Les organisations juives rejettent la base de données des musulmans de Trump
Rechercher

Les organisations juives rejettent la base de données des musulmans de Trump

Reince Priebus déclare que l’administration ne créera pas de registre fondé sur la religion, une ancienne promesse électorale

Une femme manifeste contre le président américain élu Donald Trump devant la Trump Tower, à New York, le 20 novembre 2016. (Crédit : AFP/Kena Betancur)
Une femme manifeste contre le président américain élu Donald Trump devant la Trump Tower, à New York, le 20 novembre 2016. (Crédit : AFP/Kena Betancur)

L’American Jewish Committee (AJC) a critiqué sévèrement l’idée de créer une base de données des musulmans aux Etats-Unis. La veille, le directeur de cabinet de la Maison Blanche, récemment nommé par le président américain élu, Donald Trump, a déclaré qu’il n’existait pas de projet visant à créer un registre fondé sur la religion.

« Ecoutez, je ne vais rien exclure », a déclaré Reince Priebus à NBC dimanche, quand il lui a été demandé s’il excluait « catégoriquement » l’idée.

« Nous n’allons pas avoir un registre fondé sur la religion. Mais ce que je pense, ce que nous essayons de faire, c’est dire qu’il y a des personnes, et certainement pas toutes les personnes […], il y a des personnes qui sont radicalisées. Et il y a des personnes qui doivent être empêchées d’arriver dans ce pays. »

Trump avait déclaré l’année dernière qu’il « mettrait certainement en place » un système de base de données qui piste les musulmans, et certains articles ont récemment annoncé que l’équipe de transition de Trump envisageait cette idée.

Le président élu avait également appelé à interdire l’immigration des musulmans aux Etats-Unis.

David Harris, directeur exécutif de l'AJC. (Crédit : Olivier Fitoussi/AJC)
David Harris, directeur exécutif de l’AJC. (Crédit : Olivier Fitoussi/AJC)

L’AJC a dénoncé la proposition lundi.

« Obliger un groupe ethnique ou religieux à se signaler auprès du gouvernement et à la fois moralement répugnant et inconstitutionnel », a déclaré dans un communiqué David Harris, le président de l’organisation.

Harris a ajouté que « cibler tous les musulmans est un film d’horreur avec lesquels nous, juifs, sommes bien trop familiers. Cela peut aisément entraîner des discriminations plus importantes, des persécutions, et la désignation de bouc émissaire. Aux Etats-Unis, il n’y a pas de place, pas de place, quoiqu’il en soit, pour ce genre de discours haineux et clivant. »

Reince Priebus, président du Comité républicain national et futur directeur de cabinet de la Maison Blanche, dans le hall de la Trump Tower à New York, le 11 novembre 2016. (Crédit : Drew Angerer/Getty Images/AFP)
Reince Priebus, président du Comité républicain national et futur directeur de cabinet de la Maison Blanche, dans le hall de la Trump Tower à New York, le 11 novembre 2016. (Crédit : Drew Angerer/Getty Images/AFP)

La semaine dernière, le directeur exécutif et directeur national de la Ligue anti-diffamation (ADL), Jonathan Greenblatt, a déclaré qu’il s’inscrirait en tant que musulman si un registre était créé.

« En tant que juifs, nous savons ce que cela signifie d’être enregistrés, ou ciblés, tenus pour différents de nos concitoyens, a déclaré Greenblatt. Nous, en tant que juifs, connaissons la bonne réponse, la réponse juste. Je jure devant vous ici et maintenant, parce que je suis engagé dans le combat contre l’antisémitisme, que si un jour les musulmans américains sont obligés d’enregistrer leurs identités, ce sera le jour où ce fier juif sera enregistré comme musulman. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...