Les survivants israéliens de Tchernobyl ont un taux d’hospitalisation normal
Rechercher
Tchernobyl, 35 ans après

Les survivants israéliens de Tchernobyl ont un taux d’hospitalisation normal

Ils sont plus susceptibles de se faire examiner pour des excroissances anormales, mais fréquentent les hôpitaux autant que la population générale d'immigrants d'ex-URSS

Sur cette photo prise le mercredi 5 avril 2017, un panneau de radioactivité est planté dans le sol, près de Tchernobyl, en Ukraine. Un réacteur de la centrale nucléaire de Tchernobyl a explosé le 26 avril 1986, provoquant une explosion et l'incendie qui a suivi a dégagé un panache radioactif sur une grande partie de l'Europe du Nord. (AP Photo/Efrem Lukatsky)
Sur cette photo prise le mercredi 5 avril 2017, un panneau de radioactivité est planté dans le sol, près de Tchernobyl, en Ukraine. Un réacteur de la centrale nucléaire de Tchernobyl a explosé le 26 avril 1986, provoquant une explosion et l'incendie qui a suivi a dégagé un panache radioactif sur une grande partie de l'Europe du Nord. (AP Photo/Efrem Lukatsky)

Une nouvelle étude a révélé que la population israélienne de survivants de Tchernobyl est hospitalisée à une fréquence étonnamment faible.

À la suite de la catastrophe, qui a eu lieu il y a exactement 35 ans, près de 200 000 personnes qui vivaient dans les zones touchées ont immigré en Israël – et de nombreux médecins s’attendaient à ce qu’elles aient besoin de soins hospitaliers disproportionnés à vie.

Cependant, on constate qu’ils ont recours à des soins hospitaliers à peu près dans les mêmes proportions que les autres immigrants d’ex-URSS. C’est ce qu’ont révélé des universitaires de l’université Ben Gourion du Néguev après avoir suivi pendant des années les hospitalisations des survivants de Tchernobyl dans le sud d’Israël.

En général, les immigrants de l’ex-Union soviétique font un usage disproportionné des hôpitaux, ce qui refléterait l’impact des mauvais soins de santé prodigués sous le régime soviétique. Cependant, les survivants de Tchernobyl ne présentent pas d’excès inhabituels par rapport au reste de cette population, que ce soit en termes de jours passés à l’hôpital ou de nombre d’hospitalisations.

Les ouvriers qui ont construit le sarcophage de ciment recouvrant le réacteur n° 4 de Tchernobyl posent avec une banderole qui dit : « Nous exécuterons l’ordre du gouvernement » à l’été 1986 sur le chantier inachevé. (AP Photo/ Volodymyr Repik)

Ils sont plus susceptibles de se rendre chez le médecin pour des problèmes spécifiques, notamment des inquiétudes concernant d’éventuelles tumeurs cancéreuses, mais les chercheurs ont écrit, après avoir comparé les survivants de Tchernobyl aux autres immigrants de l’ex-Union soviétique, qu’ils « ne pouvaient pas conclure que l’exposition à Tchernobyl avait un effet global sur le recours à l’hospitalisation ».

En outre, bien qu’ils aient un besoin inhabituellement élevé de traitement de fertilité, ils n’ont pas une incidence plus élevée de mortinatalité ou d’autres problèmes chez les bébés à la naissance – même un faible poids à la naissance – par rapport au reste de la population immigrée de l’ex-Union soviétique ou à la population née en Israël. Ces résultats interviennent alors que des chercheurs britanniques ont conclu que les dommages causés par les radiations aux personnes à Tchernobyl ne sont pas transmis à leurs enfants.

Les veuves des victimes de Tchernobyl arborent des portraits de leurs maris décédés à la suite des opérations de nettoyage de l’explosion nucléaire de Tchernobyl en 1986, au monument érigé à la mémoire des victimes, à Kiev, capitale de l’Ukraine, le 26 avril 2008. (AP Photo/Efrem Lukatsky)

« Il semble que ceux qui ont survécu et émigré en Israël ne soient pas en aussi mauvaise santé que je l’aurais pensé », a déclaré le professeur Eyal Sheiner au Times of Israël. Il a ajouté que ses recherches ont montré qu’ils sont en relativement bonne santé – ce qui reflète en partie le niveau élevé des soins médicaux en Israël – mais qu’ils ont besoin de la vigilance des médecins.

