Les voyageurs de 18 pays supplémentaires, dont la France, devront s’isoler
Rechercher

Les voyageurs de 18 pays supplémentaires, dont la France, devront s’isoler

Ces mesures s'appliquent même aux citoyens vaccinés ; les ministres envisagent de nouvelles mesures

Des voyageurs dans une file d'attente pour se faire dépister au coronavirus à leur arrivée à l'aéroport Ben-Gurion en Israël, le 1er juillet 2021. (Crédit : Nati Shohat/ Flash90)
Des voyageurs dans une file d'attente pour se faire dépister au coronavirus à leur arrivée à l'aéroport Ben-Gurion en Israël, le 1er juillet 2021. (Crédit : Nati Shohat/ Flash90)

Une liste de nouveaux pays à partir desquels même les voyageurs vaccinés doivent être mis en quarantaine a été approuvée par un comité de la Knesset mardi, alors que les cas de COVID-19 continuent d’augmenter et que le gouvernement est prêt à adopter de nouvelles mesures.

Le cabinet Corona doit se réunir à la Knesset mardi après-midi, dans un contexte de forte augmentation des nouveaux cas de COVID-19.

Lundi, 3 818 nouveaux cas de COVID-19 ont été confirmés en Israël, avec un taux de positivité de 3,79 %. Il y a actuellement 22 375 cas actifs dans le pays, dont 420 sont hospitalisés ; 221 patients sont dans un état grave, dont 46 sous ventilateur.

Avant la réunion du cabinet Corona, la commission du Travail, de la Santé et du Bien-être de la Knesset a approuvé la demande du ministère de la Santé d’ajouter 18 pays supplémentaires à la liste des destinations à partir desquelles les voyageurs, y compris les personnes vaccinées, devront être en quarantaine à domicile durant sept jours après avoir montré deux tests négatifs.

Les nouveaux pays en question sont : les États-Unis, l’Allemagne, la France, la Grèce, l’Égypte (y compris la péninsule du Sinaï), l’Ukraine, l’Italie, l’Islande, l’Eswatini (anciennement Swaziland), le Botswana, la Bulgarie, les Pays-Bas, la Tanzanie, le Malawi, la République tchèque, Cuba, le Rwanda et la Tunisie.

Les pays figurant déjà sur la liste sont : les Émirats arabes unis, l’Équateur, l’Éthiopie, le Myanmar, la Bolivie, le Guatemala, le Honduras, le Zimbabwe, la Namibie, le Chili, la Colombie, les Fidji et le Cambodge.

Le Costa Rica, les Seychelles, la Zambie, le Paraguay, l’Ouganda, le Liberia, le Panama et le Kenya seront retirés de la liste vendredi, et les nouveaux pays y entreront officiellement mercredi.

Les mêmes règles de quarantaine s’appliquent aux Israéliens qui rentrent chez eux en provenance des pays interdits aux Israéliens : Espagne, Argentine, Brésil, Afrique du Sud, Inde, Mexique, Russie, Biélorussie, Ouzbékistan, Kirghizistan, Chypre, Turquie, Géorgie et Royaume-Uni. Ils doivent également s’acquitter d’une amende de 5 000 shekels.

Au total, 42 pays figurent sur la liste de ceux dont les rapatriés doivent rester en quarantaine pendant sept jours avec deux tests PCR négatifs – ou 14 jours sans tests PCR négatifs.

Un officier de police fait respecter le règlement COVID-19 à l’aéroport international Ben Gurion le 19 juillet 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Selon les chiffres du ministère de la Santé présentés lors de l’audition de la commission de la Knesset, 141 personnes atteintes du COVID sont revenues des États-Unis au cours du mois de juillet : 27 d’Italie, 43 d’Allemagne, 292 de Grèce et 42 de France.

« La principale menace pour les résultats obtenus par Israël dans le contrôle de la pandémie est le danger de laisser entrer des variants mutants du coronavirus qui peuvent être plus agressifs ou avoir un taux d’infection plus élevé, et nuire à la population non vaccinée », a déclaré le ministère de la Santé dans un communiqué. « Il existe un risque accru que les personnes qui se rendent dans ces pays reviennent et apportent avec elles des variants qui se propageront rapidement dans la communauté et ne seront identifiées que lorsqu’il sera trop tard. »

Avant une réunion du cabinet Corona mardi, le Premier ministre Naftali Bennett aurait averti ses partenaires de coalition que si des mesures sérieuses ne sont pas prises maintenant, un nouveau confinement pourrait être instauré pendant les fêtes juives de septembre.

« Nous avons besoin de plus de restrictions afin d’éviter des mesures extrêmes à l’avenir », a déclaré le Premier ministre aux chefs des partis de la coalition lors d’un appel téléphonique mardi matin, selon les médias.

Le Premier ministre Naftali Bennett à la Knesset de Jérusalem, le 13 juillet 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le cabinet Corona devait débattre mardi d’une série de mesures visant à réprimer les rassemblements.

Les ministres devaient aussi discuter de l’obligation de porter un masque lors des événements en plein air de plus de 20 personnes, ainsi que de la limitation de la taille des événements en intérieur.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...