Les Palestiniens s’insurgent contre la section mixte du mur Occidental
Rechercher

Les Palestiniens s’insurgent contre la section mixte du mur Occidental

Le Waqf affirme que l'agrandissement de la zone de prière sous le mont du Temple rompt le statu quo ; Des orthodoxes américains disent que le plan 'profane' le site

Le mur Occidental et le Dôme du Rocher dans la Vieille Ville de Jérusalem (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Le mur Occidental et le Dôme du Rocher dans la Vieille Ville de Jérusalem (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Le projet récemment annoncé par Israël de créer une section de prière mixte au mur Occidental viole l’accord sur le statu quo régissant la zone, a déclaré lundi Youssef Ideiss, le ministre palestinien du Waqf islamique et des Affaires religieuses.

Le plan, salué par les groupes juifs libéraux et approuvé dimanche par le cabinet, « est une nouvelle tentative israélienne de changer le statu quo » au mont du Temple, a déclaré Ideiss, selon le site Walla News.

Israël utilisera l’agrandissement de la section non-orthodoxe pour effectuer des fouilles archéologiques et pour « judaïser le site saint », a-t-il affirmé.

L’esplanade du mur Occidental, en dessous d’un mur de soutènement du mont du Temple datant de l’époque romaine, est le site le plus sacré où les Juifs peuvent prier.

Alors que le Waqf islamique de Jérusalem dépendant de la Jordanie gère le sommet du mont du Temple, connu comme le complexe d’Al-Aqsa pour les Musulmans et où se trouvent le Dôme du Rocher et la Mosquée al-Aqsa, Israël maintient son contrôle sur son accès ainsi que sur les offices religieux au mur Occidental, dans le cadre d’un accord de statu quo en place depuis 1967. Israël ne permet pas aux Juifs de prier sur le mont.

Mais selon Ideiss, le mur Occidental est une partie du mont du Temple et « un site saint islamique exproprié par Israël en 1967. »

Selon la tradition musulmane, le mur Occidental est l’endroit où le prophète Mahomet avait attaché sa monture ailée Buraq quand il est monté au ciel.

En octobre dernier, l’Autorité palestinienne avait tenté de faire reconnaître par l’UNESCO le mur Occidental comme un lieu saint musulman.

Le nouveau plan pour développer la section de prière juive non orthodoxe du mur Occidental est un compromis dans la lutte qui dure depuis plusieurs décennies entre les Juifs réformés et masorti d’une part et l’établissement religieux ultra-orthodoxe d’Israël d’autre part.

Selon l’accord, la section de prière non-orthodoxe du mur sera agrandie pour abriter un lieu de culte pluraliste séparé de l’esplanade principale.

L’espace élargi sera construit au sud de la principale esplanade de prière du mur Occidental, au dessus de ruines du Temple et dans une zone connue comme l’Arc de Robinson.

Le plan approuvé dimanche créerait un espace de prière unifié qui touche le mur Occidental en un point étroit dans le coin sud-ouest et plus large vers l'arrière. L'espace de prière allait toucher le mur sur un segment de 9,5 mètres. Cette image montre aussi à quoi resssemblera l'entrée de la section: un large escalier et une passerelle plate menant à l'espace de prière (JTA)
Le plan approuvé dimanche créerait un espace de prière unifié qui touche le mur Occidental en un point étroit dans le coin sud-ouest et plus large vers l’arrière. L’espace de prière allait toucher le mur sur un segment de 9,5 mètres. Cette image montre aussi à quoi resssemblera l’entrée de la section: un large escalier et une passerelle plate menant à l’espace de prière (JTA)

Le mont du Temple est une poudrière et son sort est fréquemment une question centrale au cœur du conflit israélo-palestinien.

Les forces de l'ordre israéliennes près du dôme du Rocher sur le mont du Temple le 5 novembre 2014 (Crédit photo: Ahmad Gharabli /AFP)
Les forces de l’ordre israéliennes près du dôme du Rocher sur le mont du Temple le 5 novembre 2014 (Crédit photo: Ahmad Gharabli /AFP)

Les Palestiniens accusent souvent Israël d’essayer de modifier le statu quo, qui permet aux Juifs de se rendre, mais pas de prier, sur le site.

