Les prochaines élections en Israël pourraient se jouer avec la droite religieuse
Rechercher
Analyse

Les prochaines élections en Israël pourraient se jouer avec la droite religieuse

Netanyahu n'a pas de coalition sans Naftali Bennett. Gideon Saar non plus. La bataille est ouverte

Haviv Rettig Gur

Haviv Rettig Gur est l'analyste du Times of Israël

Naftali Bennett, chef du parti Yamina, lors d'une manifestation contre l'intention de l'État de mettre fin au projet Hilla, devant la Knesset à Jérusalem, le 12 août 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)
Naftali Bennett, chef du parti Yamina, lors d'une manifestation contre l'intention de l'État de mettre fin au projet Hilla, devant la Knesset à Jérusalem, le 12 août 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

La campagne électorale est maintenant dans sa phase la moins intéressante et, sans doute, la plus importante.

Soixante-quatre jours avant le jour du scrutin, c’est le moment où les partis se démantèlent et se rassemblent, tandis que les candidats de la Knesset se mettent en quête d’un véhicule politique qui pourrait les transporter au Parlement.

De nouveaux partis se forment qui n’ont aucune chance de dépasser le seuil de 3,25 % des voix pour entrer à la Knesset, mais qui ont un espoir raisonnable d’être récupérés par des partis plus importants désireux de réduire la concurrence avant la date limite d’inscription du 4 février.

Le parti Tnufa de l’ancien député de Yesh Atid Ofer Shelah en fait partie, tout comme le Nouveau parti économique de l’ancien comptable général Yaron Zelekha. La faction composée de deux hommes, Derech Eretz, est composée d’un duo qui a débuté dans le parti Telem de Moshe Yaalon, qui a ensuite été avalé par Kakhol lavan de Benny Gantz, et maintenant le duo a jeté son dévolu sur le parti Tikva Hadasha de Gideon Saar. La liste est encore longue.

Parmi les plus grands partis, les moulins à rumeurs broient furieusement des spéculations de fusion. Le parti Yesh Atid de Yair Lapid va-t-il trouver de nouveaux partenaires pour augmenter sa visibilité dans les urnes ? Le parti HaIsraelim de Ron Huldai va-t-il s’imposer comme un leader de la gauche en avalant les petits poissons de gauche sur son chemin ?

Le député Ofer Shelah lors d’une conférence de presse à Tel Aviv, le 24 décembre 2020, annonçant la création d’un nouveau parti. (Miriam Alster/Flash90)

C’est un jeu que la plupart des électeurs continuent d’ignorer. Tout cela n’aura d’importance que pour les plus fervents partisans de la scène politique jusqu’à ce que les listes de partis soient finalisées et officiellement enregistrées le mois prochain. Peu des fusions actuellement en discussion sont susceptibles de modifier de manière significative les résultats des élections du 23 mars.

Sauf que, dans une petite partie de la carte politique israélienne, le jeu des fusions et acquisitions politiques entre des acteurs par ailleurs petits peut finir par déterminer le vainqueur final de la campagne de mars. C’est là, sur le flanc droit du Premier ministre Benjamin Netanyahu, que son avenir politique peut se décider.

Les sionistes religieux

Trois partis représentent le camp de la droite religieuse qui relève du « sionisme religieux ». Le parti Yamina, dirigé par Naftali Bennett, est le plus populaire dans les sondages. Vient ensuite le parti Union nationale dirigé par Betzalel Smotrich, qui se présentera le jour des élections sous le nom de Parti du sionisme religieux. Et enfin, il y a HaBayit HaYehudi, dont le leader en difficulté, Rafi Peretz, a annoncé sa retraite de la politique, déclenchant ainsi une première bataille pour le remplacer.

Le député Yamina Bezalel Smotrich s’exprime lors d’une session plénière de la Knesset à Jérusalem le 24 août 2020. (Oren Ben Hakoon/Pool/Flash90)

HaBayit HaYehudi est le dernier vestige du Parti national religieux qui, pendant de nombreuses décennies, a été le principal organe de la politique sioniste religieuse. À son apogée, il détenait 10 % du Parlement.

Trois partis, qui se ressemblent sur le plan de la crédibilité, mais pas, semble-t-il, sur celui de l’attrait pour les électeurs. Et cela crée un sérieux problème pour Netanyahu.

Netanyahu a besoin de Bennett

C’est une question de simple arithmétique. Les partis qui s’engagent actuellement à soutenir Netanyahu pour le poste de Premier ministre ne suffisent pas à lui faire obtenir une majorité parlementaire de 61 sièges.

Des Israéliens regardent le Premier ministre Benjamin Netanyahu se faire vacciner contre le coronavirus au centre médical Sheba de Ramat Gan, le 19 décembre 2020. Le ministre de la Santé Yuli Edelstein, le deuxième à être vacciné, est à ses côtés. (Jack Guez/AFP)

À moins d’une volte-face surprenante des partis qui s’engagent maintenant à ne pas siéger avec Netanyahu, Netanyahu n’a pas de coalition sans Yamina – et n’en aura peut-être pas avec Yamina.

