Israël en guerre - Jour 151

Rechercher

Les Renseignements militaires évoquent des dissensions chez les Gazaouis face au Hamas

L'Unité 504, qui a passé 50 000 appels aux Palestiniens de la bande, a aidé aux évacuations vers le sud tout en collectant des informations sur le Hamas - parfois auprès des terroristes eux-mêmes

Une famille dans la cour de récréation d'une école gérée par l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), transformée en refuge pour les Palestiniens déplacés à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 25 octobre. 2023. (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)
Une famille dans la cour de récréation d'une école gérée par l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), transformée en refuge pour les Palestiniens déplacés à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 25 octobre. 2023. (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)

Une unité des renseignements de premier plan a été en contact téléphonique avec plus de 50 000 Palestiniens de Gaza – des appels appelant ces derniers à évacuer les zones de combat et servant aussi à rassembler de précieuses informations, selon un reportage qui a été diffusé récemment.

L’Unité 504 de l’Administration des Renseignements militaires – spécialisée dans le renseignement humain (HUMINT) – s’est entretenue par téléphone avec 50 066 Palestiniens de Gaza tout en laissant 12 millions de messages vocaux et 14 millions de textos aux résidents de l’enclave côtière, selon des chiffres qui ont été révélés samedi par la Douzième chaîne.

La vaste majorité des messages exhortaient les Palestiniens à évacuer dans le sud de Gaza, à se rendre dans des refuges qui avaient été créés pour les accueillir ou dans des zones humanitaires dans un contexte de guerre opposant Israël au Hamas.

La Douzième chaîne a diffusé l’enregistrement d’une conversation qui, selon elle, a eu lieu entre un Palestinien et un soldat de l’Unité 504. Le Gazaoui disait vouloir partir vers le sud mais il ajoutait que le Hamas avait bloqué les routes, ouvrant le feu en direction des membres inférieurs de ceux qui tentaient de prendre la fuite. Le Palestinien donnait le lieu précis où se trouvaient les hommes armés et le reportage signalait que l’armée avait utilisé cette information pour procéder à un bombardement afin de rouvrir la route.

En plus des appels téléphoniques, l’Unité 504 a publié des prospectus innombrables qui ont été distribués dans les secteurs dorénavant interdits aux civils et d’où ces derniers étaient, en conséquence, tenus de partir. Ils comprenaient des QR Codes avec des cartes qui contenaient des informations sur les zones qui devaient être prises pour cible par Israël.

Dans un autre appel diffusé par la Douzième chaîne, un soldat de l’Unité 504 demande à un résident de Gaza d’évacuer immédiatement avant un bombardement. Le militaire l’interroge sur la présence éventuelle d’hommes armés du Hamas. Son interlocuteur répond par la négative et il insulte le groupe terroriste. « Le problème, c’est que nous mourrons et qu’ils font en sorte d’avoir la vie sauve même si nous n’avons pas vu leurs visages », explique-t-il.

Un journaliste de la Douzième chaîne écoute l’appel entre un officier de l’Unité 504 et un Palestinien de Gaza, le 24 décembre 2023. (Capture d’écran : Channel 12)

L’homme indique qu’il est dangereux de critiquer ouvertement le Hamas à Gaza. « Si vous pensez que quelqu’un peut dire quelque chose de défavorable au Hamas avant de sortir dans la rue tranquillement – il se fera détruire. Vous ne comprenez pas ce que c’est, à Gaza. Le Hamas fait tout ce qu’il veut ».

Dans un autre appel raconté par un officier de l’Unité 504, un Palestinien note que le Hamas tente d’utiliser les habitations de son quartier pour établir une ligne de défense contre l’armée, ajoutant que les résidents ont chassé les hommes armés.

Un Palestinien de Gaza qui avait émigré en Europe a aussi appelé l’unité pour donner des informations sur le groupe terroriste. « De nombreux autres veulent quelque chose en échange mais cet homme a agi comme il l’a fait parce qu’il déteste le Hamas, tout simplement », précise un soldat. « Ce qui nous fait comprendre que quelque chose a changé là-bas ».

Si les officiers reconnaissent que ceux qui s’expriment contre le Hamas peuvent être des cas particuliers – et le reportage de la Douzième chaîne a paru souligner ce type d’appel au détriment des autres – ils expliquent qu’un grand nombre d’informations sont obtenues pendant ces entretiens téléphoniques-.

L’un d’entre eux, qui a été diffusé par la chaîne, implique un homme de Khan Younès qui déclare avoir vu des décombres partout. « Il manque tous les produits de base – il n’y a pas d’alimentation, pas d’eau », déplore-t-il.

Interrogé sur les aides apportées par l’agence des Nations unies chargée du dossier des réfugiés palestiniens, l’UNRWA, l’individu dit que les entrepôts ont été pillés et que tout a été volé.

Le centre d’appel de l’Unité 504 aux Palestiniens de Gaza, le 24 décembre 2023. (Capture d’écran/Channel 12)

L’homme indique qu’il ne sait pas si c’est le Hamas qui a été à l’origine de ces vols. « Nous ne voyons aucun membre du Hamas dans les rues. Seulement des civils. Personne ne sait où se trouve le Hamas. Dieu seul le sait », dit-il.

Le Palestinien souhaite ensuite que la guerre puisse s’arrêter et qu’un accord de paix puisse être conclu, de manière à ce que la population puisse reprendre sa routine. « Avec ou sans le Hamas – les gens veulent juste vivre en sécurité et gagner un revenu », ajoute-t-il.

