Les négociations échouent à nouveau, Netanyahu coincé entre Gantz et sa droite
Rechercher
Analyse

Les négociations échouent à nouveau, Netanyahu coincé entre Gantz et sa droite

Un nouveau gouvernement était prêt : Le Likud avait gagné sur l'annexion, Kakhol lavan sur les réformes judiciaires ; mais un tollé de la droite a forcé un retour en arrière

Haviv Rettig Gur

Haviv Rettig Gur est l'analyste du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu se trouve devant une vue d'ensemble du quartier de Har Homa à Jérusalem-Est, où il a annoncé la construction d'un nouveau quartier, le 20 février 2020. (Debbie Hill/Pool via AP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu se trouve devant une vue d'ensemble du quartier de Har Homa à Jérusalem-Est, où il a annoncé la construction d'un nouveau quartier, le 20 février 2020. (Debbie Hill/Pool via AP)

Israël est passé à quelques centimètres d’un nouveau gouvernement lundi après-midi.

À partir de 14h30 environ, le Likud et Kakhol lavan ont commencé à sortir de leurs discours habituels sur leurs principes indéfectibles pour assurer qu’un accord de coalition – et avec lui, le 35e gouvernement israélien, longtemps retardé – serait signé et scellé avant la fin de la journée.

Le Likud a insisté sur le fait qu’il avait gagné. Tout comme Kakhol lavan. Alors que les détails s’échappaient de la salle de négociation, le grand marché conclu entre les deux parties est finalement apparu clairement.

Le Likud avait obtenu un accord pour l’annexion de la Judée-Samarie (Cisjordanie) ; la position du leader de Kakhol lavan Benny Gantz, qui demandait un veto sur le projet, a été annulée. Gantz avait obtenu le pouvoir d’annuler les réformes de droite du système juridique et judiciaire, et la suppression de la demande du Likud d’un veto sur les nominations judiciaires.

Les deux camps pouvaient donc joyeusement revendiquer la victoire.

Des employés municipaux accrochent des drapeaux dans l’implantation d’Efrat en Judée-Samarie (Cisjordanie), le 5 avril 2020. (Gershon Elinson/Flash90)

Kakhol lavan a naturellement donné la priorité au pouvoir judiciaire et au système juridique. Le parti était uni sur la question de la lutte contre ce qu’il considérait comme des réformes juridiques « antidémocratiques » de la droite ; il n’était pas uni de la même manière pour s’opposer à l’annexion. Certaines annexions limitées, en particulier dans les grands blocs d’implantation déjà prévus pour Israël dans les paramètres de Clinton depuis deux décennies, étaient tout à fait conformes à la position consensuelle du parti. (Il est certain que la Maison Blanche de Clinton a considéré les lignes proposées comme les résultats finaux d’un processus de paix bilatéral qui garantissait un État palestinien, des échanges de terres et d’autres concessions clés par Israël, et non comme un geste unilatéral sans bénéfice pour les Palestiniens ; mais avec l’espoir d’un processus avec les Palestiniens de plus en plus moribonds, il y a peu d’opposition de la part de Kakhol lavan à une certaine mesure d’annexion dans certaines parties de la Judée-Samarie).

Le Likud a naturellement donné la priorité à l’annexion. Son chef, Benjamin Netanyahu, en avait fait une promesse de campagne clé, et la base de son parti considère les années Trump – et, surtout, les six prochains mois, avant que Donald Trump ne soit confronté à un électorat américain post-pandémie en novembre – comme un moment d’opportunité comme on n’en avait jamais vu auparavant et qui pourrait ne pas revenir de sitôt. Un cri de ralliement auquel Netanyahu pensait que son flanc droit ne pouvait pas résister, et serait une récompense suffisante pour le parti Yamina pour les postes ministériels qu’il ne pourrait plus leur donner. Cela marquerait son héritage à long terme, estimait-il, et permettrait de maintenir son bloc de droite uni lors des prochaines élections.

Le fait que les deux protagonistes aient été accusés par leurs camps politiques de « capitulation » – Kakhol lavan par l’ancien partenaire le député Ofer Shelah de Yesh Atid, le Likud par Yamina – ne faisait que renforcer l’idée qu’un compromis réel et douloureux avait été obtenu par deux partenaires consentants.

Le chef du parti Kakhol lavan, Benny Gantz, photographié dans sa voiture au siège du parti, à Tel Aviv, en septembre 2019. (AP Photo/Oded Balilty)

L’optimisme n’a duré que quatre heures. À 19 heures, les négociateurs du Likud avaient reçu de nouvelles instructions de Netanyahu : Réouvrir les négociations sur la demande du Likud, désormais abandonnée, d’un veto sur la nomination des juges.

Gantz, furieux de ce retour en arrière, a ordonné aux négociateurs de quitter la table et a publié une condamnation : « Après que des accords ont été conclus sur toutes les questions, le Likud a demandé de renégocier les procédures de la commission des nominations judiciaires. Nous mettons fin aux négociations. Nous ne permettrons aucun changement dans le fonctionnement de la Commission des nominations judiciaires ni aucune atteinte à notre démocratie ».

