Les terroristes de l’attentat de 2004 à Taba ont pu utiliser des mines de l’époque nazie
Rechercher

Les terroristes de l’attentat de 2004 à Taba ont pu utiliser des mines de l’époque nazie

12 Israéliens étaient morts dans les attaques d’hôtel du Sinaï ; l’EI aurait extrait des mines de la zone et utiliserait les explosifs pour construire des bombes

L'hôtel Hilton de Taba, reconstruit après l'attentat de 2004. (Crédit : NYC2TLV/Wikipedia)
L'hôtel Hilton de Taba, reconstruit après l'attentat de 2004. (Crédit : NYC2TLV/Wikipedia)

Des responsables égyptiens pensent que les terroristes du Sinaï ont utilisé des mines de l’époque nazie pour fabriquer les bombes utilisées pendant un attentat terroriste en 2004 dans et autour d’un complexe touristique de Taba, dans lequel 34 personnes, dont 12 Israéliens, ont été tuées.

Selon un article publié mercredi dans Newsweek, le groupe terroriste Etat islamique (EI) aurait également trouvé un moyen d’extraire les mines datant de la Deuxième Guerre mondiale sans les faire exploser et de les utiliser comme source de matériel explosif pour la guerre terroriste qu’il mène dans la péninsule du Sinaï.

Il y aurait environ 17 millions de mines dans le désert du Sahara sur des territoires appartenant à l’Egypte et à la Libye, enterrées par le maréchal nazi Erwin Rommel et ses alliés de l’armée de l’Italie fasciste.

Le responsable du déminage d’Egypte, Fathy el-Shazly, a déclaré à Newsweek que « nos avons au moins 10 informations de l’armée sur des terroristes utilisant de vieilles mines. Même maintenant, cela nous préoccupe de différentes manières. »

IDF rescue workers at the wreckage of the Taba Hilton hotel, October 8, 2004 (photo credit: IDF/ Flash90)
Des sauveteurs de l’armée israélienne dans les ruines de l’hôtel Hilton de Taba, le 8 octobre 2004. (Crédit : armée israélienne/Flash90)

Le 7 octobre 2004, un camion était entré à l’hôtel Hilton de Taba et avait explosé, tuant 31 personnes et en blessant 159. Les dix étages de l’hôtel s’étaient effondrés après la détonation. Il y avait eu deux autres explosions à Nuweiba, à proximité.

Sur les 34 personnes tuées, 18 étaient égyptiennes, 12 israéliennes, deux italiennes, une russe, et une israélo-américaine.

Les terroristes responsables des attaques étaient des Palestiniens qui avaient précédemment essayé, sans succès, d’entrer en Israël, avaient à l’époque déclaré les responsables égyptiens. Des minuteries, des téléphones portables, et des bouteilles de gaz modifiées avaient été utilisés pour construire les bombes, qui utilisaient de la TNT et de vieux explosifs trouvés dans le Sinaï et achetés à des Bédouins.

Quelque 7 000 Egyptiens ont été tués par des mines dans le nord-ouest de l’Egypte depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, a annoncé le Daily Mail. Depuis 2006, les tribus bédouines locales ont compté 150 victimes.

A présent, l’EI et son groupe affilié dans la péninsule du Sinaï, Ansar Beit al-Maqdess, ont également trouvé le moyen d’extraire des mines sans les faire détoner et d’utiliser ensuite leurs explosifs pour fabriquer des bombes artisanales.

En mars, une attaque avec une telle bombe avait tué cinq soldats égyptiens près des côtes de la mer Rouge.

Selon les experts, d’autres armes de l’époque de la Deuxième Guerre mondiale circulent au Moyen Orient.

Un groupe rebelle syrien a été vu en train d’utiliser un obusier de 70 ans, a annoncé le Mail.

N R Jenzen-Jones, consultant en armes, a déclaré à Newsweek que « nous avons vu plusieurs dizaines de révolvers britanniques Webley qui sont ou ont été à vendre, puis des carabines de la cavalerie italienne, des armes Mausers et Bren. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...