Bennett n’a pas besoin de Netanyahu

Naftali Bennett, quant à lui, est souvent compté parmi les partis anti-Netanyahu en raison de l’animosité de longue date entre les deux hommes. Il serait heureux de pouvoir utiliser ses gains obtenus par les urnes pour faire sortir Netanyahu de la scène nationale, et ce sentiment est tout à fait réciproque.

Mais il y a une raison plus tactique de considérer Bennett comme un vote décisif : Gideon Saar lui en donnera plus.

Photo combinée (de gauche à droite) : Gideon Saar, chef du parti Tikva Hadasha, Benjamin Netanyahu, Premier ministre, Naftali Bennett, chef du parti Yamina. (Flash90)

Une coalition de centre-droit se développe – et se maintient jusqu’à présent dans les sondages – qui cherche à évincer Netanyahu du pouvoir.

En gros, et avec la mise en garde que la composition finale des partis qui se présenteront le 23 mars n’est pas finalisée, cette coalition ressemble à
ceci : Le parti Tikva Hadasha de Gideon Saar, Yamina de Bennett, Yesh Atid de Yair Lapid, Yisrael Beytenu d’Avigdor Liberman, Kakhol lavan de Benny Gantz et HaIsraelim de Ron Huldai.

Dans un sondage réalisé lundi dernier pour 103 FM, cette coalition remporte exactement 60 sièges. Deux sondages de la Douzième chaîne, les 8 et 12 janvier, lui donnent le même chiffre.

Yamina pourrait mettre Netanyahu à un jet de pierre de la victoire. Elle pourrait aussi y mettre Saar.

Netanyahu aurait une coalition plus facile à gérer, avec un parti au pouvoir plus important et moins de partenaires. Mais il aurait moins de forces extérieures prêtes à intervenir pour compléter sa coalition qui n’est pas à la majorité. Saar serait confronté à la tâche difficile de rassembler plusieurs partis de taille moyenne et petite. Mais il pourrait aussi faire appel à des étrangers pour stabiliser sa coalition, du Shas et de Yahadout HaTorah (qui n’iront pas volontiers dans l’opposition s’ils peuvent l’aider, peu importe qui est au pouvoir) au Meretz de gauche ou à une partie de la constellation des partis arabes désireux de voir Netanyahu chassé du pouvoir.

Le député Gideon Saar rencontre des militants Haredi après la publication des résultats des sondages de sortie des urnes pour les élections législatives, au siège du parti Likud à Tel Aviv, le 2 mars 2020. (Gili Yaari/Flash90)

Et c’est là que les différences entre les deux hommes peuvent devenir décisives. Bennett pourrait obtenir davantage de Saar, dont le parti ne sera pas beaucoup plus important que le sien, que d’un Netanyahu de 30 sièges. Bennett aura également des raisons de faire confiance à Saar pour tenir ses promesses, dans la mesure où peu de gens dans le système politique font maintenant confiance à Netanyahu.

Netanyahu tente d’affaiblir Bennett

La semaine dernière, Betzalel Smotrich a annoncé qu’il quittait le parti Yamina et qu’il emmenait sa faction de l’Union nationale vers une campagne indépendante sous le nom de « Parti du sionisme religieux ».

C’est une démarche encouragée par Netanyahu.

Bennett, comme on l’a dit, serait heureux de voir la fin de la carrière politique de Netanyahu. Mais Smotrich, qui représente une branche plus à droite du monde sioniste religieux, le soi-disant « Haredi-nationaliste », ou par son acronyme hébreu, « Hardal », sous-culture, ne le ferait pas.

Smotrich considère l’option d’une coalition de centre-droit sans Netanyahu comme détestable, un abandon inutile des objectifs politiques de la droite, qui ne progressera pas dans un gouvernement dépendant de Yesh Atid, d’un Kakhol lavan ratatiné de Gantz, etc. Le conservatisme social de Smotrich est bien plus à l’aise avec Shas et Yahadout HaTorah qu’avec HaIsraelim de Huldai, qui a déjà lancé sa campagne auprès de la communauté LGBT en promettant de faire pression en faveur du mariage gay.

Bezalel Smotrich, de Yamina, (à gauche) et le Premier ministre Benjamin Netanyahu. (Autorisation)

Mais M. Smotrich est resté à plusieurs reprises sous le seuil électoral dans les sondages depuis son annonce d’une candidature séparée, notamment lors d’un sondage de la Douzième chaîne vendredi.

Ne vous inquiétez pas : Netanyahu a un plan.

En plusieurs actions au cours de la semaine dernière, Netanyahu a montré jusqu’où il est prêt à aller pour affaiblir Bennett tout en s’assurant autant de soutien automatique que possible avant le début des négociations.

