Les récifs coralliens mis en danger par un composant chimique
Rechercher

Les récifs coralliens mis en danger par un composant chimique

Des universitaires, notamment israéliens, ont découvert les effets néfastes pour les récifs d'un composant présent dans des produits de beauté

Crédit : Université Ben Gurion
Crédit : Université Ben Gurion

Une nouvelle étude publiée par le journal ‘Archives of Environmental Contamination and Toxicology‘ a révélé qu’un composant chimique, largement utilisé dans les produits de soins personnels comme les crèmes solaires, représente une menace écologique sur les coraux et les récifs coralliens en menaçant leur existence.

L’oxybenzone (aussi connu sous le nom de BP-3; Benzophenone-3) se trouve dans plus de 3 500 produits dans le monde entier, et pollue les récifs coralliens.

Les nageurs qui se protègent avec de la crème solaire répandent ce composant chimique dans les eaux mais aussi par le biais des égouts municipaux et des fosses sceptiques.

Cette étude arrive moins de deux semaines après que l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) ait annoncé le 3e événement mondial de blanchissement des coraux et averti que les productions locales menaçaient les coraux.

La pollution a également un effet néfaste sur la santé des coraux en diminuant la probabilité qu’ils résistent au blanchissement.

Les effets toxi-pathologiques des crèmes solaires anti-UV, démontrent que l’exposition d’oxybenzone sur des coraux produit des déformations morphologiques, endommage leur ADN et le plus alarmant agit comme un perturbateur endocrinien. Ce dernier effet empêche le corail de se rétablir par lui-même; menant son squelette à la mort.

Des mesures d’oxybenzone ont été réalisées dans l’eau de mer ou se trouvent des récifs coralliens à Hawaï et aux Iles Vierges. Ces mesures ont trouvé des concentrations  d’oxybenzone de allant de 800 parties par mlliard jusqu’à 1,4 partie par million. C’est 12 fois au-dessus de la concentration nécessaire pour impacter le corail.

Une équipe de marins scientifiques originaires de Virginie, de Floride, d’Israël, du ‘National Aquarium’ (US) et de l’US National Oceanic, Atmospheric Administration ont participé à cette étude.

« L’utilisation de produits contenant de l’oxybenzone doit être sérieusement débattue dans les îles et dans les zones ou la conservation des récifs coralliens est une question problématique. Nous avons perdu au moins 80 % des récifs coralliens dans les Caraïbes. Tous les efforts, même minimes, pour réduire la pollution de l’oxybenzone pourrait permettre la survie d’un récif corallien. Tout le monde veut construire des infirmeries de restauration de récifs, mais cette initiative n’atteindra pas les effets voulus si les facteurs d’origine qui tuent les récifs s’intensifient dans l’environnement », a déclaré le Docteur Craig Downs du Laboratoire de Virginie.

Les chercheurs israéliens incluent des professeurs de l’université de Ben Gurion, dont le professeur Ariel Kushmaro.

« Ce composant chimique a été trouvé dans des récifs près d’Eilat. Ces composants chimiques viennent des corps des nageurs, la concentration est donc plus élevée dans les zones de baignades comme la réserve d’Eilat, » explique le professeur Ariel Kushmaro.

Cette étude examine précisément l’impact des produits de soins personnels sur les organismes marins et leur habitat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...