L’Espagne adopte la définition internationale de l’antisémitisme de l’IHRA
Rechercher

L’Espagne adopte la définition internationale de l’antisémitisme de l’IHRA

Le groupe inclut dans ses critères la haine et les discriminations anti-juives, le négationnisme, certaines expressions critiques à l'égard d'Israël

Photo d'illustration : Un Juif lors d'une conférence de presse à Madrid, en Espagne, le 20 février 2018 (Crédit : AP Photo/Francisco Seco)
Photo d'illustration : Un Juif lors d'une conférence de presse à Madrid, en Espagne, le 20 février 2018 (Crédit : AP Photo/Francisco Seco)

JTA — Le gouvernement espagnol a adopté la définition de l’antisémitisme de l’IHRA (International Holocaust Remembrance Alliance).

La Fédération des communautés juives d’Espagne a émis un communiqué, mercredi, remerciant le gouvernement espagnol pour sa décision.

La définition de travail de l’IHRA décrit des formes variées d’antisémitisme, notamment la haine et les discriminations contre les Juifs, le négationnisme de la Shoah et parfois, de manière controversée, les expressions de critique d’Israël.

L’Espagne a été membre de l’alliance depuis 2008. Elle fait partie des 34 pays-membres.

Au mois de juin, le Parlement de l’état espagnol du territoire autonome des Baléares a adopté une législation déclarant le mouvement BDS (Boycott, Divestment and Sanctions) anti-israélien comme étant une forme d’antisémitisme, tel que défini par l’IHRA (International Holocaust Remembrance Alliance).

Le système judiciaire a défini le BDS de manière répétée comme un mouvement discriminatoire mais des lois ancrant ce point de vue sont rarement adoptées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...