Les personnes âgées sont attachées et contraintes dans des maisons de retraite
Rechercher

Les personnes âgées sont attachées et contraintes dans des maisons de retraite

Le ministère de la Santé critique de nombreuses institutions pour leur manque d’équipement adéquat et les blessures entraînées par les liens des résidents

La résidence pour personnes âgées Tovei HaIr de Jérusalem, le 19 juillet 2013. Illustration. (Crédit : Rafi Letzter/Flash90)
La résidence pour personnes âgées Tovei HaIr de Jérusalem, le 19 juillet 2013. Illustration. (Crédit : Rafi Letzter/Flash90)

Plus de 20 maisons de retraite du pays attachent régulièrement leurs résidents, en violation des normes et des procédures établies, selon une récente étude du ministère de la Santé, a annoncé dimanche la radio publique israélienne.

Le rapport a conclu que dans plusieurs maisons de retraite, plus de la moitié des personnes âgées serait attachée, et dans d’autres, il y a eu des incidents où elles étaient ligotées d’une manière entraînant des blessures.

Une des maisons de retraite pointée du doigt dans le rapport est Beit Reuven, à Jérusalem, une institution accueillant des malades d’Alzheimer. Les résidents y sont attachés aux lits et aux chaises pendant des heures.

Beit Reuven a déclaré que les pratiques se faisaient au bénéfice des patients, pour qu’ils ne tombent pas ou ne blessent pas les autres ou eux-mêmes, a annoncé la radio.

Ceci n’a cependant pas apaisé les inquiétudes des familles.

Un aide domestique philippin pousse un Israélien âgé en chaise roulante, le 22 avril 2009. Illustration. (Crédit : Abir Sultan/Flash90)
Un aide domestique philippin pousse un Israélien âgé en chaise roulante, le 22 avril 2009. Illustration. (Crédit : Abir Sultan/Flash90)

Une femme a déclaré à la radio publique israélienne qu’elle avait été « choquée » pendant sa visite de Beit Reuven de découvrir que sa mère avait été attachée au lit d’une manière qui faisait qu’elle était incapable de bouger, et qui la faisait souffrir.

« Elle ne pouvait pas bouger », a déclaré à la femme qui a parlé à la radio sous couvert d’anonymat, disant qu’elle craignait qu’une plainte publique n’affecte le traitement reçu par sa mère.

« Elle pouvait respirer, je sentais sa respiration, mais rien de plus », a-t-elle déclaré, demandant pourquoi de telles pratiques étaient toujours utilisées alors que des alternatives existent, comme les sédatifs.

La femme a expliqué qu’en raison de la pénurie de maisons de retraite à Jérusalem qui accepte les personnes âgées souffrant d’Alzheimer, elle n’avait pas eu d’autres choix que de laisser sa mère à Beit Reuven malgré la manière dont ils traitent leurs patients.

Après une visite surprise, le ministère de la Santé a ordonné à Beit Reuven de changer son équipement et ses pratiques, et a convoqué la direction pour une audience sur ses pratiques, selon le rapport.

En plus de Beit Reuven, des dizaines d’institutions en Israël ont été critiquées pour des pratiques similaires, ainsi que pour le manque d’équipement adéquat, comme des chaises roulantes et des équipements permettant de contraindre les mouvements des résidents quand cela est nécessaire de manière à ne pas entraîner de blessures.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...