Sheiner, vice-doyen des sciences de la santé à Ben Gurion et président du département d’obstétrique et de gynécologie du centre médical Soroka à Beer Sheva, pense que l’aspect fertilité de la recherche, en particulier, est une raison d’être optimiste. Il note que, peu après la catastrophe, l’impact sur la reproduction et la capacité à avoir des enfants en bonne santé a suscité de grandes inquiétudes : « Nos recherches sont, en un sens, rassurantes. Bien sûr, les choses ont des conséquences à long terme, mais le risque réel pour les personnes que nous avons suivies et qui ont survécu est très faible. »

Le professeur Eyal Sheiner, obstétricien et gynécologue à l’université Ben-Gurion du Néguev et au centre médical Soroka de Beer Sheva, qui a dirigé l’étude. (Crédit : Eyal Sheiner)

Sheiner et d’autres chercheurs de l’université Ben Gourion ont documenté leurs résultats dans deux études évaluées par des pairs, portant sur 1 300 survivants de Tchernobyl au total. L’une d’elles sera bientôt publiée dans le Journal of Immigrant and Minority Health et l’autre, axée sur la fertilité, est parue dans le Journal of Clinical Medicine.

Si les taux d’hospitalisation générale ne sont pas plus élevés chez les survivants de Tchernobyl, cette population est plus susceptible de se tourner vers les médecins pour examiner une croissance anormale et éventuellement cancéreuse, connue sous le nom de néoplasme. Par rapport aux Israéliens de souche, les immigrants de l’ex-Union soviétique sont en général  plus susceptibles, à 31 %, de déclarer un néoplasme et les survivants de Tchernobyl sont plus susceptibles, à 65 %, de le faire s’ils viennent de zones fortement exposées et à 77 % plus susceptibles s’ils viennent de zones faiblement exposées.

Sheiner a noté que ces statistiques couvrent des excroissances suspectes qui peuvent ou non s’avérer cancéreuses et a reconnu que le chiffre plus élevé pour les survivants de Tchernobyl peut en partie refléter une vigilance accrue. Il n’a pas pu obtenir de statistiques sur l’incidence réelle du cancer.

Par rapport aux Israéliens de souche, les immigrants de l’ex-Union soviétique sont en général 24 % plus susceptibles de se rendre à l’hôpital pour des problèmes endocriniens. Mais les survivants de Tchernobyl, qu’ils viennent de zones fortement ou faiblement exposées, ont 34 % de risques en plus.

En ce qui concerne les problèmes oculaires, les immigrants de l’ex-Union soviétique sont 25 % plus susceptibles d’arriver à l’hôpital avec de tels problèmes que les personnes nées en Israël. Les survivants de Tchernobyl sont 48 % plus susceptibles d’arriver à l’hôpital s’ils viennent de zones fortement exposées et 41 % plus susceptibles s’ils viennent de zones faiblement exposées.

Prof. Julie Cwikel de l’université Ben Gurion. (Crédit : Dani Machlis/Ben Gurion University)

Les résultats rappellent que « les personnes exposées doivent être vigilantes et passer des examens médicaux réguliers », a déclaré la chercheuse principale, le professeur Julie Cwikel, ajoutant qu’elles devraient également encourager les médecins à inclure des questions sur l’exposition à l’explosion de Tchernobyl dans leurs antécédents médicaux.

Le traitement de la stérilité était utilisé par 8,2 % des femmes fortement exposées et 9,3 % des femmes faiblement exposées, contre 5 % des immigrés FSU, et l’anémie était plus fréquente. L’anémie était également plus fréquente. Mais les fausses couches à répétition, dont ont souffert
4,1 % des femmes ayant survécu à Tchernobyl, étaient en fait plus nombreuses dans la population féminine générale de l’ex-Union soviétique (5 %). « Une fois que les femmes exposées à Tchernobyl sont tombées enceintes, le déroulement et l’issue de la grossesse ont été comparables à ceux des groupes de comparaison », indique l’étude.

Une photo aérienne de la centrale nucléaire de Tchernobyl prise deux ou trois jours après l’explosion de la centrale en 1986. (AP/Volodymir Repik)

« Nous reconnaissons que davantage de traitements de fertilité étaient nécessaires, mais ce n’est pas comme si nous avions trouvé un taux plus élevé de mortinatalité. Les gens ont conçu et le résultat était bon, donc tout doit être mis en perspective », a ajouté Sheiner.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...