L’Etat accepte – enfin – d’augmenter les aides aux handicapés
Rechercher

L’Etat accepte – enfin – d’augmenter les aides aux handicapés

Les responsables du Trésor, la Histadrout et des groupes de défense des handicapés ont convenu d'une aide mensuelle de 4 500 shekels

Des manifestants handicapés sur une route devant le Kibboutz Yakum, dans le centre d'Israël, le 14 août 2017. Illustration. (Crédit : Flash90)
Des manifestants handicapés sur une route devant le Kibboutz Yakum, dans le centre d'Israël, le 14 août 2017. Illustration. (Crédit : Flash90)

Les responsables du Trésor et les militants des droits des handicapés se sont entendus sur un accord historique portant sur la hausse des allocations d’Etat après des entretiens marathons qui ont eu lieu tôt dans la matinée de vendredi, une convention qui pourrait mettre un terme à des mois de blocage de la circulation organisé par les groupes de défense des droits des handicapés.

Un accord de compromis verra une hausse des allocations aux handicapés qui passeront à 4 500 shekels par mois, selon la fédération du travail Histadrout, qui a participé aux pourparlers et qui a annoncé l’accord juste avant 4 heures du matin.

Cet accord survient après des mois d’actions de la part des manifestants handicapés soucieux d’attirer l’attention sur leur situation. De nombreux blocages autoroutiers ont été organisés en signe de protestation, stoppant la circulation pendant des heures et faisant pression sur le gouvernement pour qu’il trouve une solution au problème.

Les manifestants affirmaient que les allocations actuelles qui s’élèvent à 2 342 shekels n’étaient pas suffisantes pour survivre et qu’elles devaient être revues à la hausse en liaison avec le salaire minimum, qui est relevé périodiquement à travers la législation de la Knesset.

Des représentants du syndicat, qui avait récemment fait savoir qu’il soutiendrait les manifestants, des militants des groupes de défense des droits des handicapés et des responsables du ministère des Finances se sont rencontrés pendant plus de 14 heures, dès jeudi après-midi, lors de la toute première réunion organisée depuis le début du mouvement de protestation, cet été.

Selon l’accord, les handicapés les plus sévères dont l’état de santé nécessite des soins médicaux constants obtiendront 4 500 shekels par mois, tandis que les autres toucheront entre 2 100 shekels et 4 050 shekels en fonction de la gravité de leur handicap et de leur capacité à travailler.

Les personnes gagnant moins de 1 300 shekels par mois seront éligibles au versement de l’allocation. Ils devraient gagner moins de 2 800 shekels selon les termes de la législation actuelle.

Cette hausse, qui sera liée au salaire moyen, devrait prendre effet l’an prochain.

L’accord détermine également l’octroi de la somme de 150 millions de shekels pour les enfants handicapés, 300 millions de shekels pour les personnes âgées en situation de handicap et 75 millions de shekels pour le renforcement des opportunités d’emploi en faveur de ce public. Aucune information transmise jusqu’à présent ne permet de déterminer si ces chiffres seront annuels ou correspondent à un budget exceptionnel.

Image d'illustration de militants de la défense des handicapés bloquant la rue Ibn Gvirol à Tel Aviv pour réclamer la hausse des allocations gouvernementales, le 31 août 2017 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Image d’illustration de militants de la défense des handicapés bloquant la rue Ibn Gvirol à Tel Aviv pour réclamer la hausse des allocations gouvernementales, le 31 août 2017 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

« Nous écrivons une page de l’histoire pour l’état d’Israël », a commenté le chef du syndicat Avi Nissenkorn selon le quotidien Haaretz. « Nous avons amélioré de manière spectaculaire la situation de la population handicapée ».

Les militants des groupes de défense des droits des handicapés ont également salué un accord qu’ils ont qualifié « d’historique ».

« C’est un accord social de la plus haute importance », a indiqué un communiqué émis en leur nom, selon le site d’information Walla.

Au mois de juin, les législateurs de l’ensemble de l’échiquier politique avaient vivement recommandé au gouvernement d’accepter un nouveau plan qui aurait permis de faire passer les allocations mensuelles de 2 342 shekels à 4 000 shekels.

Les nouvelles allocations devraient être liées au salaire minimum, qui est relevé périodiquement à travers les législations de la Knesset. Le niveau actuel d’allocation est lié à l’indice des prix à la consommation, qui augmente plus lentement que le salaire minimum.

La proposition est un compromis entre les demandes soumises par les militants qui défendent les handicapés – notamment le législateur du Meretz Ilan Gilon – de placer les allocations versées au niveau du salaire minimum ou 5 000 shekels par mois, et les membres d’une commission nommés par Benjamin Netanyahu qui recommandaient une hausse plus modeste à 3 200 shekels et auraient limité cette dernière aux personnes gravement handicapées et sans famille.

David Bitan, député du Likud  et président de la coalition, le 11 janvier 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
David Bitan, député du Likud et président de la coalition, le 11 janvier 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le président de la coalition David Bitan, un allié proche de Netanyahu, a salué la convention passée.

« C’est un résultat qui élève l’allocation pour les handicapés et permet à ces derniers de vivre une vie digne de respect sans perdre leurs avantages », a-t-il estimé.

Cet accord survient après que les manifestants ont intensifié leur mouvement de protestation ces dernières semaines, bloquant souvent plusieurs autoroutes par jour. Ils étaient parvenus à placer leur problème au centre de l’agenda national.

Militants et handicapés lors d'une manifestation, sur une grande route, près de Yekum, le 14 août 2017. Illustration. (Crédit : Flash90)
Militants et handicapés lors d’une manifestation, sur une grande route, près de Yekum, le 14 août 2017. Illustration. (Crédit : Flash90)

Au début de la semaine, les policiers avaient commencé à réprimer ces manifestations en distribuant des amendes, qui n’ont malgré tout eu que peu d’effet.

Mercredi, les protestataires avaient bloqué les artères routières majeures de Tel Aviv.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...