Ces accusations ont parfois suscité des cycles de violence meurtrière.

Israël a maintes fois démenti avec force les allégations des Palestiniens selon lesquelles il tente de modifier le statu quo et a accusé les dirigeants politiques et religieux palestiniens de mentir et d’inciter à la violence.

La section de prière égalitaire ‘profane’ le site sacré

L’approbation de la section égalitaire du mur Occidental a également été critiqué par une organisation ultra-orthodoxe américain majeure, qui a déclaré lundi que le compromis « profanait » le site sacré.

« Désigner une zone du Kotel haMaaravi [mur Occidental] pour la prière féministe et mixte ne profane pas seulement le lieu saint, mais crée un fossé encore plus regrettable entre les Juifs, » a déclaré l’Agoudat Israël d’Amérique dans un communiqué publié lundi.

L’organisation a qualifié de « petit miracle » le fait que les Juifs de toutes les mouvances avaient prié ensemble sur le site depuis trois décennies, ajoutant que la raison pour laquelle cela avait été couronné de succès est dûe au fait « que ce lieu saint est géré selon un standard – honoré de tout temps par la tradition religieuse juive – auquel tous les Juifs, même ceux qui pourraient préférer d’autres standards ou pas du tout, peuvent se conformer ».

En revanche, Jonathan Greenblatt, le directeur national de l’Anti-Defamation League, a salué l’adoption de l’accord, le qualifiant d’ « historique ». « Nous comprenons que beaucoup reste à faire pour promouvoir le pluralisme religieux en Israël, » a-t-il ajouté.

Nancy Kaufman, la directrice générale du Conseil national des femmes juives (NCJW), a déclaré dans un communiqué que son organisation » a longtemps promu l’égalité d’accès au mur Occidental pour tous les Juifs indépendamment de leur mouvance ou de leur sexe. »

Elle a qualifié l’approbation du plan par le gouvernement israélien de « grande victoire pour les offices égalitaires, la tolérance religieuse et l’égalité des sexes, et pour tous ceux, dont NCJW, qui ont lutté pendant de nombreuses années pour y parvenir. »

Des fidèles en talith, devant le murOccidental (Crédit photo: Yonatan Sindel / Flash90)
Des fidèles en talith, devant le murOccidental (Crédit photo: Yonatan Sindel / Flash90)

« La décision aidera à guérir une fracture qui s’était développée sur cette question entre le gouvernement et les Juifs qui ne sont pas orthodoxes mais souhaitent accéder au mur. Résoudre ce différend renforcera également les liens entre Israël et les Juifs américains en particulier, dont la plupart ne sont pas orthodoxes, mais réformés et masorti », a dit Kaufman.

Irina Nevzline, la présidente du conseil d’administration du Musée Beit Hatfusot, a déclaré dans un communiqué : « Voir une telle question épineuse résolue par la discussion et le compromis, souligne l’énorme importance de la construction de ponts et de liens au sein du monde juif. »

Les courants non-orthodoxes du judaïsme aux États-Unis et en Israël se sont également félicités de l’accord, ainsi que les Fédérations juives d’Amérique du Nord, qui avaient fait fortement pression pour le compromis.

Le président de l’Agence juive, Natan Sharansky a dit à JTA que le compromis garantissait que « tout le monde a gagné à la fin, » tandis que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a qualifié l’accord de « solution juste et créative. »

Le rabbin Schmuel Rabinowitz, le rabbin du mur occidental et des lieux saints, a dit avoir reçu la décision approuvant l’accord « avec un cœur lourd et un soupir de soulagement », tandis que Moshe Gafni, un député ultra-orthodoxe qui préside la puissante commission des Finances à la Knesset, a déclaré qu’il ne reconnaîtrait pas la décision et a qualifié les Juifs réformés de « tas de clowns qui poignardent la sainte Torah. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...