Les voisins et proches n’avaient jamais vu la fille de 5 ans retrouvée attachée
Rechercher

Les voisins et proches n’avaient jamais vu la fille de 5 ans retrouvée attachée

Lors de l'audience, le père a nié avoir attaché la jeune fille, mais il a reconnu les accusations de négligence formulées par les procureurs

Image illustrative d'une maltraitance d'enfance. (iStock Getty Images)
Image illustrative d'une maltraitance d'enfance. (iStock Getty Images)

La petite fille âgée de 5 ans qui a été retrouvée attachée à une porte douche lundi dans la ville du centre d’Israël de Lod n’avait jamais été enregistrée à l’Etat civil, a déclaré mardi un porte-parole de la police au tribunal de Lod.

La police a été appelée dans un appartement de la ville de Lod lundi, après que des voisins ont entendu des pleurs persistants. Ils ont trouvé une fillette de cinq ans enchaînée à la porte de la douche et présentant des marques de maltraitance.

Les policiers ont forcé la porte de l’appartement, où la petite fille avait été laissée seule.

Elle a été transférée d’urgence à l’hôpital Assaf HaRofeh. Les docteurs ont indiqué qu’elle se trouvait dans un état modéré, mais stable.

Les docteurs israéliens en grève pendant près de deux heures à l’hôpital Assaf Harofeh de Rishon Lezion – 19 janvier 2014 (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

La police a arrêté les parents, âgés de 36 et 41 ans. Ils sont accusés d’abus et de maltraitance.

Les deux parents en étaient à leur deuxième mariage, ont déclaré mardi des membres de la famille à des médias israéliens. Le père a 15 enfants – 12 avec sa première femme et trois avec sa femme actuelle.

Des membres de la famille ont supposé que la fille retrouvée lundi, qu’ils ne connaissaient pas, était la fille aînée de la mère, née de son premier mariage.

L’immeuble d’appartements dans la ville de Lod au centre d’Israël, où la police a retrouvé une petite fille de 5 ans attachée à une douche le 12 août 2019. (Capture d’écran : Douzième chaîne)

Contacté par la Douzième chaîne pour avoir sa réaction, le frère du père a refusé de croire les soupçons qui pèsent sur son frère.

« Mon frère ne peut pas attacher un poulet. Il n’a jamais fait de mal à personne ni aux animaux dans toute sa vie. C’est un homme très sensible et doux, a déclaré le frère. Il s’occupe de ses enfants avec une grande implication, en leur donnant tout ce dont ils ont besoin. C’est impossible qu’il ait maltraité sa fille. Ce n’est pas vrai. Je ne crois pas ces informations. Je connais mon frère mieux que quiconque. Il est tout simplement impossible qu’il ait attaché sa fille à la douche. Ce ne sont que des ragots ».

Il a toutefois reconnu qu’il n’avait « jamais vu la fille. [Mon frère] et sa femme ne l’ont jamais emmenée à notre maison. Peut-être qu’ils voulaient la cacher parce qu’elle souffre de problèmes de santé, je ne sais pas. Nous ne l’avons jamais vue, et je ne sais pas qui elle est ».

Le site d’information Ynet a rapporté que les parents et les trois autres enfants étaient sortis de la maison, et avaient laissé la fillette seule pour une raison non précisée.

Un avocat représentant les parents a nié qu’ils l’avaient enchaînée à la porte de la douche, et assuré à Ynet qu’ils l’avaient laissée dans son lit.

Ils ont affirmé qu’un voisin les avait appelés quelques heures plus tard pour les informer que des cris provenaient de leur appartement. « Ce sont des parents totalement normaux qui ne feraient jamais ce dont on les accuse », a déclaré l’avocat.

Mardi, pourtant, lors de l’audience de renvoi du couple, un représentant de la police a confirmé au tribunal qu’ils avaient trouvé la fille attachée dans la douche dans ses propres excréments, et ils ont dit qu’elle était attachée depuis plusieurs heures au moment où ils l’ont libérée.

Des officiels ont également déclaré au tribunal qu’il n’y avait pas de traces de la fille au registre d’Etat civil du ministère de l’Intérieur, ce qui suggère que les parents n’avaient jamais déclaré sa naissance à l’Etat.

Illustration : un policier tient une paire de menottes. (Yossi Zamir/Flash90)

On ne sait pas encore si la petite fille était scolarisée ou si elle recevait des soins de santé, puisqu’il faut avoir une carte d’identité pour y avoir accès.

Lors de l’audience, le père a nié avoir attaché la jeune fille, mais il a reconnu les accusations de négligence formulées par les procureurs, a annoncé la Douzième chaîne.

La mère a affirmé que la fille souffrait d’une grave maladie de la peau. Elle avait été emmenée en Cisjordanie pour être traitée, a déclaré l’avocat de la mère, mais le traitement n’avait fait qu’aggraver son état.

Le tribunal a ordonné de procéder à un examen médical de la jeune fille pour s’assurer de savoir si, et comment, elle avait été maltraitée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...