Les Yézidis irakiens en stage de clownerie médicale dans un hôpital israélien
Rechercher

Les Yézidis irakiens en stage de clownerie médicale dans un hôpital israélien

Le ministère des Affaires étrangères et une organisation britannique ont facilité l'arrivée du groupe, qu'ils espèrent ainsi aider à redonner le sourire à des enfants traumatisés

Un groupe de Yézidis d'Irak (le dos à la caméra) avec les formateurs israéliens qui les ont formé au travail de clown en milieu médical, au mois de juin 2018 (Crédit : ministère des Affaires étrangères israélien)
Un groupe de Yézidis d'Irak (le dos à la caméra) avec les formateurs israéliens qui les ont formé au travail de clown en milieu médical, au mois de juin 2018 (Crédit : ministère des Affaires étrangères israélien)

Un groupe de Yézidis est récemment arrivé en Israël, depuis l’Irak, pour vivre un stage thérapeutique autour du travail de clown, avec pour objectif d’aider les enfants traumatisés issus des minorités persécutées dans ce pays ravagé par la guerre.

Le stage a été préparé par Dram Doctors, une organisation qui forme des clowns intervenant en milieu médical, ainsi que par l’association caritative britannique Road to Peace, l’hôpital Hadassah de Jérusalem et le ministère des Affaires étrangères israélien, a fait savoir ce dernier dans un communiqué émis dimanche.

« Les participants à cette formation spéciale ont quitté Israël pendant le week-end avec de nouveaux instruments et des techniques qui les aideront à rendre le sourire aux populations qui vivent dans les zones de guerre, quelle que soit leur ethnie, leur religion ou leur genre », a noté le ministère des Affaires étrangères.

Road to Peace qui, selon le ministère, a facilité l’arrivée des Yézidis en Israël, a été créé en 2014 pour aider à construire des alliances entre les communautés dans les zones de conflits et pour apporter des soins médicaux aux enfants malades et blessés.

L’organisation a récemment établi une unité de soins infantiles dans la région de Sinjar, située dans le nord de l’Irak, sous la direction de l’humanitaire juive Sally Becker.

Des réfugiés yézidis dans un camps pour populations déplacées, à Dohuk en Irak, en août 2016. (Crédit : IsraAID)

En 2014, le groupe terroriste de l’Etat islamique avait tué des milliers de Yézidis à Sinjar et kidnappé des milliers de femmes et de jeunes filles issues de la communauté pour en faire des esclaves sexuelles.

En novembre 2017, les Nations unies estimaient que 3 000 d’entre elles se trouvaient toujours en captivité. Au mois de mars, les responsables chargés des questions de génocide et les leaders religieux avaient fait savoir que 3 154 yézidis étaient portés disparus, dont 1471 femmes et jeunes filles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...