY-SA/Wikimedia Commons)
Alberto Contador, deux fois vainqueur du Giro d’Italie, était présent pour annoncer le ‘Grand départ’ du Giro 2018 à Jérusalem (Crédit : CC BY-SA/Wikimedia Commons)

Organiser le départ du Giro hors de l’Europe est « une très bonne chose pour le monde du cyclisme », a dit Alberto Contador, vainqueur du Giro à deux reprises qui a récemment pris sa retraite de coureur international. Ce n’est pas la première fois que Contador se trouve en Israël, et il a estimé que les routes sont très différentes de celles de l’Europe.

Ivan Basso, un autre vainqueur du Giro qu’il a gagné deux fois, a expliqué que faire du vélo dans un nouvel endroit offrait quelque chose de différent à chaque fois.

« Ce départ à Jérusalem est tellement unique. Il transformera le Giro en un événement encore plus important », a-t-il dit.

Regev et Levin ont déclaré ne pas s’inquiéter d’éventuels partisans du boycott d’Israël qui viendraient perturber la course.

« La réponse que nous apportons, c’est l’événement », a dit Levin. « L’équipe qui gère le Giro croit en Israël et elle permet à l’événement de se dérouler ici, c’est la première fois qu’ils prennent une telle initiative hors de l’Europe. C’est une initiative qui signifie qu’il n’y a ni inquiétudes, ni préoccupations ».

Le Grand départ en Israël est une opportunité unique d’amener le Giro en Israël, « un pays qui veut raconter son histoire », a dit Vegni. « Nous avons eu de nombreuses réunions avec des groupes et des équipes et aucun d’entre eux n’a demandé pourquoi nous allions en Israël. Il y aura des difficultés mais au niveau logistique, pas politique ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...