Rechercher

Les parents de l’ado qui vivait reclus n’ont pas commis d’abus

Les responsables s'intéressent dorénavant aux soins donnés par le couple à ce jeune garçon de 14 ans qui habite à Hadera et qui, affirment-ils maintenant, n'a jamais eu l'interdiction de quitter la maison familiale

La cage extérieure d'une habitation où un adolescent de 14 ans serait resté en situation d'isolement par ses parents à Hadera, le 11 mai 2017 (Crédit : Flash90)
La cage extérieure d'une habitation où un adolescent de 14 ans serait resté en situation d'isolement par ses parents à Hadera, le 11 mai 2017 (Crédit : Flash90)

Les parents d’un adolescent de 14 ans qui aurait apparemment passé la majorité de sa vie dans son domicile de Hadera, en étant rarement confronté au monde extérieur, ne sont plus soupçonnés d’avoir abusé de leur enfant, a fait savoir vendredi la Deuxième chaîne.

Même si les raisons pour lesquelles l’enfant – qui a été pris en charge et emmené hors de la maison jeudi tandis que ses parents étaient brièvement arrêtés – ne quittait pas l’habitation, la police semble dorénavant croire qu’aucune interdiction ne lui avait été faite de sortir.

Les parents de l’adolescents ont clamé qu’il restait chez lui à cause de problèmes de santé. La soeur aînée de l’adolescent, qui ne vit plus chez ses parents, a témoigné du fait que son père, même s’il avait établi des règles strictes, n’avait jamais commis d’abus et ne les empêchait pas de quitter le domicile familial.

Les parents ont eu la permission de voir leur fils au centre médical Hillel Yaffe dans la soirée de jeudi sous surveillance, et les responsables ont indiqué que l’enthousiasme du jeune garçon pendant la rencontre rendait improbable la possibilité d’éventuels abus.

Les médecins ont précisé que l’enfant semblait être en bonne santé physique et mentale, une affirmation prise en compte lors de la dernière évaluation de l’affaire faite par les responsables.

L'adolescent de 14 ans qui a apparemment passé la majorité de sa vie dans son habitation de Hadera escorté par la police, le 11 mai 2017 (Capture d'écran : Deuxième chaîne)
L’adolescent de 14 ans qui a apparemment passé la majorité de sa vie dans son habitation de Hadera escorté par la police, le 11 mai 2017 (Capture d’écran : Deuxième chaîne)

Toutefois, les responsables ont indiqué qu’il resterait sous surveillance le temps que les employés municipaux s’assurent de la situation et des capacités de ses parents à s’occuper de lui.

Les parents pourraient devoir répondre de négligences ainsi que de leur inaptitude à envoyer l’adolescent vers les institutions d’éducation. Les services sociaux locaux n’avaient pas connaissance de son existence.

La police est entrée dans la maison familiale jeudi après que des voisins ont signalé une puanteur qui émanait de la construction. Les autorités s’attendaient à retrouver un cadavre mais elles ont découvert le jeune garçon.

La police a tout d’abord cru que l’enfant de 14 ans n’avait jamais quitté l’appartement, sauf quand il se trouvait dans la cour extérieure construite par son père. Le jeune a été envoyé au centre médical Hillel Yaffe pour un bilan de santé et ses parents, qui ont tous deux la cinquantaine, ont été arrêtés.

Des photos prises de l’intérieur de l’endroit où il vivait révèlent un espace exigu, tapissé de bicyclettes, de sacs de vêtement et de chaussures. Le lieu où il dormait n’a pas été immédiatement repéré. La cuisine de l’appartement était remplie de boîtes et de ce qui semblait être des sacs d’ordures.

Hors de l’appartement se trouvait une cour artisanale qui, semble-t-il, avait été construite à partir de vieux étendages de séchage en plastique pour le linge, recouverts de drap ou de bâches.

Les responsables ont tout d’abord pensé que l’adolescent était parfois enfermé ici, même si sa soeur a ultérieurement affirmé qu’il s’agissait d’un hangar artisanal qui avait été construit et utilisé par son père.

Selon Ynet, la famille a déménagé à Hadera en 2009 et certains voisins ignoraient jusqu’à l’existence d’un enfant.

« Notre garçon est malade, nous nous occupons de lui, tout ce que nous avons fait, c’est pour qu’il ne puisse pas aller à l’extérieur et attraper des maladies », a déclaré la mère, des propos repris par Ynet, ajoutant que l’adolescent né en Israël avait été suivi par des médecins à certains moments de sa vie.

L’avocat de la mère a expliqué qu’elle affirmait qu’elle et son époux avaient agi par inquiétude pour l’adolescent, qui avait des problèmes de santé et qui était suivi au niveau médical.

« La mère est bouleversée… et inquiète pour son fils », a ajouté l’avocat.

Stuart Winer a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...