Les violentes tempêtes de mars ont endommagé le récif corallien d’Eilat
Rechercher

Les violentes tempêtes de mars ont endommagé le récif corallien d’Eilat

Des dommages sans précédent aux récifs coralliens d'Eilat ont été causés par des tempêtes d'une violence inhabituelle, selon ministère de la Protection de l'environnement

Les poissons tropicaux à la barrière de corail d'Eilat. (Crédit : Asaf Zvuloni / Israel Nature and Parks Authority / FLASH90)
Les poissons tropicaux à la barrière de corail d'Eilat. (Crédit : Asaf Zvuloni / Israel Nature and Parks Authority / FLASH90)

Des tempêtes d’une violence inhabituelle dans le golfe d’Eilat en mars ont causé des dommages sans précédent aux récifs coralliens d’Eilat, avec des pertes atteignant jusqu’à 75 % dans certains endroits et une réhabilitation susceptible de prendre de nombreuses années, selon les résultats d’une première enquête publiés par le ministère de la Protection de l’environnement.

Pour compliquer encore davantage la restauration, l’enquête a également révélé que des algues poussaient sur les récifs après l’introduction d’engrais et d’autres matières organiques dans la mer. Les algues sont en compétition avec les coraux juvéniles pour l’espace sur les récifs.

Des plongeurs de l’Institut inter-universitaire des sciences de la mer d’Eilat ont constaté une réduction massive de 75 % de la couverture corallienne à une profondeur de dix mètres dans la réserve de Coral Beach par rapport à l’été dernier, et un appauvrissement de 25 % à une profondeur de cinq mètres, par rapport au printemps dernier.

Sur les récifs de l’Institut, au sud de Coral Beach, les dommages ont été les plus importants depuis que le ministère de la Protection de l’environnement a commencé à financer les études annuelles en 2003. Aucune donnée précise n’a été fournie.

En 2003, les déchets des fermes d’élevage de poissons continuaient de causer une pollution massive et des dommages aux coraux de la mer Rouge. Les fermes ont été interdites en 2008, sous la pression de l’opinion publique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...