Les Palestiniens fous de rage après « l’assassinat » d’un ado par l’armée
Rechercher
L’armée affirme que des “passants” ont été touchés par erreur

Les Palestiniens fous de rage après « l’assassinat » d’un ado par l’armée

Le chef de l'OLP a appelé à une enquête après que Mahmoud Badran, 15 ans, a été mortellement touché de façon accidentelle par les troupes israéliennes après un incident de jets de pierres ; Jérusalem blâme 'l'incitation palestinienne"

Un policier israélien surveille le checkpoint de Qualandia alors que des Palestiniens le franchissent , 17 juin 2016 (Crédit : AFP /ABBAS MOMANI)
Un policier israélien surveille le checkpoint de Qualandia alors que des Palestiniens le franchissent , 17 juin 2016 (Crédit : AFP /ABBAS MOMANI)

Des responsables officiels palestiniens ont exprimé leur outrage mardi après qu’un adolescent palestinien a été tué. Le jeune était suspecté d’avoir lancé des pierres sur des voitures sur une autoroute plus tôt dans la journée. Les responsables palestiniens ont dénoncé Israël et accusé ses troupes d’avoir procédé à « l’exécution » de l’adolescent de 15 ans.

Les troupes israéliennes ont touché mortellement Mahmoud Badran et ont blessé plusieurs autres personnes qui étaient initialement suspectées d’être impliquées dans une attaque de jets de pierres plus tôt ce mardi, mais dont on a découvert ensuite qu’elles n’étaient pas impliquées, a affirmé Tsahal.

Les médias palestiniens ont identifié Badran comme étant un résident du village de Kafr Qadum, à l’Est de Qalqilya.

Les militaires ont ouvert une enquête concernant l’incident, qui s’est produit en dehors de Jérusalem près du village de Beit Ur al-Tahta, a affirmé un porte-parole de l’armée, après une attaque sur des véhicules israéliens.

Trois Israéliens ont été blessés quand leur voiture a été la cible de jets de pierres et de cocktails molotov sur la route 443, une autoroute qui connecte Tel-Aviv et Jérusalem, a dit Tsahal. Plusieurs autres véhicules ont été endommagés.

Le secrétaire général de l’OLP Saeb Erekat a condamné « l’attaque brutale » par Israël sur la « route de l’apartheid » sur laquelle Badran a été tué et quatre autres blessés.

« Cet assassinat de sang-froid nous pousse à réaffirmer notre appel en direction du Rapporteur spécial des Nations unies pour les exécutions extra-judiciaires, sommaires et arbitraires, afin qu’il lance immédiatement une enquête étendue en ce qui concerne les assassinats extra-judiciaires de Palestiniens par Israël ; en particulier les enfants », a-t-il dit. « La communauté internationale a la responsabilité d’arrêter d’autoriser l’impunité d’Israël concernant les crimes qu’il commet contre la terre occupée et le peuple palestinien. »

Le ministère des Affaires étrangères palestinien a qualifié l’incident d’ « exécution extra-judiciaire » et l’a décrit comme une « réaction » du Premier ministre Benjamin Netnyahu « à l’adoption par l’UE de l’initiative de paix française », faisant allusion au soutien de Bruxelles au plan de paix régional initié par Paris et rejeté par Israël.

Le ministère a critiqué Netanyahu en raison de son refus de chercher un moyen pacifique de mettre un terme au conflit.

Le ministère palestinien a également appelé les organisations de défense des droits de l’Homme palestiniennes, régionales et internationales « à enquêter sur les circonstances de ce crime haineux » afin qu’il soit porté devant des tribunaux nationaux et internationaux.

Un porte-parole du ministère des Affaires étrangères israélien a répondu aux Palestiniens, affirmant que leurs commentaires étaient « des calomnies cyniques » et en accusant l’AP d’inciter à la violence contre Israël.

« Si nous ne nous trouvions pas dans une situation sécuritaire difficile et qui relève entièrement de la faute de l’incitation à la haine et du terrorisme palestinien, Israël ne serait pas obligé d’utiliser la force létale afin de protéger ses citoyens », a affirmé Emanuel Nahshon, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

« Hélas la liste des Israéliens tués par des jets de pierre lancés par des Palestiniens sur les routes est longue, et chaque blessé israélien est la preuve de la nécessité de prendre des mesures de sécurité », a-t-il ajouté.

L’armée a initialement affirmé que les Palestiniens qui avaient fait l’objet de tirs étaient ceux qui étaient responsables des jets de pierres et de cocktails molotov, mais a ensuite retiré cette déclaration.

Aucune des personnes blessées n’est suspectée d’avoir été impliquée dans l’incident de jets de pierres, a affirmé un porte-parole de Tsahal à Times of Israel.

« D’après l’enquête initiale, il apparaît que des passants non impliqués ont été touchés par erreur durant la poursuite », a déclaré une porte-parole de l’armée.

Badran et d’autres Palestiniens conduisaient afin de rentrer chez eux depuis une piscine à proximité, piscine où ils étaient allés nager après le jeûne du Ramadan, lorsqu’ils se sont fait tirer dessus, a affirmé le chef du conseil palestinien local, Abd Qassem, au service de presse Reuters.

L’armée a dit que les troupes avaient tiré sur au moins deux personnes, « après qu’un certain nombre de Palestiniens aient lancé des pierres et des cocktails molotov sur des véhicules en mouvement près du village de Beit Sira sur la route 443 ».

Une ambulance sur les lieux d'une attaque au couteau sur la route 443, le 15 août 2015. (Hadas Parush / Flash90)
Une ambulance sur les lieux d’une attaque au couteau sur la route 443, le 15 août 2015. (Hadas Parush / Flash90)

Tsahal n’a souhaité confirmer que la mort d’un seul Palestinien, et non le nombre total de personnes blessées. Cependant, des responsables officiels palestiniens de sécurité ont dit à l’agence de presse Maan que quatre autres personnes étaient blessées suite à l’incident.

Il a été rapporté que l’un des blessés n’est pas un résident de Cisjordanie, mais du Qatar, et qu’il se trouvait dans le pays pour rendre visite à sa famille pour le Ramadan, a ajouté Qassem.

Erekat a donné les noms de deux des blessés comme étant les frères de Badran, Amir, 16 ans et Hadi, 17 ans, ainsi que Daoud Abu Hassan, 16 ans et Majd Badran, 16 ans. Il a ajouté que Majd Badran était en visite dans la région pour l’été.

Depuis que les violences israélo-palestiniennes ont commencé en octobre dernier, 33 Israéliens ont été tués lors d’attaques au couteau, de fusillades, et d’attaques à la voiture bélier palestiniennes. Plus de 200 Palestiniens sont également morts durant cette période, la plupart alors qu’ils s’apprêtaient à commettre des attaques ou des tentatives d’attaques sur des civils israéliens et sur les forces de sécurité, affirme Israël.

Les trois derniers mois ont été marqués par une chute notable du nombre d’attaques terroristes palestiniennes en Israël et en Cisjordanie. Le dernier événement à avoir causé la mort de plusieurs personnes s’est produit plus tôt ce mois-ci, lorsque deux terroristes palestiniens ont ouvert le feu dans un café de Tel Aviv, tuant quatre personnes.

L’AFP et l’équipe du Times of Israel ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...