Les officiers religieux écartés des hauts postes dans l’armée, selon Bennett
Rechercher

Les officiers religieux écartés des hauts postes dans l’armée, selon Bennett

L'enregistrement d'une conversation avec des militants diffusé par la Douzième chaîne révèle que le ministre de l'Education indique qu'il "faut régler le problème"

Naftali Bennett, président du parti HaBayit HaYehudi, demande l'annexion de parties de la Cisjordanie après le vote de la résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations unies devant le mur Occidental de la Vieille Ville de Jérusalem, le 25 décembre 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Naftali Bennett, président du parti HaBayit HaYehudi, demande l'annexion de parties de la Cisjordanie après le vote de la résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations unies devant le mur Occidental de la Vieille Ville de Jérusalem, le 25 décembre 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le ministre de l’Education Naftali Bennett du parti HaYamin HaHadash clame dans une conversation à huis-clos que les officiers religieux étaient exclus des hautes fonctions au sein de l’armée israélienne.

Une discussion entre Naftali Bennett et des militants enregistrée lors d’une rencontre a été diffusée samedi par la Douzième chaîne. Le ministre de l’Education s’y exclame : « Vous êtes-vous déjà demandés : comment cela se fait qu’il n’y ait jamais eu de général de division religieux ? »

« Comment est-il possible que la moitié [des élèves des écoles d’officiers] portent la kippa, que de nombreux commandants de bataillon et de brigade soient des religieux et que quelque part, sur la voie qui mène à l’état-major, ils disparaissent ? Il y a un problème ici, et il faut le gérer », a-t-il dénoncé.

« Si vous voulez progresser dans votre carrière et que vous êtes religieux, vous devez respecter la ligne d’un agenda libéral pétri d’humanisme, de droits de l’Homme, de séminaires et de ‘processus évocateurs des années 1930’, » a-t-il continué, faisant référence à un ancien général de l’armée israélienne qui avait comparé certaines tendances dans la société israélienne à celles de l’Allemagne pré-Seconde Guerre mondiale.

Le député de Yesh Atid Elazar Stern lors d’une rencontre de la commission des Affaires étrangères et de la Défense à la Knesset, le 13 novembre 2017 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

A qui ces propos s’adressaient reste indéterminé. Bennett qui, par le passé, avait demandé à être ministre de la Défense a récemment créé la formation HaYamin HaHadash après avoir décrié le caractère exclusivement religieux du parti HaBayit HaYehudi qu’il présidait auparavant.

Un certain nombre de hauts responsables de l’armée issus de milieux religieux, notamment l’ancien chef d’état-major adjoint Yair Naveh, le député Elazar Stern, le procureur Avichai Mandelblit et Yishai Beer, qui ont tous été major-général.

Avi Blot et Eliezer Toledano, les secrétaires militaires passé et actuel du Premier ministre Benjamin Netanyahu, sont également religieux.

Benjamin Netanyahu (G) aux côtés de son secrétaire militaire Avi Blot lors d’une réunion du gouvernement le 16 août 2018. (Kobi Gideon/GPO)

Toutefois, certains officiers religieux de haut rang ont vu leur carrière interrompue ces dernières années en raison de scandales. Cela a été le cas d’Ofek Bouchris, ancien général à la tête de la brigade Golani, qui a été rétrogradé au rang de colonel dans le cadre d’un arrangement judiciaire après avoir été accusé d’agression sexuelle.

L’ancien commandant de la brigade Givati et ancien élève de l’académie pré-militaire Bnei David Ofer Winter. (Crédit : Alon Besen/ministère de la Défense)

Le général Ofer Winter, à la tête de la brigade Givati, a été fortement critiqué lors de la guerre de 2014 à Gaza pour des propos qui faisaient passer l’opération pour un conflit religieux, pour avoir transmis des informations sur la guerre sans autorisation appropriée et pour ses actions durant la bataille controversée du « vendredi noir » à Rafah.

Il avait été nommé plus tard secrétaire-militaire du ministre de la Défense Avigdor Liberman après s’être plaint d’être écarté des promotions.

Erez Weiner, autre officier de haut-rang religieux et exclu de l’armée par un scandale sans lien avec cette dernière, avait été également accusé d’avoir transmis des informations sur le conflit à Bennett ainsi qu’à un ancien grand-rabbin militaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...