Les trois juges du procès pour corruption de Netanyahu
Rechercher

Les trois juges du procès pour corruption de Netanyahu

Un panel de trois juges du tribunal de Jérusalem décidera de condamner ou d'acquitter le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à l'issue de son procès pour corruption

Les juges Moshe Bar-Am, Rebecca Friedman-Feldman et Oded Shaham, de gauche à droite. (Ministère de la Justice)
Les juges Moshe Bar-Am, Rebecca Friedman-Feldman et Oded Shaham, de gauche à droite. (Ministère de la Justice)

Un panel de trois juges du tribunal de Jérusalem décidera de condamner ou d’acquitter le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à l’issue de son procès pour corruption qui s’ouvre dimanche.

Rivka Friedman-Feldman

Cette sexagénaire, spécialiste en droit pénal et des affaires de corruption, préside le trio. Diplômée de l’université hébraïque de Jérusalem en 1981, elle a travaillé dans un cabinet avant de rejoindre le bureau du procureur de l’Etat.

Devenue juge au début des années 1990, à 36 ans, elle est nommée en 2012 au tribunal du district de Jérusalem.

Considérée comme sévère en matière de corruption, elle avait fait partie du panel de juges qui, en 2014, avait condamné l’ancien Premier ministre Ehud Olmert à une peine de prison pour corruption dans une série d’affaires, notamment pour des pots-de-vin touchés dans le cadre du mégaprojet immobilier Holyland à Jérusalem lorsqu’il était maire de la ville.

Oded Shaham

Né en 1964, ce diplômé en droit de l’université hébraïque de Jérusalem est aussi considéré comme un partisan d’une ligne dure en matière de corruption.

Oded Shaham s’était notamment démarqué en 2010 lors du procès de Tzachi Hanegbi, un membre du Likud de M. Netanyahu, accusé d’abus de confiance dans une affaire de nominations politiques alors qu’il était ministre de la Protection de l’environnement.

Le début du procès du Premier ministre Benjamin Netanyahu au tribunal de Jérusalem. Le Premier ministre Netanyahu est poursuivi pour des accusations criminelles de corruption, fraude et abus de confiance, le 24 mai 2020. (Photo par Amit Shabi / Flash90)

Dans cette affaire, il était allé dans le sens contraire des autres juges en disant vouloir condamner M. Hanegbi pour corruption. Il avait alors mis en avant les « valeurs que nous apprenons à nos enfants », la « conduite que nous attendons de nos dirigeants » et le « genre de société dans laquelle nous voulons vivre ».

Tzachi Hanegbi n’avait pas été condamné pour corruption à l’issue de son procès et vient d’être nommé ministre attaché au bureau du Premier ministre dans le cadre du nouveau gouvernement de Benjamin Netanyahu.

Moshé Bar-Am

Contrairement à ses deux collègues dans ce procès, il a traité peu de cas de corruption.

Né en 1960, Moshé Bar-Am a obtenu son diplôme en droit à l’université hébraïque de Jérusalem en 1990 avant de devenir avocat puis juge au tribunal de première instance de la région « sud » à partir de 2000.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...