Les requins sont de retour dans les eaux chaudes au large de Hadera
Rechercher

Les requins sont de retour dans les eaux chaudes au large de Hadera

Les scientifiques ont commencé à pucer les prédateurs à des fins de recherche et appellent les curieux à rester à distance, mais des plongeurs intrépides s'y aventureront sûrement

Une photo prise par drone montre des chercheurs du projet prédateur de la base de recherche marine Morris Kahn établie par l'université de Haïfa, dans les eaux méditerranéennes au large de la ville de Hadera, dans le nord d'Israël, le  21 janvier 2019. (Crédit : AP/Ariel Schalit)
Une photo prise par drone montre des chercheurs du projet prédateur de la base de recherche marine Morris Kahn établie par l'université de Haïfa, dans les eaux méditerranéennes au large de la ville de Hadera, dans le nord d'Israël, le 21 janvier 2019. (Crédit : AP/Ariel Schalit)

La centrale électrique au charbon de Hadera sur la côte nord israélienne n’est guère un symbole de conservation environnementale, mais pour des dizaines de requins, les conditions semblables à un jacuzzi qu’ils peuvent y trouver leur créent un refuge hivernal chaud et accueillant.

Plus tôt ce mois-ci, ces prédateurs redoutés ont fait leur retour sur le littoral israélien, où ils resteront jusqu’au printemps, donnant l’occasion rare aux scientifiques du pays de les étudier, et plus particulièrement les Carcharhinidés.

Lundi, les scientifiques de l’institut Morris Kahn de recherche marine rattachée à l’Université de Haïfa ont entamé leur campagne annuelle de puçage des requins,  à commencer par le spécimen de 2,5 mètres de long qu’ils ont appelé Hamsa — le célèbre symbole moyen-oriental en forme de main censé porter chance.

Ces dernières années, près de 50 requins — parmi lesquels les requins gris, sombres et marteaux — ont été pucés dans ces eaux pour aider les chercheurs à mieux comprendre combien ils sont, observer leur comportement et leurs voies de migration.

Le nombre de requins en mer Méditerranée a fortement chuté en raison de la pêche de leurs proies et de leur capture — généralement pour en faire de la soupe d’ailerons.

Ils sont néanmoins protégés dans les eaux israéliennes.

Plusieurs associations ont mis au point un code de conduite (ici en hébreu) pour ceux qui souhaitent les observer depuis la terre ou en mer.

Celui-ci demande de ne pas les nourrir pour qu’ils ne deviennent pas dépendants et appelle les plongeurs à se tenir à distance des eaux difficiles où les courants sont forts et la visibilité très faible, notamment au lever et au coucher du soleil quand les requins s’alimentent. Il existe des consignes spécifiques pour les plongeurs qui insistent pour y aller et pour les personnes à bord de bateaux ou autres navires. Le site ne dispose pas de services de secours.

מתרגשים לבשר שהיום, ה-25.11.2019, נפתחה בחגיגיות עונת תיוג הכרישים בחדרה עם כרישה עפרורית באורך 2.5 מטר העונה לשם « חמסה »…

פורסם על ידי ‏תחנת מוריס קאהן לחקר הים – Morris Kahn Marine Research Station‏ ב- יום שני, 25 בנובמבר 2019

הכרישים כאן.בקרוב נתחיל בתיוג.אוניברסיטת חיפה – University Of Haifa

פורסם על ידי ‏תחנת מוריס קאהן לחקר הים – Morris Kahn Marine Research Station‏ ב- יום ראשון, 24 בנובמבר 2019

Cette semaine également, un banc de dauphins sportifs a été aperçu au large d’Ashdod, dans le sud d’Israël, par Yaly Mevorach, chercheur de l’institut Morris Kahn qui participe au projet Grand prédateur dirigé par le Dr Aviad Scheinin et  le Prof. Dan Tchernov, biologiste marin.

דולפיננים מצויים מפגינים ספורטיביות מול חופי אשדוד בזמן ש Yaly Mevorach עושה את הגיחה השבועית שלה במסגרת לימודיה לתואר…

פורסם על ידי ‏תחנת מוריס קאהן לחקר הים – Morris Kahn Marine Research Station‏ ב- יום שלישי, 26 בנובמבר 2019

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...