Rébellion à droite

Le retour en arrière de Netanyahu en dit long sur la nature et les limites de son leadership.

Pendant des années, la gauche a accusé Netanyahu de prendre un virage populiste vers la droite dans la politique israélienne. Et pendant des années, Netanyahu a cru qu’il n’était pas la cause de ce changement, mais comme tout bon politicien, il y a réagi et s’y est adapté.

Lundi soir, une tentative naturelle était en cours qui semblait pencher résolument en faveur de Netanyahu sur la question.

Le ministre de la Défense Naftali Bennett (à gauche) s’entretient avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une réunion avec les dirigeants des partis de droite à la Knesset à Jérusalem, le 4 mars 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Netanyahu avait son gouvernement, mettant fin à un mélodrame politique de 18 mois qui a vu trois élections consécutives et une rancœur partisane croissante. Il pouvait enfin ramener le gouvernement et la Knesset à un travail à plein temps pour lutter contre la pandémie et ses retombées économiques.

Mais lorsque la nouvelle des compromis contenus dans le nouvel accord s’est répandue, l’amertume qu’elle a suscitée chez les partisans de Netanyahu, soi-disant les plus loyaux et les plus fervents, l’a même surpris.

« Je me sens comme un idiot trahi », a déclaré l’expert de droite Boaz Golan, qui présente une émission quotidienne sur la Vingtième chaîne (de droite), a fondé le site d’information d’extrême droite 0404 et est considéré comme proche et loyal envers la famille Netanyahu.

« Ce club de poker » – le nouveau gouvernement – « nous infligera une fois de plus le gauchisme des juges israéliens », a-t-il accusé. Le gouvernement « nous fait une faveur en parlant même de souveraineté… C’était une vilaine petite pirouette qu’ils nous ont faite… Maintenant, nous devons garder la tête baissée et accepter une fois de plus le Premier ministre permanent et inattaquable d’Israël – Monsieur Cour Suprême… Quelle honte ! »

Golan est l’un des nombreux experts et militants du Likud qui se sont prononcés publiquement contre l’accord de coalition de Netanyahu, et dans des termes tout aussi virulents.

La présidente de la Cour suprême, Esther Hayut (C), arrive pour une audience préliminaire de la Haute Cour sur la question de savoir si un député faisant l’objet d’une inculpation pénale peut être appelé à former une coalition, le 31 décembre 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

Yamina, le parti qui aurait dû se réjouir le plus fort d’un nouveau gouvernement qui s’est engagé à une certaine dose d’annexion israélienne en Judée-Samarie, a également fustigé la « reddition » de Netanyahu.

« Selon les médias », peut-on lire dans le communiqué du parti – une plainte implicite sur le fait que Netanyahu n’a pas encore négocié avec ses partenaires de droite – « dans l’accord en cours d’élaboration, Netanyahu a complètement abandonné la question juridique à Kakhol lavan. [L’ancien président de la Cour suprême] Aharon Barak et sa révolution judiciaire reviennent sur le devant de la scène et continueront à nommer leurs protégés à la Cour suprême… En « échange », Netanyahu a reçu une vague déclaration sur la souveraineté qui ne dit rien et, pire encore, retarde l’annexion [d’environ trois mois] jusqu’à ce qu’elle soit trop proche des élections américaines, ce qui jette une ombre sur la possibilité d’obtenir l’accord des Américains pour cette démarche ».

Netanyahu doit conditionner le passage de Gantz au poste de Premier ministre à l’annexion, a insisté le parti, « en apportant au cabinet une décision sur l’application de la souveraineté à toutes les implantations en Judée et en Samarie avant que les lois sur la rotation ne soient votées à la Knesset ». Sinon, « il est clair que nous n’aurons pas de souveraineté ».

C’était une position étrange pour le fameux rusé Netanyahu : ses alliés de droite les plus fiables soutenaient non seulement qu’il avait trop cédé dans les négociations, mais qu’il était dépassé par le néophyte Gantz.

Netanyahu a cédé rapidement – si rapidement que certains chez Kakhol lavan se sont demandé si les résultats obtenus lundi à la table des négociations n’étaient pas une tactique dilatoire de Netanyahu, une façon de forcer Gantz à épuiser son temps imparti en tant que Premier ministre désigné, après quoi le relais est confié à Netanyahu qui voit son pouvoir de négociation se renforcer.

De gauche à droite : Naftali Bennett, Ayelet Shaked et Bezalel Smotrich lors d’un événement de campagne dans l’implantation d’Elkana, en Cisjordanie, le 21 août 2019. (Crédit : Ben Dori/Flash90)

Bien que ce soupçon soit compréhensible, c’est une explication peu probable pour la rétractation de Netanyahu. Il est vrai que Gantz perdra un peu de son influence mercredi lorsque la Knesset prendra ses vacances pour la fête de Pessah et que la menace de Gantz d’adopter immédiatement une loi pour empêcher un député comme Netanyahu de devenir Premier ministre s’évanouira.