Tous les membres de l’Unité 504 qui se sont exprimés devant les caméras avaient le visage flouté et leur identité n’a pas été révélée. L’un d’entre eux confie à la chaîne qu’il pense que de nombreux Gazaouis ont été en désaccord avec le massacre commis par le groupe terroriste, le 7 octobre – que ces meurtres ont franchi une ligne rouge et qu’ils n’ont pas été représentatifs de ce que soutiennent un grand nombre des résidents de l’enclave. « Certains ont compris en voyant la réaction israélienne que les jours du Hamas étaient comptés. Il commence à plonger », dit-il.

Dans un autre entretien diffusé par la chaîne, un Palestinien, Munir, confirme que le Hamas vole les aides humanitaires – ce que laissent penser des informations depuis des mois – et il va encore plus loin, disant que le Hamas contrôle l’UNRWA, l’agence très controversée de l’ONU en charge des Palestiniens.

« Partout où le Hamas s’implante, tout est détruit. Le Hamas a ses mains sur tout. Il a ses mains sur le personnel de l’UNRWA. C’est le Hamas qui dirige l’UNRWA et il est aussi en charge des organisations humanitaires », déclare Munir.

« Depuis le jour où le Hamas a pris le contrôle à Gaza, il a pris le contrôle sur tout », ajoute-t-il – faisant remarquer que le groupe terroriste distribue des aides aux civils également mais seulement après avoir permis à ses hommes armés de puiser dans les stocks.

Des terroristes du Hamas montent sur un camion d’aide humanitaire à Rafah, dans la bande de Gaza, le mardi 19 décembre 2023. (Crédit : AP Photo)

Alors qu’il lui est demandé si les dirigeants de l’UNRWA, à Gaza, coopèrent avec le Hamas, Munir déclare que « les personnels de l’UNRWA, c’est le Hamas. C’est ça que vous ne comprenez pas. Ou plutôt, vous le savez très bien. Les personnes en charge des centres d’opération régionaux de l’UNRWA, ce sont des membres du Hamas. »

Cela fait longtemps que l’UNRWA nie cette accusation qui a aussi été largement rapportée.

L’agence a assuré lundi au Times of Israel que « l’UNRWA a une politique de vérification et d’approbation très stricte concernant tous ses personnels à Gaza et dans la région ».

« Chaque année, l’UNRWA partage une liste de tous ses personnels avec les gouvernements hôtes de la région », a-t-elle ajouté.

« En Cisjordanie et dans la bande de Gaza, l’UNRWA partage aussi cette liste avec le gouvernement d’Israël en tant que puissance occupante. L’UNRWA n’a jamais reçu de réponse ou d’objection de la part du gouvernement d’Israël sur le contenu de cette liste, » a-t-elle poursuivi.

« A chaque fois que des accusations de comportement répréhensible ont été lancées à l’encontre d’un membre du personnel de l’UNRWA, l’agence a mené une enquête et si les faits ont été avérés, elle a imposé des sanctions administratives et/ou disciplinaires qui peuvent aller jusqu’au renvoi », a-t-elle précisé.

« Et la conversation rapportée avec un habitant de Gaza a été, quoi qu’il en soit, bien trop vague pour que l’agence lance des investigations sur cette accusation », a conclu l’UNRWA.

Des informateurs du Hamas

Les officiers de l’Unité 504, sur la Douzième chaîne, disent qu’ils s’entretiennent aussi au téléphone avec des membres du Hamas eux-mêmes – même avec des membres des Forces Nukhba, unité d’élite du groupe.

Certains ont envie de parler aux soldats pour se venger de rivaux, à l’intérieur même de l’organisation terroriste, dit un agent de l’Unité 504 à la chaîne. Certains pensent apparemment que le Hamas est au crépuscule de son règne au sein de l’enclave côtière et d’autres espèrent obtenir quelque chose en échange – par exemple, une aide pour fuir la bande.

Parmi les renseignements reçus, la localisation de forces variées du Hamas, les endroits où le groupe prévoit de lancer des embuscades, la localisation des puits de tunnel ou des habitations piégées, note un officier – des informations précieuses qui sont ensuite transmises aux soldats, sur le terrain, ou à l’armée de l’air.

« Des gens qui combattaient aux côtés des terroristes du Hamas dans le passé nous parlent dorénavant – et ce n’est pas comme si nous avions essayé de les en convaincre », déclare un autre officier.

Des enfants palestiniens déplacés, vivant dans une école gérée par l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), traversent une cour humide après les pluies diluviennes de la nuit à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 15 novembre 2023, pendant la guerre entre Israël et le Hamas. (Crédit : Saïd Khatib / AFP)

D’autres membres du Hamas ont fourni des informations de premier plan après avoir été arrêtés par les troupes à Gaza et l’Unité 504 a été chargée de l’interrogatoire de centaines de suspects.

Certains informateurs qui se trouvent encore à Gaza ont accepté de fournir des images à 360 degrés de certaines routes déterminantes dans la bande, les transmettant à l’Unité. Des images qui ont été utilisées par les forces terrestres pour se former dans le cadre d’exercices s’appuyant sur la technologie de la réalité virtuelle, a dit la Douzième chaîne.

A LIRE : 300 terroristes interrogés ; des Gazaouis fournissent volontiers des infos sur le Hamas

La chaîne a demandé à un officier comment l’Unité 504 et les autres services de renseignement avaient pu être ainsi dans l’incapacité d’anticiper le massacre du 7 octobre au vu des renseignements obtenus par leurs soins hors des frontières d’Israël.

Une question restée sans réponse – l’officier répétant la promesse faite par l’armée israélienne d’ouvrir une enquête sur tous les manquements ayant entraîné le déroulement des atrocités, des investigations qui seront lancées au lendemain de la guerre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.