C’est Netanyahu, et non Smotrich, qui aurait tendu la main la semaine dernière au parti extrémiste Otzma Yehudit pour voir s’il était prêt à fusionner avec l’Union nationale. Ce n’est pas la première fois que Netanyahu a essayé de réunir Otzma Yehudit avec d’autres partis d’extrême droite pour éviter que leurs votes ne soient perdus par un échec à franchir le seuil électoral. Mais cette fois-ci, il est allé plus loin que jamais.

Selon un reportage de la Douzième chaîne diffusé dimanche, Netanyahu a offert au chef d’Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, la promesse d’un rôle démesuré dans le prochain gouvernement s’il accepte cette proposition, lui disant que si Smotrich et Ben Gvir gagnaient ensemble quatre sièges, ils recevraient des postes ministériels comme s’ils étaient un parti de huit personnes.

Itamar Ben Gvir du parti Otzma Yehudit s’exprime lors d’une cérémonie à Jérusalem marquant le 27e anniversaire de l’assassinat du rabbin extrémiste Meir Kahane, le 7 novembre 2017. (Yonatan Sindel/Flash90)

Remuer la marmite

Netanyahu a également travaillé dur pour amener le minuscule HaBayit HaYehudi, gagnant de 0,3 %, sur l’orbite de Smotrich, ce qui constituerait une victoire à la fois symbolique et pratique. Il offrirait à Smotrich l’infrastructure de l’ancien parti, des bureaux aux listes de militants en passant par le financement de la campagne publique qu’il doit recevoir de son unique député à la Knesset sortante.

Netanyahu veut désespérément que Smotrich passe le seuil. Comme le démontre sa nouvelle volonté de conquérir les électeurs arabes, chaque siège est désormais précieux. Il comprend qu’il ne peut plus proposer de rotation à qui que ce soit après avoir rompu sans cérémonie ses promesses envers Gantz. Ses principaux adversaires ne sont plus au centre ou à gauche, mais parmi les fidèles de longue date du Likud. Il est à court d’astuces et il est à court d’options.

La course à la direction de HaBayit HaYehudi, prévue pour mardi, est donc devenue une bataille acharnée entre le Premier ministre et son ennemi juré, le chef de Yamina, qui détient la clé de sa victoire électorale.

Avec la démission de Rafi Peretz au début de ce mois du défunt HaBayit HaYehudi, la PDG du parti, Nir Orbach, a annoncé son intention de se présenter à la direction du parti. Orbach est très proche de Bennett. Il se présente sur un programme de fusion du parti avec Yamina, une démarche classique de fusion de partis.

Les membres du comité central de HaBayit HaYehudi votent pour approuver une fusion avec le parti d’extrême droite Otzma Yehudit, le 13 janvier 2020. (Flash90)

C’est alors que des appels téléphoniques frénétiques ont commencé à arriver il y a environ deux semaines au bureau de la maire adjointe de Jérusalem Hagit Moshe – de la part de nul autre que le Premier ministre Benjamin Netanyahu lui-même. Netanyahu a exhorté Moshe à se présenter contre Orbach.

Selon le site d’information sioniste religieux Srugim, Netanyahu a promis de lui confier un ministère s’il est élu Premier ministre. « Il n’est pas impossible que les deux parties aient discuté du portefeuille de l’Education », a expliqué Srugim.

La seule condition de Netanyahu : Moshe signerait un accord de fusion avec Smotrich au lieu de Bennett. C’est un pari plus important pour Moshe, mais la promesse de Netanyahu offre la perspective de récompenses plus importantes.

Nir Orbach, directrice générale du parti HaBayit HaYehudi, lors de l’événement d’ouverture de la campagne pour la liste de l’Union des partis de droite à Jérusalem, le 11 mars 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le raisonnement de Netanyahu est solide. Chaque siège que Smotrich arrache à Bennett est un siège garanti à Netanyahu. Et un Bennett affaibli peut exiger moins comme prix pour rejoindre une coalition dirigée par Saar.

Et puis aussi, avec la droite de sa liste Yamina, qui est passée à Smotrich, Bennett est plus susceptible d’attirer les électeurs centristes sensibles à ses critiques sur l’économie et la politique de gestion de la pandémie du gouvernement sortant – le genre d’électeurs centristes maintenant « stockés » chez Saar. Tout vote que Netanyahu retire à Saar, qui a juré de ne pas siéger avec lui, et à Bennett, qui préfère simplement ne pas siéger avec lui, est également une victoire.

Une compétition acharnée nous attend. Netanyahu n’a pas de voie claire vers une coalition sans Bennett. Saar non plus.

Mais avant de lui demander de faire le choix, ils travailleront furieusement pour lui soutirer des votes jusqu’à la dernière seconde possible.

Ensemble, les factions sionistes religieuses ont réalisé de meilleurs scores dans les sondages que jamais auparavant, faisant de Bennett le faiseur de roi probable de l’élection. Et tout le monde, de l’ancien allié Netanyahu à son compagnon de route idéologique Saar, travaille dur pour changer cela.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...