Les Palestiniens irrités par la déclaration sur la « Jérusalem unifiée »
Rechercher

Les Palestiniens irrités par la déclaration sur la « Jérusalem unifiée »

L’Autorité palestinienne et le Hamas critiquent les déclarations du Premier ministre israélien

Elhanan Miller est notre journaliste spécialiste des affaires arabes

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu assiste à la cérémonie officielle de la Journée de Jérusalem, à Ammunition Hill, à Jérusalem, le 17 mai 2015. (Crédit : Emil Salman / Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu assiste à la cérémonie officielle de la Journée de Jérusalem, à Ammunition Hill, à Jérusalem, le 17 mai 2015. (Crédit : Emil Salman / Flash90)

Les responsables palestiniens de l’ensemble du spectre politique ont exprimé lundi leur indignation suite aux propos du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, affirmant que Jérusalem ne sera pas divisée quelle que soit l’issue politique au conflit.

« Il n’y aura jamais la paix ou la stabilité au Moyen-Orient si Jérusalem-Est n’est pas la capitale de l’Etat palestinien », a affirmé Nabil Abu Rudeineh, un porte-parole du président de l’AP Mahmoud Abbas, à l’agence de presse palestinienne Wafa.

« Ceci est une indication claire que la prochaine étape sera une confrontation politique massive… nous allons recourir à tous les forums internationaux pour mettre un terme à cette politique destructrice. »

Intervenant lors d’une cérémonie officielle organisée pour la Journée de Jérusalem sur Ammunition Hill, dimanche, qui commémorait le 48e anniversaire de la prise de Jérusalem-Est à la Jordanie pendant la Guerre des Six Jours, Netanyahu a promis que « Jérusalem ne redeviendra pas une ville blessée et divisée. Nous garderons à jamais Jérusalem unie sous souveraineté israélienne ».

« En ce jour spécial, il est clair pour nous qu’une Jérusalem divisée est un souvenir. L’avenir appartient à une Jérusalem complète qui ne sera jamais à nouveau divisée », a-t-il conclu.

Ce n’est pas la première fois que Netanyahu a publiquement exprimé son refus de diviser la capitale israélienne. Il a fait une déclaration identique lors d’un discours pour la Journée de Jérusalem à la Knesset l’année dernière, ainsi que lors d’une interview sur la Deuxième chaîne en 2013, pour ne citer que ces deux occasions.

De Gaza, le Hamas s’est joint à l’Autorité palestinienne pour critiquer les déclarations du Premier ministre. Il en a aussi profité pour critiquer l’ordre du jour de l’AP pour se lancer dans des négociations diplomatiques.

« Discuter de négociations avec l’occupation n’est rien d’autre qu’une perte de temps », a déclaré le porte-parole du Hamas, Sami Abu Zuhri, dans un communiqué de presse publié lundi.

« Le groupe d’Oslo devrait reconnaître l’échec de cette option et se tourner vers le consensus national autour d’un programme de résistance et des principes nationaux. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...