Les Palestiniens ne siégeront pas au panel de désarmement de l’ONU
Rechercher

Les Palestiniens ne siégeront pas au panel de désarmement de l’ONU

"En coordination étroite avec les Etats-Unis", Jérusalem a déjoué les efforts de Ramallah de "politiser les forums professionnels" des Nations unies

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

L'ambassadrice israélienne aux agences de l'ONU à Genève Aviva Raz-Schechter (Crédit : Elma Okic/UN Photo)
L'ambassadrice israélienne aux agences de l'ONU à Genève Aviva Raz-Schechter (Crédit : Elma Okic/UN Photo)

Israël a déjoué lundi une tentative palestinienne d’obtenir un statut d’Etat observateur à la Conférence des Nations unies sur le désarmement (CD).

Lors de la première séance plénière publique de la session 2019 de la CD, 33 Etats ont obtenu le statut d’observateur « tandis que la candidature palestinienne a été la seule à être rejetée, déjouant une nouvelle tentative de la part des Palestiniens de politiser l’ouvrage d’organisations professionnelles internationales », a commenté le ministère des Affaires étrangères de Jérusalem dans un communiqué mardi.

Israël est l’un des 65 Etats-membres de l’organisation, située à Genève.

La candidature palestinienne avait été soutenue par l’Iran, la Turquie, la Corée du nord et le Venezuela mais les diplomates israéliens à Jérusalem ainsi que les ambassades de l’Etat juif du monde entier – « en coordination étroite avec les Etats-Unis » – sont parvenus à bloquer cette initiative, selon le ministère.

« C’est une autre tentative de la part des Palestiniens de politiser les instances professionnelles de l’ONU et les agences internationales », a continué le communiqué.

Ramallah avait également tenté d’obtenir le statut d’observateur pour l’édition 2018 de la CD, une initiative également déjouée par Israël et les Etats-Unis.

« Israël pense que la conférence sur le désarmement a encore un rôle important à jouer dans le domaine du contrôle des armes multilatéral et continuera à opter pour une approche constructive de son travail », a déclaré Aviva Raz-Schechter, ambassadrice israélienne aux agences de l’ONU de Genève.

« La CD est un forum professionnel de négociation et Israël, aux côtés d’autres, s’opposera à toute tentative de politisation de ce groupe ».

Fondée en 1979 en tant que « seul forum de négociation multilatéral sur le désarmement de la communauté internationale », la CD comptait à l’origine 40 membres. Il y a aujourd’hui 65 Etats en son sein, mais des non-membres sont invités chaque année à « prendre part à son travail », selon le site internet de la conférence.

En 2018, 45 Etats non-membres avaient participé à la session de la conférence.

De plus, lundi, un diplomate israélien a été élu vice-président de la Commission de l’ONU consacrée aux organisations non-gouvernementales, une commission permanente appartenant au Conseil économique et social (ECOSOC).

Nadav Yesod a été élu par acclamation, sans recours au vote. C’était le tour d’Israël de représenter le Groupe d’Europe de l’ouest et autres à la commission.

« Une grande défaite pour l’Iran qui a tenté mais échoué à être élu à ce comité », a noté UN Watch, une ONG de Genève, commentant l’élection rare d’un Israélien à un poste de responsabilité au sein des Nations unies.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...