Mais il est peu probable que Netanyahu joue à un jeu aussi dilatoire d’une manière qui provoquerait la colère de sa base. Il aurait pu simplement retarder les pourparlers sans explication, et sans déclencher cette colère.

Par ailleurs, la principale source d’influence de Gantz – sa position de président de la Knesset – n’a pas changé. Les nombreux ennemis de Netanyahu au Parlement n’auront aucun mal à mettre les projets de loi anti-Netanyahu au programme de la séance plénière après le retour de la pause.

Plus l’explication est simple, plus elle est probable : Netanyahu a découvert que sa base fidèle n’est pas fidèle à lui personnellement, mais aux idées et aux politiques longtemps défendues par la droite idéologique, en particulier lorsqu’il s’agit de réformer le système judiciaire et juridique.

En théorie, Netanyahu aurait dû avoir le dessus dans les négociations. Mais au cours des dernières semaines de pourparlers, Gantz a joué habilement sa carte plus limitée, s’assurant que Netanyahu ne puisse pas facilement l’abandonner, ni lui ni les pourparlers de coalition.

Le président Reuven Rivlin, (au centre), le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à gauche), et le dirigeant de Kakhol lavan, Benny Gantz, se serrent la main lors de la cérémonie commémorative pour le défunt président Shimon Peres au cimetière du Mont Herzl à Jérusalem le 19 septembre 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

L’accord qui a été presque signé lundi dernier témoigne du succès de Gantz. Il stipule que Gantz doit être élu au poste de prochain Premier ministre, non pas dans 18 mois lorsque son tour viendra – et lorsque ni Netanyahu ni aucun autre député du Likud, ni même les anciens partenaires de Gantz dans Yesh Atid ou Telem, n’auront de raison de voter pour lui – mais maintenant, alors que la Knesset élit Netanyahu au poste de Premier ministre, dans le cadre d’un accord global dont dépend le mandat des deux hommes.

L’accord contient également un mécanisme garantissant à Gantz au moins quelques mois en tant que Premier ministre, même si Netanyahu prépare une crise budgétaire pour renverser le gouvernement plus tôt que prévu. Celui des deux hommes qui ne votera pas en faveur du projet de loi sur le budget de l’État – l’échec de l’adoption d’un budget déclenche automatiquement de nouvelles élections en vertu de la loi – perdra le poste de Premier ministre pendant le gouvernement intérimaire. Si Netanyahu renverse le gouvernement vers mars 2021, alors que la date limite pour l’adoption du budget 2021 approche, afin d’éviter de remettre à Gantz la place de Premier ministre en septembre, alors Gantz devient automatiquement Premier ministre pour les 90 jours précédant le jour des élections, ainsi que pour tout le temps nécessaire à la formation du prochain gouvernement.

Ce type de protection peut être en partie responsable de la situation actuelle de Netanyahu. Elles ont convaincu certains experts de droite que Netanyahu ne cherche peut-être pas à tromper son rival cette fois-ci, et Gantz pourrait bien occuper le fauteuil de Premier ministre un jour prochain. Cela a naturellement conduit à une attention plus fervente et à une plus grande préoccupation concernant les engagements politiques du prochain gouvernement, tels qu’ils sont formulés dans l’accord de coalition.

Tout dépend maintenant des priorités de Netanyahu et du calendrier politique qui guide ses actions. S’il cherche un gouvernement d’urgence pour aider à stabiliser le pays pendant la pandémie, Gantz lui offre une voie stable pour sortir de l’impasse politique. Les 19 sièges de Gantz (15 pour Kakhol lavan, 2 pour Travailliste et 2 pour Derekh Eretz) signifient que Netanyahu peut ignorer les menaces de Yamina de se diriger vers l’opposition. À l’exception des questions pour lesquelles Gantz a obtenu des engagements explicites lors des pourparlers de coalition, Netanyahu sera probablement plus sûr et plus puissant dans un gouvernement d’unité que dans un gouvernement de droite étroit. Mais si son regard se porte sur les prochaines élections, qu’elles aient lieu avant octobre 2021, au moment où il renie sa promesse à Gantz, ou à la fin du mandat de Gantz en avril 2023, alors il s’attachera en priorité à préserver son alliance avec Yamina et à renforcer la fragile loyauté de sa base en colère.

Une réponse est susceptible d’arriver bientôt. La Knesset et, dans une certaine mesure, le cycle de l’actualité entreront en hibernation dans les heures qui précèdent le Seder de Pessah de mercredi soir, mais les négociateurs des deux parties ne le feront probablement pas. En retardant la signature d’un accord jusqu’à mercredi, Netanyahu se retrouve avec deux black-out politiques consécutifs, Pessah et Shabbat, dont il peut raisonnablement espérer qu’ils atténueront le risque de tempête politique. Cela suppose, bien sûr, qu’il souhaite réellement un accord.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...