Les « mutations silencieuses » aideraient à détecter le cancer – étude en Israël
Rechercher

Les « mutations silencieuses » aideraient à détecter le cancer – étude en Israël

Une étude revue par des pairs montre que des altérations du génome auparavant négligées peuvent être utilisées pour identifier les types de cancer et prédire les chances de survie

Gros plan illustratif d'un technicien médical travaillant sur une culture bactérienne (Crédit : 10174593_258, iStock by Getty Images)
Gros plan illustratif d'un technicien médical travaillant sur une culture bactérienne (Crédit : 10174593_258, iStock by Getty Images)

Des chercheurs de l’Université de Tel Aviv ont découvert que les « mutations silencieuses » dans les génomes du cancer peuvent être utilisées pour prédire à la fois le type de cancer et la probabilité de survie d’un patient. Ils affirment aussi que la méthode qu’ils ont mise au point pourrait contribuer à sauver des vies à l’avenir.

Les mutations silencieuses sont des mutations de l’ADN qui ne modifient pas la séquence des acides aminés dans les protéines et qui n’ont donc aucun effet sur le phénotype d’un organisme – les caractéristiques physiques observables. Ces dernières années, il a été démontré que de telles mutations peuvent affecter l’expression des gènes et être associées au développement et à la propagation des cellules cancéreuses.

Selon l’étude dirigée par le professeur Tamir Tuller et l’étudiant en recherche Tal Gutman, publiée dans la revue NPJ Genomic Medicine au début du mois, les mutations silencieuses peuvent aider non seulement à diagnostiquer le cancer, mais aussi à identifier les types de cancer et à prédire les chances de survie du patient.

À l’aide d’outils quantitatifs jamais utilisés auparavant pour explorer la fonctionnalité des mutations silencieuses, Tuller et Gutman ont examiné environ trois millions de mutations provenant des génomes de 9 915 patients atteints de cancer et ont tenté d’identifier le type de cancer et de prédire la probabilité de survie 10 ans après le diagnostic initial – sur la base des seules mutations silencieuses.

Les résultats montrent que « le pouvoir prédictif des mutations silencieuses est souvent similaire à celui des mutations « ordinaires », non silencieuses », indique l’étude, et qu’en outre, « en combinant les informations provenant des mutations silencieuses et non silencieuses, la classification pourrait être améliorée pour 68 % des types de cancer. »

Dans certains types de cancer, la classification a été améliorée jusqu’à
17 %, tandis que le pronostic a été amélioré jusqu’à 5 %, ont constaté les chercheurs du département de génie biomédical et du Zimin Institute for Engineering Solutions Advancing Better Lives.

Une femme durant une chimiothérapie. (Crédit : nd3000 via iStock by Getty Images)

Tuller, dans un communiqué publié par l’Université de Tel Aviv, a déclaré que les résultats de l’étude ont « plusieurs conséquences importantes. »

« Tout d’abord, il ne fait aucun doute qu’en utilisant les mutations silencieuses, nous pouvons améliorer les modèles de diagnostic et de pronostic existants », a-t-il déclaré, notant qu’une amélioration de 17 % de la classification était « très significative ».

« Les médecins qui découvrent des métastases veulent savoir d’où elles viennent et comment la maladie s’est développée, afin de prescrire le meilleur traitement. Si, hypothétiquement, au lieu de donner des diagnostics et des pronostics erronés à cinq patients cancéreux sur dix, ils ne se trompent que dans quatre cas sur dix, des millions de vies pourraient finalement être sauvées », a expliqué Tuller.

« Ces résultats sont particulièrement significatifs pour une série de technologies actuellement en cours de développement, qui s’efforcent de diagnostiquer les types de cancer sur la base de l’ADN de sources malignes identifiées dans de simples tests sanguins », a-t-il ajouté.

Selon l’université, après leur « preuve de concept », les chercheurs ont maintenant l’intention de créer une startup avec Sanara Ventures en se concentrant sur les mutations silencieuses comme outil de diagnostic et de pronostic.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...