Les Palestiniens dénoncent les nouveaux postes de sécurité à la porte de Damas
Rechercher

Les Palestiniens dénoncent les nouveaux postes de sécurité à la porte de Damas

Une structure de sécurité à l'entrée de la Vieille Ville pour empêcher des attaques est un "plan de judéisation de Jérusalem" aux yeux des Palestiniens

Khaled Abu Toameh est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Un poste de sécurité récemment construit porte de Damas à Jérusalem (Capture d'écran /Facebook)
Un poste de sécurité récemment construit porte de Damas à Jérusalem (Capture d'écran /Facebook)

Un nouveau poste de sécurité installé à l’entrée de la Vieille Ville de Jérusalem mercredi soir a suscité la colère des Palestiniens, qui accusent Israël de « changer le caractère arabe et islamique » de la ville.

Les Palestiniens ont fait savoir jeudi qu’ils prévoyaient une série de manifestations pour demander la disparition de la structure à deux étages qui se trouve dorénavant à la porte de Damas, le principal point d’entrée du quartier musulman dans la partie fortifiée de la municipalité.

Cette structure entre dans le cadre d’un plan israélien visant à améliorer les mesures de sécurité dans le secteur suite à une série d’attaques au couteau et à l’arme à feu au cours des deux dernières années.

Deux postes en béton sont en cours de construction à l’entrée de la porte de Damas dans le cadre du plan.

Les Palestiniens ont également demandé aux pays arabes et islamiques d’intervenir pour forcer Israël à mettre un terme à la mise en oeuvre des nouvelles mesures de sécurité, plusieurs mois après l’installation de détecteurs de métaux qui avaient été placés suite à un attentat terroriste au cours duquel deux policiers israéliens avaient été tués lors d’une fusillade commise aux abords du mont du Temple, un site ultra-sensible. Plusieurs journées de manifestations violentes avaient suivi.

Cette décision, qui avait été abandonnée plus tard, avait été prise suite à la mort de deux policiers au cours d’un attentat terroriste là-bas.

« Tout le monde ici est choqué par les nouvelles mesures de sécurité israéliennes », a expliqué Ahmed Abdeen, commerçant.

« J’ignore si ce nouveau poste de garde passera sans qu’il y ait une réponse arabe et islamique. Je suis sûr qu’il y aura de forts mouvements de protestation comme ceux qui avaient eu lieu à Jérusalem après la pose de détecteurs de métaux à l’entrée d »al-Haram al-Sharif », a-t-il ajouté, utilisant le terme musulman pour le mont du Temple.

Toute nouvelle structure policière ou militaire à Jérusalem peut potentiellement entraîner des agitations, les Palestiniens les considérant comme une tentative de la part de l’Etat juif de renforcer sa mainmise sur la ville.

« C’est une autre agression israélienne à l’encontre de Jérusalem et de sa population arabe », a accusé un responsable du Fatah qui habite la ville. « Israël se trompe en pensant que nous permettrons la poursuite du plan de judéisation de Jérusalem et d’expulsion de ses résidents arabes ».

Les habitants palestiniens de Jérusalem, surpris de découvrir la nouvelle installation dans la matinée de jeudi, ont fait part de leur indignation.

« La porte de Damas est devenue une forteresse militaire », a déploré Ahmad Bukhari, militant et journaliste palestinien. « De telles mesures dénaturent le beau visage de Jérusalem. C’est une scène affreuse qui nuit à l’histoire et au patrimoine de la ville ».

Izzat Al Husseini, un autre habitant de Jérusalem-Est, a indiqué avoir lui aussi été « choqué » en découvrant le poste.

« C’est très triste », a-t-il dit. « Nous assistons à une tentative d’Israël d’altérer le caractère arabe et islamique de la ville. On ne peut pas laisser passer ça sans rien dire ».

Yousef Natsheh, haut responsable du département du Waqf islamique, a dénoncé l’installation de la structure en la qualifiant « d’agression contre le patrimoine islamique et de tentative de changer notre histoire ».

Il a accusé Israël d’utiliser la sécurité comme prétexte pour « dénaturer » la porte de Damas et altérer le caractère arabe et islamique de Jérusalem.

« Ce qui arrive porte de Damas », a-t-il ajouté, « est moralement, scientifiquement et éthiquement inacceptable ».

Lui et d’autres marchands ont prédit que les mesures strictes de sécurité dissuaderont de nombreux Palestiniens et touristes de visiter la ville.

« Les affaires ont été très mauvaises depuis quelques années et le nombre de visiteurs a chuté de manière significative », a dit Amjad Abu Khalaf, qui vend des souvenirs dans le quartier chrétien.

« Des centaines de boutiques [appartenant à des Arabes] ont baissé le rideau dans la Vieille Ville parce que leurs propriétaires ne pouvaient plus assumer les impôts et autres dépenses », a-t-il ajouté. « Si les tensions continuent, plus de commerces encore vont fermer leurs portes dans un avenir proche ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...