Les taux de natalité juif et arabe au même niveau
Rechercher

Les taux de natalité juif et arabe au même niveau

Les nouveaux chiffres montrent que les femmes juives ont, en moyenne, 3,11 enfants et que les femmes arabes en ont 3,17

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Des bébés à l'hôpital Bikur Holim de Jérusalem. Illustration. (Crédit : Flash90)
Des bébés à l'hôpital Bikur Holim de Jérusalem. Illustration. (Crédit : Flash90)

Pendant cette dernière décennie, le taux de naissance entre les populations arabe et juive d’Israël s’est presque égalisé, qui loin de l’inégalité qui avait été mesurée il y a une décennie, selon les données publiées par le bureau centrale des Statistiques (CBS) mardi.

À la fin de l’année 2014, les données ont montré que, en moyenne, les femmes juives israéliennes ont donné naissance à 3,11 enfants et que les femmes arabes israéliennes ont donné naissance à 3,17 enfants.

Au début des années 2000 les chiffres s’élevaient à 4,3 enfants en moyenne pour les femmes arabes israéliennes et a seulement 2,6 pour les femmes juives israéliennes.

Les chiffres font partie des statistiques publiées par CBS sur les enfants israéliens jusqu’à 17 ans avant la Journée universelle des enfants, qui aura lieu le 20 novembre.

Au total, il y a 2,74 millions d’enfants en Israël, qui constituent 33 % de la population, a déclaré le CBS.

Près de 1 945 000, soit 71 % des enfants, sont Juifs ; 713 000, ou 26 %, sont Arabes ; et les 3 % restants ne sont pas classés comme étant soit Juifs ou Arabes, et comprennent des groupes tels que les Chrétiens non-arabes.

La plus grande concentration des enfants se trouve dans le centre du pays, où vivent 639 000 enfants.

Bnei Brak est la ville israélienne avec le plus haut pourcentage d’enfants qui représentent 46 % de la population locale. Les enfants représentent 40 % des habitants de Jérusalem, beaucoup plus qu’à Tel Aviv, où ceux qui ont moins de 18 ans représentent seulement 21 % de la population.

La démographie est une question politique âprement débattue en Israël, certains analystes faisant valoir que la population juive pourrait éventuellement devenir une minorité en raison du taux de natalité élevé des Arabes, en particulier lorsque la population palestinienne de la Cisjordanie et de la bande de Gaza est inclue dans les calculs.

Selon les statistiques palestiniennes, 6,08 millions de Palestiniens vivent actuellement à l’ouest du Jourdain, par rapport à 6,10 millions de Juifs.

Le taux de natalité plus élevé des Palestiniens (et la faible immigration juive) signifient que d’ici 2020, 7,14 millions de Palestiniens vivront dans le pays contre seulement 6,87 millions de Juifs, a affirmé le Bureau central de statistique palestinien.

Les chiffres officiels israéliens sont semblables à ceux des Palestiniens.

Le bureau central des statistiques d’Israël a indiqué que 1 719 000 citoyens arabes (y compris près de 140 000 Druzes, ainsi que d’autres groupes religieux de langue arabe, qui ne s’identifient pas nécessairement pas comme des Palestiniens ou même Arabes), et 6 218 000 Juifs vivaient dans un Israël souverain à la fin de l’année 2014.

Le Coordonnateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) – une branche des Forces de défense israéliennes qui contrôle le registre de la population palestinienne – affirme que 2 754 millions de Palestiniens vivent en Cisjordanie et 1,73 million dans la bande de Gaza.

Cela ramène le total des Palestiniens dans le pays à environ 6,2 millions, très proche du nombre de Juifs vivant sur le même territoire.

Elhanan Miller a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...