Israël en guerre - Jour 190

Rechercher

Les Moms For Liberty de l’Indiana s’excusent d’avoir cité Hitler dans leur newsletter

Trump, DeSantis, Robert F. Kennedy Jr. participeront au sommet du groupe qui censure les livres et a publié la citation du nazi : "Celui qui possède la jeunesse gagne l'avenir"

Une pancarte indiquant "Nous ne sommes pas coparents avec le gouvernement" est visible dans le couloir lors du sommet inaugural de Moms For Liberty au Tampa Marriott Water Street le 15 juillet 2022 à Tampa, en Floride. Illustration (Crédit : Octavio Jones/Getty Images)
Une pancarte indiquant "Nous ne sommes pas coparents avec le gouvernement" est visible dans le couloir lors du sommet inaugural de Moms For Liberty au Tampa Marriott Water Street le 15 juillet 2022 à Tampa, en Floride. Illustration (Crédit : Octavio Jones/Getty Images)

JTA – Une section de l’organisation d’extrême droite Moms For Liberty dans l’Indiana, groupe qui a plaidé pour l’interdiction de livres dans les districts scolaires à travers le pays, s’est excusé d’avoir cité Adolf Hitler dans sa newsletter cette semaine.

La section du groupe dans le comté de Hamilton, au nord d’Indianapolis, a diffusé la première édition de sa lettre d’information, The Parent Brigade, mercredi. En tête de page, on pouvait lire une citation attribuée à Hitler : « Celui qui possède la jeunesse gagne l’avenir. »

Jeudi, la présidente de la section s’est excusée pour cette citation. Une version modifiée de la newsletter indiquant le « contexte » dans lequel la phrase a été citée a été publiée en ligne avant que celle-ci ne soit supprimée et que ne soit rediffusée la newsletter sans la phrase en question.

« Nous condamnons les actions d’Adolf Hitler et la place sombre qu’il occupe dans l’histoire de l’humanité », a écrit la présidente du groupe, Paige Miller, dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux. « Nous n’aurions pas dû le citer dans notre newsletter et nous présentons nos plus sincères excuses. »

Fondé en 2021 en Floride pour s’opposer à ce qu’elles appellent l’endoctrinement dans l’éducation publique, les Moms For Liberty comptent aujourd’hui des dizaines de sections à travers le pays, un profil national en expansion et une relation malaisée avec les livres à thème juif.

Au moins une de ses présidentes nationales est juive, et le groupe a publiquement soutenu les yeshivot orthodoxes haredies qui ont été critiquées pour leur non-respect des exigences en matière d’éducation laïque et d’autres normes.

Mais les membres de Moms For Liberty ont également joué un rôle moteur dans le retrait de livres juifs et de livres sur le thème de la Shoah dans les écoles. Ce sont elles qui ont notamment réussi à faire retirer une adaptation du journal d’Anne Frank d’un district scolaire de Floride.

Certaines sections du groupe se sont par ailleurs associés à des groupes extrémistes tels que les Proud Boys, ce qui leur a valu d’être qualifiés de groupe haineux par une organisation de gauche, le Southern Poverty Law Center, qui a été à son tour critiqué par les Républicains.

La citation en question provient d’un discours prononcé par Hitler en 1935 lors de l’introduction des lois antisémites de Nuremberg. Elle a déjà été citée publiquement en 2021, lorsque Mary Miller, membre républicaine du Congrès, en avait récité une version lors d’un rassemblement peu avant la prise d’assaut du Capitole, le 6 janvier de cette année-là. Miller, qui a déclaré que « Hitler avait raison sur un point », a d’abord défendu son utilisation de la citation avant de s’excuser.

Sur Twitter, Moms for Liberty a répondu au mail en écrivant : « Tout le monde sait qu’Hitler est mauvais » et a qualifié la couverture médiatique sur la citation de « malhonnêteté intentionnelle dans le reportage », tout en ajoutant que « la section n’aurait pas dû citer Hitler sans le condamner en même temps ».

La cofondatrice de Moms For Liberty, Tiffany Justice, a répondu à la citation par une déclaration où elle semblait comparer le président américain Joe Biden à Hitler.

« Nos Moms condamnent Hitler et tout ce qu’il représente », a tweeté Justice au-dessus d’une capture d’écran d’un article dans lequel Joe Biden critiquait les militants des droits des parents. À côté de l’image d’un doigt pointant vers l’article, elle a écrit : « Contrôler l’esprit des jeunes par le biais des écoles publiques, c’est ce qu’ont fait Hitler, Lénine et Mao. Des millions de personnes sont mortes à cause de ces monstres. Ils pensaient que les enfants leur appartenaient. Cela vous semble-t-il familier ? »

Hitler et Goebbels, en 1935.(Crédit : CC-BY-SA, Bundesarchiv, Bild 183-1990-1002-500, Wikipedia)

L’incident s’est produit alors que les Moms For Liberty s’apprêtent à organiser leur tout premier sommet annuel. Plusieurs candidats à la présidence doivent y participer, notamment les Républicains Donald Trump, Ron DeSantis et Nikki Haley, ainsi que le candidat démocrate Robert F. Kennedy Jr.

La plupart des activités du groupe au niveau national portent sur la lutte contre les discussions sur l’identité LGBTQ dans les écoles, ainsi que sur les questions liées à la race. Les autres articles publiés dans la newsletter du comté d’Hamilton comprenaient des critiques à l’encontre d’un lycée local ayant reçu un prix de la It Gets Better Foundation, qui défend les intérêts des jeunes LGBTQ. Sous la citation d’Hitler figurait une autre citation des cofondatrices nationales du groupe, Justice et Tina Deskovich : « Moms For Liberty ne se laissera pas intimider par les groupes haineux. »

Parmi les personnalités qui ont condamné la newsletter, figure Miles Nelson, candidat démocrate juif à la mairie de Carmel, dans l’Indiana, situé dans le comté d’Hamilton. Nelson a tweeté : « Ce discours de haine n’a pas sa place dans notre communauté. »

Le président du Parti républicain du comté, Mario Massillamany, a également condamné la lettre d’information, déclarant à l’Indianapolis Star : « Je ne pense pas qu’en tant que société, nous puissions en dire assez sur les atrocités que le pauvre peuple juif a dû subir. »

Selon les informations diffusées par la radio publique de l’Indiana, le « contexte » fourni par le groupe pour la citation indiquait que « la citation d’un leader horrible devrait mettre les parents en alerte. Si le gouvernement contrôle nos enfants aujourd’hui, il contrôle l’avenir de notre pays. Nous, le peuple, devons être vigilants et protéger nos enfants d’un gouvernement trop intrusif ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.