Israël en guerre - Jour 202

Rechercher

Les négociations se poursuivent à Doha malgré les failles rapportées par les médias

Le Hamas veut 30 prisonniers sécuritaires en échange de chaque soldate, Israël en offre 5 ; l'adjoint de Sinwar serait présent

Des manifestants appelant à la libération des otages israéliens détenus dans la bande de Gaza et protestant contre le gouvernement israélien actuel devant les quartiers généraux de l'armée de la Kirya, à Tel Aviv, le 23 mars 2024. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)
Des manifestants appelant à la libération des otages israéliens détenus dans la bande de Gaza et protestant contre le gouvernement israélien actuel devant les quartiers généraux de l'armée de la Kirya, à Tel Aviv, le 23 mars 2024. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)

D’importantes divergences subsistent dans les pourparlers indirects, actuellement en cours au Qatar, entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas en vue d’un accord portant sur la libération des otages et sur une trêve temporaire dans la bande de Gaza, alors que la guerre est sur le point d’entrer dans son sixième mois, selon des informations largement diffusées samedi.

L’un des principaux désaccords porte sur le nombre de prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël dont le Hamas a exigé la libération en échange de la remise en liberté des soldates de l’armée israélienne retenues en otage à Gaza depuis l’assaut barbare du 7 octobre.

En outre, le groupe terroriste palestinien a jusqu’à présent conditionné toute nouvelle libération d’otages à un engagement israélien en faveur d’un cessez-le-feu permanent. Israël a rejeté cette demande à maintes reprises, s’engageant à reprendre sa opération militaire après la mise en œuvre de tout accord de libération d’otages et à atteindre son objectif de guerre : la destruction du Hamas, décidée à la suite du massacre du 7 octobre, afin de garantir que le groupe terroriste ne pourra pas conserver le pouvoir à Gaza et qu’il ne pourra plus jamais se livrer à des atrocités de ce type.

La délégation israélienne, dirigée par David Barnea, chef de l’agence de renseignement du Mossad, accompagné de Ronen Bar, chef de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet, et de Nitzan Alon, responsable de Tsahal, se trouve à Doha pour des pourparlers sous la médiation des États-Unis, du Qatar et de l’Égypte. L’équipe a rencontré le directeur de la CIA, William Burns, le Premier ministre qatari, Mohammed ben Abdulrahman al-Thani, et le chef des services de renseignements égyptiens, Abbas Kamel.

Selon un reportage de la Douzième chaîne diffusé samedi, Israël a provisoirement accepté de libérer un nombre « plus généreux » de prisonniers palestiniens dans le cadre d’un nouveau compromis suggéré par les États-Unis. Mais il refuse toujours d’envisager la fin de la guerre pour parvenir à un accord avec le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Le cadre initial de l’accord qui avait été élaboré à Paris, le mois dernier, prévoyait une trêve de six semaines et la libération d’environ 400 prisonniers pour une quarantaine d’otages – femmes, enfants, malades et personnes âgées – dans un premier temps. Le nouveau compromis américain est « plus généreux » pour le Hamas mais il a été accepté par Israël, a rapporté la Douzième chaîne, sans fournir de détails. Les équipes attendent maintenant une réponse de Gaza, ce qui pourrait prendre plusieurs jours.

Cette combinaison d’images : De gauche à droite : le directeur de la CIA William Burns, le directeur du Mossad David Barnea, et le Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar Cheikh Mohammed ben Abdulrahman al-Thani. (Crédit : AFP)

Selon une information diffusée samedi par la chaîne qatarie Al Jazeera, le Hamas a exigé la libération de trente prisonniers de sécurité palestiniens condamnés par Israël à la prison à perpétuité pour terrorisme, pour chaque soldate de Tsahal actuellement détenue par le groupe terroriste dans la bande de Gaza. Dix-neuf femmes sont toujours retenues en otage, parmi lesquelles des soldates, ainsi que deux jeunes enfants, dont le plus jeune otage à avoir été enlevé le 7 octobre et qui a aujourd’hui un an.

Ils font partie des 130 otages qui sont toujours retenus à Gaza – dont certains ne sont plus en vie – après que 105 civils ont été libérés des geôles du Hamas lors d’une trêve d’une semaine à la fin du mois de novembre. Quatre otages avaient été libérés avant cela.

Selon le reportage d’Al Jazeera, Israël a répondu en offrant cinq prisonniers par soldate et a également insisté pour que, dans la première phase de tout accord, 40 otages soient libérés, toutes catégories confondues, y compris parmi les hommes âgés ou plus jeunes.

Le reportage de la Douzième chaîne indique que la délégation du Hamas comprend les dirigeants du groupe terroriste basés à Doha, Ismaïl Haniyeh et Khaled Meshaal, ainsi que Khalil al-Hayya, un adjoint du chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar.

Après le départ de Barnea, Bar et Alon ce dimanche, certains membres de la délégation israélienne sont susceptibles de rester à Doha quelques jours supplémentaires, a rapporté la Douzième chaîne.

L’équipe de négociation israélienne aurait rejeté les demandes du Hamas de mettre fin à la guerre, de retirer ses troupes de Gaza et d’autoriser sans condition tous les déplacés de Gaza à retourner dans la partie nord du territoire, ont déclaré des sources palestiniennes à Al Jazeera samedi.

Au lieu de cela, Israël a proposé le retour de 2 000 habitants de Gaza par jour dans le nord, à partir de deux semaines après l’entrée en vigueur de l’accord et le début d’une trêve temporaire.

Un responsable du groupe terroriste palestinien a également déclaré samedi à l’AFP qu’Israël « refuse de s’entendre sur un cessez-le-feu global et refuse le retrait complet de ses forces de Gaza ».

Ce responsable a ajouté qu’Israël avait indiqué qu’il voulait garder sous son contrôle les questions de secours, d’abris et d’aide, et que l’État juif a exigé que « les Nations unies ne reprennent pas le travail, en particulier dans le nord de la bande de Gaza ».

Le reportage de la Douzième chaîne a indiqué que le cabinet de guerre, en offrant une certaine marge de manœuvre à la mission israélienne avant son départ, vendredi, a autorisé les négociateurs à discuter du processus de retour des civils évacués du nord de la bande de Gaza.

Israël insiste également sur le droit d’exiler, en dehors de la Cisjordanie et de Gaza, les prisonniers de sécurité qui ont commis de graves crimes et qui seraient libérés dans le cadre d’un accord, selon Al Jazeera.

L’équipe de négociation exige également le retour des corps de Hadar Goldin et d’Oron Shaul, qui ont été tués lors de l’Opération « Bordure protectrice » à Gaza en 2014 et dont les dépouilles sont détenues par le groupe terroriste, en échange de la libération des prisonniers palestiniens qui ont été libérés dans le cadre de l’accord Gilat Shalit de 2011, mais qui ont été réincarcérés en Israël par la suite.

Le Hamas étudie actuellement la réponse d’Israël à sa proposition, mais toute réponse de la délégation du groupe terroriste pourrait prendre plusieurs jours, a rapporté la Douzième chaîne.

Alors que Barnea et les autres fonctionnaires partaient pour le Qatar vendredi, un fonctionnaire israélien a déclaré au Times of Israel « qu’il n’y a pas eu de réel progrès » dans les négociations avec le Hamas.

« Les Américains font passer cela pour des progrès », a déclaré la source. « La pression pour aller de l’avant vient d’eux. »

Faisant écho à cette analyse, la Douzième chaîne a cité vendredi une source israélienne déclarant que les familles des otages ne devaient pas s’imaginer qu’une percée était imminente, tout en précisant que les pourparlers avançaient.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.